S'adresser à une autre culture ; sociologie et évangélisation

Complet
Note : 40
( 1 vote )
S'adresser à une autre culture ; sociologie et évangélisation

Comment s’adresser à des personnes d’une autre culture ? Nous voulons aborder cette question de la communication « transculturelle » de l’Évangile, sous un angle sociologique. Cela permet de mieux comprendre et mieux apprécier la stratégie que nous montre l’apôtre Paul.

Le point d’entrée dans la question de la culture, pour un sociologue, est la notion « d’arbitraire culturel ». Cela veut dire, d’abord, que n’importe quoi peut remplir le rôle de trait culturel distinctif et qu’il est impossible de le deviner sans fréquenter la culture concernée. Cela veut dire, également, que ce trait culturel est injustifiable. Une différence culturelle choque et, à l’inverse, une habitude culturelle paraît évidente à celui qui l’a endossée, mais, dans le fond, ni l’évidence ni la réprobation ne se justifient.

La deuxième chose à dire est que ces éléments culturels injustifiables sont, pourtant, le siège et l’enjeu de rapports de force considérables. Chacun essaye de faire prévaloir sa culture comme la culture la plus noble.

Le culturel s’oppose donc à l’universel qui est un lieu de discours où les hommes peuvent échanger au-delà de leurs différences, ou malgré leurs différences.

De phrase en phrase la situation se complique, on s’en rend compte. Et elle se complique encore plus dans le cadre d’une religion monothéiste qui, par construction, prétend à l’universel : s’il n’y a qu’un Dieu, il est le même pour tous.

La missiologie se trouve donc face au redoutable défi de devoir annoncer un message universel qui ne peut, pourtant, jamais être formulé que dans un cadre culturel donné, ce cadre culturel étant traversé, par ailleurs, par des rapports de force qui viennent brouiller la teneur du message.
Comment alors accéder à l’universel ?

Se faire serviteur de l’autre

L’apôtre Paul a parfaitement défini sa stratégie pour faire face à cette difficulté. Il la détaille dans l’épître aux Corinthiens. On retient la formule : être Juif avec les Juifs, etc., mais elle est précédée de la phrase suivante : « Je me suis fait l’esclave de tous, pour en gagner le plus grand nombre » (1 Co 9.19). La stratégie endossée par Paul est donc d’aborder les différentes cultures qu’il rencontre par le bas, dans le dépouillement.

Si nous abordons l’autre du haut de notre culture, nous reproduisons implicitement la domination culturelle à l’œuvre.
A l’inverse, l’attitude de service qui est l’attitude chrétienne prônée dans l’ensemble du Nouveau Testament s’étend aux rapports interculturels.

Lorsque nous abordons l’autre, il faut donc accepter de nous retrouver dans une position sociale d’infériorité, comme un esclave devant un homme libre de l’Empire Romain. Devant des personnes d’une autre culture, nous sommes des apprentis et eux sont des experts.

On remarquera, d’ailleurs, que Paul ne dit pas qu’en Christ il y a Juifs et Grecs, mais qu’en Christ « il n’y a ni Juif, ni Grec » (Gal 3.28).

Chacun, face à la culture de l’autre, doit se dépouiller des avantages que lui confère la sienne. C’est d’ailleurs tout l’argument de l’épître aux Romains : ni les Juifs, ni les païens ne peuvent se prévaloir d’une supériorité quelconque. La circoncision, par exemple, en tant que conférant une supériorité, est un obstacle à la foi qui se tient sur le terrain de l’universel, là où « la circoncision n’est rien et l’incirconcision n’est rien » (1 Co 7.19).

Le rationalisme occidental, qui a été formalisé dans la philosophie de Kant, a imaginé que l’on pouvait accéder à l’universel par une délibération intérieure. Il serait possible, dans son for intérieur, de faire abstraction de sa singularité pour s’élever à l’universel. Lorsque Kant écrit : « Agis de telle sorte que la maxime de ton action puisse valoir en même temps comme une loi universelle » il imagine que celui qui agit peut déterminer par lui-même s’il obéit à une loi universelle.
Depuis l’époque de Kant, l’histoire a montré, au prix de massacres nombreux, hélas, qu’il n’était pas si simple de surmonter ses préjugés !


En fait, celui qui perçoit et comprend le mieux l’arbitraire culturel, c’est l’étranger. Il se heurte sans arrêt à la culture. Il a un meilleur accès à l’universel que celui qui est enfermé dans l’évidence de sa propre culture.
Il est impossible de juger de l’universel dans l’abstrait, en dehors de la confrontation avec une autre culture.
Le livre des Actes des apôtres est une belle histoire des multiples rencontres, débats et confrontations qui permettent aux premiers chrétiens de dépasser le cadre étroit de leurs cultures pour accéder à l’universel de l’Évangile.

COMMUNICATION DANS LE CADRE DE LA RENCONTRE


La difficulté de l’évangélisation est qu’elle entraîne souvent avec elle une position surplombante.
Nous possédons un trésor que les autres ne possèdent pas. Oui, mais comme le dit Paul, une fois de plus : « nous portons ce trésor dans des vases d’argile » (2 Co 4.7).


Nous apportons le salut aux autres. Oui, mais montrer le chemin qui conduit au salut suppose de repérer les points d’ancrage de ce chemin et nous ne connaissons pas d’emblée ces points d’ancrage.
Le piège, en général, est d’oublier que les autres ont aussi quelque chose que nous n’avons pas. Venir vers l’autre, dans sa culture, c’est venir comme étranger, comme inférieur.


C’est, au reste, le chemin choisi par Jésus lui-même pour venir apporter la bonne nouvelle aux hommes : « Il s’est dépouillé, prenant la condition d’esclave et devenant semblable aux hommes » (Ph 2.7).
C’est de là que part toute missiologie : c’est à partir du moment où nous renonçons à notre supériorité que l’évangile peut se communiquer.


Nous devons bien distinguer d’une part la culture, qui est affaire de goût, qui est arbitraire, et d’autre part l’Évangile, qui est universel, qui est certitude, certitude de l’amour de Dieu.


Or ce n’est que dans la rencontre avec autrui qu’il est possible de communiquer l’Évangile sans imposer d’arbitraire culturel. Cette rencontre exige que nous venions à l’autre en renonçant humblement à brandir nos propres éléments culturels ; rencontrer, c’est accepter de nous dépouiller, c’est ôter les obstacles entre nous et autrui ; rencontrer, c’est accepter une certaine faiblesse personnelle.

Vous aimerez aussi

René Erwich est pasteur de l'Union Baptiste Hollandaise. Il a étudié au...
Colin Godwin est pasteur-implanteur à Féron, en Belgique. Il réfléchit sur...
Mark Farmer est formateur dans le cadre de la Mission Intérieure Baptiste et de...
Colin Godwin est canadien et participe depuis plus de dix ans à l'implantation...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...