Un peuple pour louer Dieu

Complet
Note : 10
( 1 vote )

Cet article est la transcription d'une étude que le pasteur Mark Farmer a donnée au dernier Congrès de la Fédération des Eglises Evangéliques Baptistes de France, à Tours. Nous avons conservé le style oral de celle étude.

Un peuple pour louer Dieu

«Un Peuple Pour Louer Dieu», dans une première partie, nous verrons précisément ce que veulent dire le mot «louer» et le mot «peuple».

La deuxième partie sera une étude biblique sur bon nombre de passages qui va, j'espère, appuyer une proposition que je vous donnerai.

Enfin la troisième partie sera constituée d'exhortations qui viennent, j'espère, de la part du Seigneur pour nous tous.

UN PEUPLE POUR LOUER DIEU

Je vais d'abord définir ce dont nous parlons. Le dictionnaire nous dit que louer quelque chose, louer quelqu'un, c'est déclarer qu'ils sont dignes d'estime, d'admiration. Mais je voudrais aller un peu plus loin, puisque à chaque bonne définition que le dictionnaire nous donne, il faut voir ce que la Parole nous montre là dessus. Et avant que j'oublie, je veux dire que j'ai beaucoup puisé dans un livre qui, malheureusement, n'est pas encore traduit en français, mais qui a beaucoup enrichi ma vie cette dernière année. Il est intitulé «Desiring God» c'est à dire en français : «Désirer Dieu». Désirer à l'infinitif. Par un pasteur baptiste, justement de l'Etat du Minnesota qui s'appelle John PIPER. J'espère que quelqu'un fera traduire ce livre en français.

Expression du plaisir

Louer, c'est plus que dire, «un tel est digne de louange, un tel est digne d'admiration». La louange fait partie de notre vie quotidienne. Il y a quelques jours, nous étions déjà couchés chez nous à Limoges, vers 22 h, et tout d'un coup, il y a eu une cacophonie de klaxons. L'équipe de basket de Limoges venait de remporter la victoire. Et c'était pour les Limougeaux, une façon de louer leur équipe. Nous aussi nous nous sommes réjouis malgré l'heure tardive. Notons deux choses, d'abord la louange ne se borne pas à ce qu'on peut dire avec des mots, la louange s'exprime de diverses façons. Mais deuxièmement, notons surtout que la louange vient du coeur. La louange est l'expression du plaisir. La louange est l'expression du plaisir, de la jouissance que nous avons dans la personne ou dans la chose devant nous. Quand il fait beau, c'est fantastique, ça réjouit le coeur. On exprime la louange parce qu'on prend plaisir, on se réjouit de la chose et la louange comble ce plaisir. Nous éprouvons ce plaisir surtout quand nous voyons, par exemple, un beau paysage devant nous; N'avons nous jamais fait cette expérience, tout seul devant un beau paysage, dans l'admiration : «Si seulement un tel, une telle pouvait être là pour partager cette expérience avec moi.» Nous prenons plaisir, non seulement dans la chose elle même, mais le comble du plaisir c'est de pouvoir dire à quelqu'un d'autre. «N'est ce pas magnifique ?» Et l'autre dit «Oui, c'est formidable».

Quand nous louons Dieu, c'est exactement ce qui se passe quand nous louons une équipe de basket ou un nouveau bébé ou un beau livre ou une créature ou autre chose. Nous prenons plaisir en Dieu et nous exprimons notre plaisir par la louange. Cela vient du cœur.

Notons que la louange n'est pas désintéressée. Si vous êtes comme moi, parfois, on vous a enseigné qu'on ne vient pas au culte pour recevoir, mais pour donner. La moitié de cela est vrai. Nous venons au culte pour donner, pour donner gloire à Dieu. Mais pensons nous vraiment pouvoir apporter quelque chose à Dieu sans qu'IL nous ait donné le premier ? La louange qui plaît à Dieu est la louange qui provient d'une véritable gratitude. Justement parce que nous avons reçu.

