POWERPOINT ET PRÉDICATION

Complet
Note : 40
( 1 vote )

La société dans laquelle nous évoluons brille de mille images : panneaux publicitaires, enseignes multicolores, cinéma, vidéos... la liste pourrait être longue. L’image prend beaucoup de place, elle marque les esprits et trouble nos émotions plus que l’oral ne parviendra jamais à nous toucher. Alors, lorsque la parole nous est donnée, comment parvenir à ce que notre prédication ne soit pas seulement entendue, mais aussi regardée ?
PowerPoint. Ce seul mot peut se révéler comme une évidence pour certains, être un sujet de grand stress pour d’autres, ou encore tracer laconiquement un joli point d’interrogation au fond des yeux des derniers. Cependant, que vous soyez un grand utilisateur du PowerPoint ou que vous n’ayez encore jamais osé ouvrir cette application de votre ordinateur, j’aimerais vous inviter à lire cet article avec la promesse que vous y apprendrez quelque chose. Mon seul désir est de vous aider à utiliser cet outil, à vous éviter de tomber dans certains pièges courants, et à vous encourager à l’utiliser lors de vos prédications.

POWERPOINT ET PRÉDICATION

Définition du terme PowerPoint

Le mot PowerPoint tel que je l’utilise ici désigne tous les logiciels de présentation, et non spécifiquement le logiciel PowerPoint de Microsoft. Tout ce que vous lirez s’applique donc également à OpenOffice ou Keynote (qui est le logiciel que j’utilise personnellement).

Comme je le disais précédemment, la simple évocation du mot PowerPoint peut faire paniquer bon nombre d’entre nous. Vous vous dîtes peut-être que vous êtes trop nul en informatique pour y parvenir...
Mais vous avez tort, et je vais vous montrer qu’un bon PowerPoint n’est pas un PowerPoint avec des effets de texte qui rebondissent dans tous les sens, qui apparaissent en scintillant ou toute autre technique qui vous impressionne et vous laisse supposer combien cela doit être dur à mettre en place. Non, et en réalité, tous ces effets ne servent pas à grand-chose.

Ce que vous devez savoir de la maîtrise de PowerPoint, c’est qu’une excellente présentation est tellement facile à créer que mon fils que vous voyez là y arriverait... les doigts dans le nez.

Pour commencer, j’aimerais vous demander ce qu’évoque pour vous un PowerPoint ?

Avez-vous de bons souvenirs de la dernière fois où quelqu’un l’a utilisé, que ce soit à l’église ou au travail ?
Pour moi, voilà résumé en une image très explicite ce que m’évoque la plupart du temps l’utilisation d’une présentation PowerPoint :

L’erreur que la plupart des utilisateurs commettent est de confondre l’outil et le message. PowerPoint n’est qu’un outil qui va nous aider à faire passer notre message. Mais si nous le confondons avec le message, alors nous faisons juste un copier-coller de notre texte dans différentes diapos et la présentation pourrait se faire sans nous, sans que cela ne gêne à la compréhension...


En effet, je vais alors avoir deux présentations en même temps, et qui disent la même chose. Oh ainsi, je peux être sûr que vous ne perdrez pas une miette de mon discours que je vous mets devant les yeux, et dans les oreilles. De plus, il n’y a pas de risque pour que j’oublie quelque chose !
Je suis sûr qu’en utilisant cette technique votre ministère aura de fortes chances de pouvoir être soutenu... par l’industrie pharmaceutique et les laboratoires produisant le paracétamol.

Pourquoi produiriez-vous une épidémie de maux de tête ? Bien que votre message soit passionnant et très enrichissant, vous passez outre cette réalité essentielle : notre cerveau est construit de deux hémisphères travaillant en parallèle. L’hémisphère droit gère les émotions pendant que l’hémisphère gauche capte et assimile la logique.
C’est à cause de cette particularité de notre cerveau qu’une présentation PowerPoint a besoin d’être bien préparée, selon des règles simples, efficaces et essentielles.

