13 mai 1842. Arthur Sullivan et les cantiques

Arthur Sullivan (1842-1900) est un compositeur britannique né le 13 mai 1842. Il est surtout connu pour sa collaboration avec le librettiste William S. Gilbert, pour des œuvres cosignées Gilbert et Sullivan (H.M.S. Pinafore, The Mikado). Leurs œuvres dominèrent la scène musicale des deux côtés de l'Atlantique pour plus d'une décennie et continuent d'être jouées dans les années 2000. La structure et le style de ces opéras, particulièrement Pinafore, fut très copiée et contribua de façon significative au développement des comédies musicales modernes.

Image (13 mai 1842. Arthur Sullivan et les cantiques)

Ces œuvres légères forment la part la plus connue de la production de Sullivan mais il a aussi composé de la « musique sérieuse ».
Il a écrit 23 opéras, 13 œuvres orchestrales, 8 oratorios et œuvres chorales, deux ballets ainsi que des musiques de scène, des mélodies, des œuvres pour piano, de la musique de chambre, des pièces religieuses.

Ainsi il composa le morceau intitulé « St. Gertrude » auquel le texte « Onward Christian Soldiers » de  Baring-Gould, doit son succès.

Baring-Gould écrivit en 1865 :

« Le Lundi de Pentecôte est un grand jour pour la Fête des Écoles, dans le Yorkshire. Un lundi de Pentecôte, il ya trente ans, comme il était convenu que notre école doive unir ses forces à celle d'un village voisin, je voulais que les enfants chantent en marchant d'un village à l'autre, mais comme je n’arrivais pas à trouver quelque chose d’entièrement approprié...  je me suis décidé à écrire moi-même quelque chose. «Onward, Christian Soldiers" en a été le résultat. Il a été rédigé à la hâte, et je crains que certaines rimes soient irrégulières.  Rien ne m'a plus surpris que sa popularité... »

Dans une scène du film « Stanley et Livingstone » (1939),  Livingstone (joué par Cedric Hardwicke) fait chanter cet hymne à des africains.
Il a été chanté à la fin du film « Mrs Miniver »(1942), alors que dans une église sinistrée, le pasteur fait un sermon qui exalte les morts et exhorte les vivants à continuer la lutte pour la liberté avec courage et détermination...
Il a également été chanté à l'enterrement du président américain Dwight Eisenhower à la cathédrale épiscopalienne de Washington, le 31 mars 1969.

La lutte suprême (texte en français de Ruben Saillens ATG 356)

La lutte suprême
Nous appelle tous,
Et Jésus Lui-même
Marche devant nous.
Que sa vue enflamme
Tous ses combattants,
Et soutienne l'âme
Des plus hésitants.

Du Christ la bannière
Se déploie au vent,
Pour la sainte guerre,
soldats, en avant !

L'ennemi redoute
Le nom seul du Roi ;
Il fuit en déroute
Au cri de la foi.
Acclamons ensemble
Jésus, d'un seul cœur,
Et que l'enfer tremble
A ce nom vainqueur.

Nous suivons la trace
Des saints d'autrefois ;
Par la même grâce,
Sous les mêmes lois,
Vivant de miracles
L'Eglise de Dieu,
De tous les obstacles
Triomphe en tout lieu.

Que les ans s'écoulent,
Que de toutes parts
A grand bruit s'écroulent
Trônes et remparts :
Notre citadelle
Ferme contre tout,
L'Eglise fidèle
Restera debout !

En avant, Jeunesse !
Que ta noble ardeur
Jamais ne connaisse
Ni honte, ni peur !
Ton Chef invincible
Marche devant toi,
Et tout est possible
Aux hommes de foi.
Reçois, Chef suprême,
Monarque éternel,
D'un peuple qui t'aime
Le vœu solennel.


Gloire, amour, hommage
Au Ressuscité,
Qu'il soit d'âge en âge,
Partout exalté !

Chargement en cours ...