John PIPER donne cette illustration : il dit «Imaginez que j’arrive chez moi à 18 h 30, ma femme ouvre la porte; c'est le jour de notre anniversaire de mariage. Et je lui offre un bouquet de fleurs. Elle me dit : «Ah ! C’est formidable, merci !» Et, dit PIPER, si je réponds : «je ne fais pas cela par plaisir, je le fais parce que je suis ton mari, il faut que je le fasse, c'est mon devoir. Je suis tout à fait désintéressé». Eh bien c'est raté. Mais le mari honore sa femme quand il dit : «Vraiment tu me fais plaisir et c'est par gratitude, que je t'offre ma reconnaissance, j'ai du plaisir à donner ceci». C'est pareil avec Dieu. On n'est pas là de façon désintéressée pour donner à Dieu ce qu'il faut lui donner. (Mieux vaut ça que rien du tout !) Mais le meilleur, c'est que nous ayons une gratitude profonde qui n'est pas théorique mais expérimentée et réelle et que nous louions Dieu de la plénitude de ce plaisir.

On voit ce langage partout dans la Bible ; en voici deux exemples : le Psaume 16 à partir du verset 8 : «J'ai constamment l'Eternel sous les yeux ; quand il est à ma droite, je ne chancelle pas ; mon coeur est dans la joie, mon esprit est dans l'allégresse et mon corps repose en sécurité, car tu ne livreras pas mon âme au séjour des morts ; tu ne permettras pas que ton bien aimé voie la corruption ; tu me feras connaître le sentier de la vie. Il y a d'abondantes joies devant ta face, des délices éternelles à ta droite».

Donc la louange est l'expression du plaisir que nous prenons en Dieu. Notez également le Psaume 73, versets 25 à 28. Dans une ancienne Confession de foi, celle de Westminster, il est dit que le but de l'homme, c'est de «glorifier Dieu et de se réjouir en lui », et PIPER modifie cette formule en posant la question suivante : «Est ce que parfois nous glorifions Dieu et que le reste du temps nous prenons plaisir, en lui ?» Sa réponse est «non» ; il ne s'agit pas de deux choses différentes comme du poulet et des haricots verts mais, dit il, les deux vont ensemble : nous glorifions Dieu en prenant plaisir en lui, c'est à dire dans ses actes de délivrances, dans sa sainteté, dans ses qualités. Nous sommes donc un peuple pour louer Dieu.

Le dictionnaire nous dit qu'en parlant du peuple juif on parle d'une communauté ; or, une communauté est un «groupe de personnes qui ont quelque chose en commun : vie commune ou partage de biens ou intérêt commun.» Acceptons cette définition. Nous sommes un peuple, une communauté de personnes qui ont un intérêt commun. Lequel ? C'est la gloire de Dieu ; glorifier Dieu en prenant plaisir en Lui. Et cela me conduit donc à la proposition qui sera le thème de la deuxième partie de notre méditation.

LE DESSEIN DE DIEU

Je veux ici approfondir notre idée de la louange. Qu'y a t il derrière elle ? Pourquoi louer Dieu ? Fait elle partie de la vie chrétienne ; n'est ce qu’une partie du plan de Dieu ? Voici ma proposition : l'ultime dessein de Dieu est de se glorifier par la création d'un peuple qui lui appartient.

Je dis «ultime dessein» parce qu'on pourrait citer un grand nombre de divers buts de Dieu dans notre monde, mais tous ces buts convergent en un point qui est de «se glorifier», j'imagine que cela nous choque. Cela me choque toujours un peu. Que veut dire se glorifier ? Cela veut dire faire connaître sa perfection, son excellence et d'en recevoir l'honneur que cette excellence mérite. Si un être humain cherche à se glorifier c'est horrible, mais quand Dieu cherche à se glorifier, il fait ce qui est parfaitement juste et, s'il agissait autrement, il ne serait pas Dieu.

La gloire de Dieu

Quand je dis que Dieu se glorifie lui-même, cela veut dire que Dieu accorde plus de valeur à sa propre personne et à sa propre gloire qu'à tout autre chose. Ce qui importe le plus à Dieu, c'est sa gloire. je vais essayer de le démontrer par la Parole de Dieu dans un instant. Mais il suffit de réfléchir pour voir que c'est vrai. Il est très difficile de saisir cette idée de gloire mais je crois qu'il y a deux aspects à ce mot gloire : l'aspect objectif. la gloire de Dieu en tant que son excellence. Dire que Dieu est glorieux, c'est dire qu'il est parfait dans tout ce qu'il est et dans tout ce qu'il fait. Parler de la gloire de Dieu, c'est comme parler de sa divinité. Le second aspect, subjectif, consiste à donner gloire à Dieu ; ce n'est pas ajouter à son excellence, c'est impossible, mais c'est reconnaître l'excellence, la gloire qu'il a objectivement et d'y répondre par des paroles, des exclamations de louange, etc...