La présentation ne doit pas expliquer, mais illustrer ce que vous êtes en train de dire. Lorsque vous enseignez un point de doctrine, une conviction ou un texte biblique, vous stimulez le cerveau gauche de votre auditoire pour le convaincre. Avec un bon PowerPoint, le cerveau droit sera lui aussi mobilisé par l’image que vous afficherez à l’écran. Vous avez ainsi toute l’attention de votre auditoire.

PowerPoint n’est pas là pour expliquer ce que vous dites, mais pour l’illustrer

La mauvaise nouvelle est que cela demande un peu plus de travail que le simple copier-coller de vos notes. La bonne nouvelle, c’est que techniquement, la réalisation d’un tel PowerPoint est vraiment très simple.
Pour commencer, vous devez bien séparer vos notes d’un côté, et le PowerPoint qui va illustrer vos notes de l’autre. Cela vous demande de discerner les points importants de votre prédication et de trouver des idées pour les illustrer.
Illustrer ne veut pas toujours dire que vous devez absolument mettre une image. Parfois un mot fort ou une citation pas trop longue écrite en blanc sur un fond noir sera parfaitement approprié.


Vous devez garder en tête que votre idée, pour être retenue, doit répondre à certains des six critères suivants(1) :
Simplicité : simple ne veut pas dire simpliste. Comme le disait Léonard de Vinci, « la simplicité est la sophistication suprême ». Cela demande souvent beaucoup de travail de rendre simple une idée complexe.
Inattendue : grâce à PowerPoint, vous pouvez surprendre et ainsi capter l’attention des gens avec une image inattendue, une petite vidéo très courte...
Concret : donnez des exemples concrets à propos de choses réelles, l’abstrait est beaucoup plus difficile à retenir. Par exemple, l’image d’un lépreux peut aider votre auditoire à mieux saisir la réalité de cette maladie.
Crédibilité : vous l’avez sûrement déjà si vous êtes reconnus dans votre domaine. Mais parfois, appuyer son propos avec une citation de quelqu’un de reconnu est un plus.
Simplicité : simple ne veut pas dire simpliste. Comme le disait Léonard de Vinci, « la simplicité est la sophistication suprême ». Cela demande souvent beaucoup de travail de rendre simple une idée complexe.
Inattendue : grâce à PowerPoint, vous pouvez surprendre et ainsi capter l’attention des gens avec une image inattendue, une petite vidéo très courte...
Concret : donnez des exemples concrets à propos de choses réelles, l’abstrait est beaucoup plus difficile à retenir. Par exemple, l’image d’un lépreux peut aider votre auditoire à mieux saisir la réalité de cette maladie.
Émotions : c’est justement l’un des grands plus de l’utilisation de PowerPoint, il vous aidera à faire passer des émotions à travers de belles images.
Histoire : nous retenons beaucoup mieux les informations que nous enseignent les histoires.

Le Design

Maintenant que nous avons les ingrédients qui permettront à notre message d’être mémorisé, il nous faut nous intéresser au Design.


Tout d’abord le design est différent de la décoration. Si je fais un gâteau et que pour faire plaisir à mes enfants (c’est l’excuse que je donne) j’y ajoute plein de chantilly et des paillettes de couleur, je fais de la décoration, pas du design.

Dans une présentation PowerPoint, cela pourrait se traduire par quelque chose comme cela :
Je mets mon texte dans la diapo, puis comme je sais que cette diapo doit être visuelle, j’y ajoute de la couleur, je fais quelque saut de ligne, quelques puces, et je mets une image. Un résultat certes exagéré, mais peut-être pas tant que ça !

