12 mai 1845. Gabriel Fauré et "Verbe égal au Très-Haut..."

Image (12 mai 1845. Gabriel Fauré et

12 mai 1845. Gabriel Fauré
Gabriel Fauré (1845-1924), né le 12 mai 1845 et mort à Paris le 4 novembre 1924, est un pianiste, organiste et compositeur français. En 1865, l'élève Gabriel Fauré décrocha le premier prix de composition auprès de l'école Niedermeyer de Paris, grâce à une pièce vocale prometteuse : «  Le Cantique de Jean Racine » (Opus 11). Écrite à l'origine pour chœur, quintette à cordes et harpe, puis dans une version avec piano ou orgue, cette œuvre présente un caractère solennel.

Le texte à l’origine de l’œuvre a été écrit par le dramaturge Jean Racine (1639 – 1699) :

Verbe égal au Très-haut,  notre unique espérance,
Jour éternel de la terre et des cieux,
De la paisible nuit nous rompons le silence :
Divin Sauveur, jette sur nous les yeux.

Répands sur nous le feu de Ta grâce puissante ;
Que tout l'enfer fuie au son de Ta voix ;
Dissipe le sommeil d'une âme languissante
Qui la conduit à l'oubli de Tes lois!

Ô Christ ! sois favorable à ce peuple fidèle,
Pour Te bénir maintenant rassemblé ;
Reçois les chants qu'il offre à Ta gloire immortelle,
Et de Tes dons qu'il retourne comblé.

Exauce, Père Saint, notre ardente prière,
Verbe, son fils, Esprit, leur nœud divin,
Dieu qui, tout éclatant de ta propre lumière,
Règnes au ciel sans principe et sans fin.

Il s’agit de la paraphrase d’un hymne attribué à saint Ambroise (Consors paterni luminis). Il était chanté au début des matines du mardi, c'est donc un hymne au lever du jour comme l'indique le premier couplet : « Verbe égal au très haut, de la paisible nuit rompons le silence ».

Le texte fut publié dans le Bréviaire romain de Le Tourneux (1688), ouvrage immédiatement condamné. La traduction de Racine était pour les censeurs trop imprégnée de jansénisme. L'expression du vers 4 "grâce invincible" a pu paraître en effet trop fort. Louis Racine, (fils de Jean Racine) lui-même poète, a proposé "grâce puissante", version qui a perduré jusqu'à nous.

Verbe égal au Très-Haut, notre unique espérance,
Jour éternel de la terre et des cieux,
De la paisible nuit nous rompons le silence :
Divin Sauveur, jette sur nous les yeux.

Répands sur nous le feu de ta grâce invincible ; [puissante]
Que tout l'enfer fuie au son de ta voix ;
Dissipe ce sommeil d'une âme insensible [languissante]
Qui la conduit à l'oubli de tes lois!

Ô Christ, sois favorable à ce peuple fidèle,
Pour te bénir maintenant assemblé ;
Reçois les chants qu'il offre à ta gloire immortelle,
Et de tes dons qu'il retourne comblé.

Contrairement au Jansénisme... la doctrine calvinienne amène le fidèle à de nobles sentiments à l’égard de son Dieu. Sachant que ce dernier est au contrôle des faits, des événements, le croyant peut trouver « le calme de l’âme », « être satisfait ». La toute-puissance de Dieu, mise au service de son gouvernement souverain et tutélaire, fonde l'assurance et la paix du croyant. Pour le calvinisme, la doctrine de la prédestination crée une tranquillité et une certitude intérieures totales.

Chargement en cours ...