29 septembre 1902. Émile Zola et Ruben Saillens

A  62 ans, Emile Zola, le romancier naturaliste français, meurt ce ce jour, asphyxié dans sa chambre à coucher. Le bruit court alors que le romancier s'est suicidé ou qu'il a été assassiné. Certains pensent qu'il a été victime de son engagement dans l’affaire Dreyfus. Il sera panthéonisé le 4 juin 1908.

Image (29 septembre 1902. Émile Zola et Ruben Saillens)

Ruben Saillens et l’affaire Dreyfus
Le pasteur baptiste Ruben Saillens est un  dreyfusard de la première heure,  Dès février 1898, il rédige une étude intitulée « La révision d’un procès célèbre », où il décrit le procès de Jésus-Christ, mais effectue implicitement, une comparaison audacieuse entre le capitaine Dreyfus et le Christ, pris dans le même engrenage de l’injustice.

Plus tard à la mort d’Émile Zola (1902), il rendit hommage au courageux rédacteur du célèbre : « J’accuse » :

« Zola était matérialiste et athée. Et cependant, jusqu’au péril de sa vie et à la perte momentanée de sa réputation, il a servi la cause de la Justice et de la Vérité, choses spirituelles, et qui appartiennent à un autre monde que celui de la matière et des sens… L’homme qui, à la fin d’un de ses plus récents ouvrages, met aux lèvres de son héros ce cri : « Une religion nouvelle, une religion nouvelle ! » avait-il fini par comprendre combien le matérialisme est froid, décevant, contre-nature ? C’est le secret qu’il a probablement emporté dans la tombe, où il est si soudainement descendu. »

Chargement en cours ...