Erreurs de-ci, médias delà.

Image (Erreurs de-ci, médias delà.)

Erreurs de choix

Quand je choisis - au motif que nous n'avons ni animaux, ni enfants - une moquette crème pour un séjour de plain-pied, j'en suis quitte à disséminer des tapis protecteurs et à multiplier par deux le temps d'aspirateur.

Et madame d'avertir à l'entrée, "ici le paillasson!"    Image (Erreurs de-ci, médias delà.)

Quand un homme craque pour un coupé rouge alors qu'un bébé s'annonce à l'horizon, on imagine le casse-tête quand il faudra installer le baby relax que ne peut accueillir le siège arrière. Quelle prise de tête et de bec pour le jeune couple!

Quand, à l'époque des tensions Israélo-Palestinennes,  un auteur porte sur son blog, un regard qui semble trop partial à ses pairs, l'auteur rajoute à postériori une phrase modératrice dans ledit  article.

Quand je poste le soir même, sur mon blog,  un instantané sur la Liberté People, le lendemain je suis reprise sur le bienfondé de cette publication et mon esprit reste troublé. Je prie de n'avoir pas trop semé le trouble dans l'esprit des lecteurs. Et je médite sur les conséquences d'une erreur.

Chacun peut énumérer des mauvais choix et en mesurer la différence d'impact dans sa vie. Se tromper sur une auto ou une moquette a des conséquences limitées au cercle familial et limitées dans le temps. 

Tyrannie des médias

Pour ce qui est d'une publication, quel qu'en soit le support (sonore ou écran), ce qui est dit est dit. La tyrannie du Net et des réseaux sociaux, dans  leur immédiateté, entraîne le mot ou le clic que parfois l'on regrette. Les opinions à chaud peuvent entraîner des écarts de langage ou de pensée.  

Image (Erreurs de-ci, médias delà.)

Même le pape François n'est pas à l'abri d'une distorsion de langage devant un parterre de journalistes. 

L'impact n'est pas mesurable en termes de réactions induites, ni en termes  de comptabilité hormis les like et commentaires. Et l'on a vu des plumes, dans la semaine qui a suivi le 11 janvier, se reprendre pour analyser, décrypter et compléter leurs opinions spontanées  des premiers moments. 

Sagesse du jour

Dans ma lecture du jour, l'apôtre Paul, répond à ma préoccupation dans Ephésiens 4.29. 

"Qu'il ne sorte de votre bouche aucune parole mauvaise, mais, s'il y a lieu, quelque bonne parole qui serve à l'édification, et  communique une grâce à ceux qui l'entendent."

Le commentaire ajoute : Nous sommes appelés à refléter Dieu par tout ce que nous sommes, ce qui inclut nos paroles. Puisse notre bouche être remplie d'actions de grâces et de paroles favorables aux autres.

Et je rajoute, Amen. 

Même si c'est plus facile à dire qu'à faire dans le feu le l'actualité, face à un micro ou souris en main. 

                                      Image (Erreurs de-ci, médias delà.)                                                                                      

Chargement en cours ...