Maintenant, j'ai dit que Dieu accorde plus de valeur à sa propre gloire dans ses deux aspects objectif et subjectif qu'à tout autre chose. Que voulez-vous que Dieu valorise plus que sa propre gloire, sa propre excellence ? Si Dieu s'occupait plus d'autre chose, ce serait quelque chose qui a moins de valeur que lui même. Nous ne pouvons pas rechercher notre propre gloire puisque nous ne sommes pas Dieu, mais Dieu, pour être juste, doit rechercher sa propre gloire en toutes choses, il doit manifester l'excellence qui est la sienne et recevoir la réponse qu'il mérite de la part de sa création et quand nous examinons ce que Dieu dit dans la Bible à ce sujet, nous constatons que c'est un thème sinon le thème majeur de la Bible du début à la fin.

Voici quelques textes bibliques parmi un grand nombre que nous pourrions citer à l'appui de cette thèse :

Genèse 11:4 «... faisons nous un nom », disent les hommes et Dieu dit : «Non, c'est interdit !»

Genèse 12:2 …S'adressant à Abraham, Dieu déclare : «Je rendrai ton nom grand». Dieu n'aime pas que les hommes se fassent un nom, mais Dieu a choisi un homme en lui disant «Je te bénirai, je rendrai ton nom grand.» Dieu ne veut pas donner sa gloire à un autre, et si quelqu'un veut être grand, c'est Dieu qui le fera. Et Abraham «donnait gloire à Dieu dans toute sa vie» (Romains 4:20) Et lorsqu'il remportait des succès militaires par la grâce de Dieu, il refusait une récompense en disant je veux que personne ne puisse dire : «J'ai enrichi Abraham». Pour Abraham, tout venait de Dieu, sa grandeur venait de Dieu, il rendait gloire à Dieu. C'est Dieu qui a pris l'initiative et alors, Abraham a loué Dieu.

Un des mots bibliques utilisés pour «louer», c'est celui de «bénir». Là encore, bénir a deux sens : Dieu bénit Abraham il lui fait du bien et, en retour, Abraham bénit Dieu. Il ne fait pas de bien à Dieu, mais il dit les bonnes choses que Dieu a accomplies et il le loue pour sa bonté et ses qualités.

Dans ces textes concernant Abraham, on voit que Dieu pense à sa gloire ; il a choisi un homme qui allait glorifier son nom et il a empêché les hommes de glorifier leur propre nom.

Exode 14….Dieu se fait un peuple qu'il va sauver du pays d'Egypte. Verset 4 : «J'endurcirai le coeur du Pharaon et il les poursuivra, mais je serai glorifié par le moyen du Pharaon et de toute son armée, et les Egyptiens reconnaîtront que je suis l'Eternel». Idem au verset 18. Pourquoi Dieu a t il endurci le coeur de Pharaon ? Pour manifester sa propre gloire et pour réduire l'orgueil de l'homme. Dieu agit pour sa propre gloire.

Josué 4. …Israël est libre, il a passé quarante ans dans le désert, et il est sur le point d'entrer dans la Terre promise. - Verset 23 : «L'Eternel a mis à sec devant vous le cours du Jourdain, jusqu'à ce que vous ayez passé comme I’Eternel, votre Dieu, l'avait fait à la Mer rouge, qu'il a mise à sec devant nous jusqu'à ce que nous ayons passé.» Pourquoi Dieu a t il fait cela ? Il aurait très bien pu ordonner à Israël de se construire des bateaux en six mois. Mais il a dit de passer à sec pour la raison qu'il donne au verset 24 : «afin que tous les peuples de la terre connaissent que la main de l’Eternel est une main puissante et afin que vous ayez toujours la crainte de 1 'Eternel, votre Dieu.»

Pourquoi Dieu fait il cela ?

Afin que les nations sachent qu'il est puissant, glorieux, riche en bontés envers son peuple. Nous voyons ici ce qu'il y a dans le cœur de Dieu ; non pas seulement ce qu'il fait mais pourquoi il le fait. Il cherche à faire éclater sa propre gloire.

Vous aimerez aussi

Cet article, du pasteur Richard Gelin, condense un enseignement partagé en...
C’est une nouvelle rubrique qui vous est ici présentée dans les Cahiers : «...
Ce texte ainsi que le suivant ont introduit une session de l’école pastorale...
La session de l’École Pastorale du mois de janvier s’est tenue sur le...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...