Le design n’arrive pas après le contenu, il commence avec celui-ci. Le souci du designer sera inlassablement ce qu’il souhaite mettre en valeur.
Comment disposer cette diapo pour que l’élément principal ressorte nettement ? Qu’est-ce que je veux vraiment communiquer ?
Votre meilleur allié pour y parvenir sera la touche suppr de votre clavier.
Le rapport signal/bruit doit être le plus haut possible. Cela veut dire que dans un PowerPoint, il faut enlever tout ce qui n’est pas important, tout ce qui n’a pas de rapport avec ce que vous voulez exprimer.
Vous l’aurez compris, le design, c’est donc enlever tout élément superflu pour ne garder que ce qui est nécessaire à la bonne communication. Ensuite, il vous faudra l’agencer de manière intelligente.


Prenons un exemple. Voici une première diapo de l’époque où je faisais naïvement la même chose que tout le monde avec mes powerpoints :
Cette image présente le témoignage d’un jeune qui s’est converti dans un camp. Je raconte son histoire et cette diapo est censée l’illustrer. Le problème est que mon public est alors attiré par un tas de petits détails : pendant qu’il va lire le titre, regarder ce que représente le bout d’image sur la droite ou s’attarder sur le logo, il n’est plus attentif à mon histoire. Le rapport signal/bruit est très élevé sur cette diapo.

Quelques années plus tard, avec un peu plus d’expérience, cette diapo est devenue celle-ci :
Il reste la photo du jeune qui aide mon histoire à devenir réelle dans l’esprit des gens. Mais au lieu de mettre son témoignage en entier et perdre ainsi l’attention du public, j’ai très fortement raccourci le texte afin de ne garder que la phrase la plus importante. Le reste, c’est moi qui le raconte et je veux que les gens m’écoutent. N’oubliez pas que le PowerPoint est un outil et non le message.

Le pouvoir des images

Il faut savoir que nous ne retenons au bout de vingt-quatre heures que 8% de ce que nous avons entendu...

...alors que nous allons retenir 48% de ce que nous avons vu.


Mais attention, bien qu’écrire votre texte dans une diapo aide votre message à devenir visuel, cela ne va pas être suffisant, rappelez-vous l’histoire des hémisphères du cerveau.

Une de mes histoires préférées quand je m’adresse aux sportifs (car je travaille avec Sport et Foi comme vous avez déjà dû le remarquer) est celle du fils prodigue. Elle illustre bien, à travers le fils aîné, la motivation qui anime beaucoup de sportifs : la performance. Et Jésus en montre les conséquences : le fils aîné se retrouve écrasé sous le poids de tout ce qu’il doit faire pour réaliser une performance. Je pourrais juste faire une diapo avec cette dernière phrase, mais je préfère montrer celle-ci :
Elle est humoristique et produit généralement un éclat de rire de l’assemblée. Cependant, j’ai fait le test plusieurs fois et je peux vous assurer que les gens se souviennent encore de l’enseignement lié à cette diapo plusieurs semaines après m’avoir écouté.

Je veux tout de même attirer votre attention sur un danger lié l’utilisation des images. Il est très facile de manipuler les gens avec. Il faut choisir avec beaucoup de soin les images que vous associerez à ce que vous dîtes.
J’aime particulièrement la politique sage du SEL qui, par exemple, n’utilise jamais d’images d’enfants en train de mourir de faim dans ses campagnes de sensibilisation, mais préfère montrer une image d’enfant en train de manger.

Il faut aussi que votre image soit suffisamment explicite et en rapport avec ce que vous êtes en train de dire. Si je dois chercher pendant dix minutes pourquoi vous avez mis cette image en parlant de tel sujet, vous perdrez mon attention au lieu de la gagner.

Les listes à puces

Un autre point important dans le PowerPoint est l’utilisation des listes à puces. Je ne comprends vraiment pas pourquoi tous les modèles proposés par les logiciels de présentation ont des puces. Pire encore, je suis convaincu qu’il faut tout faire pour les éviter.
Une règle générale est qu’à une diapo corresponde une idée. Vous retiendrez beaucoup plus facilement les six éléments qui font qu’on retient une idée avec une série de six images comme celle ci-dessous plutôt qu’une liste à puces avec beaucoup de texte qui, plutôt que vos paroles, captera l’attention de votre auditoire.