Les « dons » viennent-ils vraiment du « Bon Dieu » ?

Complet
Note : 50
( 43 votes )

Dans son premier article, Richard Morris parle des guérisseurs qui agissent avec une puissance « occulte », voire sur la base de la magie. Si cela est parfois évident, force est de constater que le problème que certains chrétiens rencontrent est bien souvent autre ; car les guérisseurs ne font pas nécessairement appel à des puissances et ne font aucune invocation extérieure. Ils diront avoir un don de Dieu et pratiquer une « autre » médecine, sans rien de plus, et c’est ce qui est le plus troublant pour les chrétiens, sans compter que certains médecins envoient leurs patients chez des guérisseurs pour soigner des zonas ! 

Selon une croyance populaire très répandue, de tels pouvoirs « viennent du Bon Dieu, car ils font du bien ». Est-ce vrai ? Dans ce deuxième article, Richard Morris traite de cette question particulière.

Les « dons » viennent-ils vraiment du « Bon Dieu » ?

J’ai travaillé au Bénin comme pasteur et évangéliste de 1988 à 1990, une partie du temps dans le nord, au milieu d’une tribu connue pour ses sorciers très puissants. Puis dans le sud, dans le berceau du vaudou, où j’étais souvent en contact avec des féticheurs, des prêtresses de vaudou, des devins et des guérisseurs. Au Bénin j’ai vu de beaux couchers de soleil. J’y ai rencontré des gens formidables, souriants, pleins d’amour. Mais j’ai aussi connu autre chose. J’ai vu le côté obscur de l’Afrique, celui qui ne fait pas de bien aux gens : la magie, la sorcellerie, la violence, les emprises que l’usage de la magie et de la sorcellerie créaient chez ceux qui y faisaient appel.

Deux conceptions du monde

Le monde entier, selon les Africains et les Asiatiques, est rempli d’esprits et de forces spirituelles. Par contre, dans la partie occidentale du monde, beaucoup de gens croient plutôt en la science. Ils ont une approche plus rationaliste de la vie et excluent l’existence des esprits et des forces spirituelles.

Voici un cas pour nous aider à voir comment ces deux groupes peuvent avoir une vision différente de la réalité. Cette histoire m’a été racontée par une chrétienne dont la famille s’adonnait au spiritisme depuis plusieurs générations. Lorsque ses parents préparaient la maison pour une séance, la table qu’ils allaient utiliser descendait seule du grenier. Personne n’allait la chercher, personne ne l’apportait. Elle descendait l’escalier toute seule. 

Beaucoup d’Africains croiront à une telle histoire parce qu’ils ont vécu toutes sortes d’expériences chez eux. Leur connaissance des réalités spirituelles leur permet de croire que cette histoire est vraie. Pour beaucoup d’Européens, de telles choses ne peuvent pas se produire. Ils diront que cette femme ment. Cependant, un troisième groupe aura une position intermédiaire. Ces gens-là diront que c’est peut-être vrai, car ils savent que de tels phénomènes peuvent se produire dans des familles qui exercent des dons occultes ou qui sont en contact avec le monde des esprits. Ils savent que le monde spirituel avec ses forces et ses esprits existe réellement. Pour ce troisième groupe, ce genre d’histoire devra être vérifié autant que possible ; ce qui est une approche équilibrée. 

Nous avons affaire ici à une « conception du monde », à une façon de voir le monde et ce que vous croyez être possible ou impossible, vraie ou fausse. Votre conception du monde, et nous en avons tous une, est en partie déterminée par vos expériences. Quant à la question de l’existence et de la provenance des pouvoirs qui permettraient à une table de descendre seule du grenier, votre réponse sera influencée par vos propres expériences, vos croyances, votre éducation et votre environnement familial. Si vous n’avez jamais connu quelqu’un dont la maladie a été enlevée par un guérisseur, vous pourrez avoir du mal à croire que c’est possible. Par contre, si un membre de votre famille a été guéri par un magnétiseur, vous croirez ! 

D’où viennent les dons ?

Beaucoup de Français acceptent la réalité des dons comme celui du sourcier qui permet de trouver de l’eau sous terre, ou celui du coupeur de feu (appelé également « barreur de feu ») qui guérit les brûlures et les zonas, ou encore ceux des radiesthésistes, voyants et magnétiseurs.

En Afrique j’ai entendu des gens dire que de tels dons venaient des puissances spirituelles ou des esprits. Mais une fois en France, on m’a plutôt affirmé que ces mêmes pouvoirs venaient du « Bon Dieu ». Puis d’autres personnes, qui rejettent l’existence de Dieu, m’ont tout bonnement expliqué que ces dons venaient d’une capacité tout à fait naturelle et humaine, une capacité qui reste à développer chez les hommes. Alors, avec trois opinions différentes, comment savoir qui dit vrai ? Ces gens parlent des mêmes dons, mais ne reconnaissent pas les mêmes sources. D’où viennent de telles capacités à guérir, à trouver des objets cachés ou à prédire l’avenir ?

Selon certaines personnes, ces dons n’existent pas et ceux qui prétendent les avoir ne sont que des charlatans. Selon d’autres, ils existent vraiment. Quant à moi, je dis qu’il y a du vrai et du faux dans tout cela. Je crois que parmi tous ceux qui prétendent avoir des dons, certains sont des charlatans et d’autres les ont vraiment. Ayant personnellement connu cette chrétienne dont la famille faisait du spiritisme, et ayant un peu d’expérience dans le domaine, je crois que ce qu’elle dit est authentique.

Selon une croyance populaire très répandue en France, les capacités ou « dons » qui permettent à certaines personnes de trouver de l’eau ou de guérir par exemple les brûlures, « viennent du Bon Dieu, car ils font du bien ». Vous avez peut-être déjà entendu cette idée. Mais qu’est-ce qui permet aux gens de dire avec tant de certitude que Dieu en est bien la source ? Est-ce que le résultat, un « bien », est la seule preuve, le seul moyen de le savoir ? La puissance qui fait descendre une table avant une séance de spiritisme, aurait-elle vraiment Dieu pour origine ? Je me demande pourquoi Dieu donnerait aux hommes un tel don ?

Si nous voulons savoir si Dieu en est la source, et si nous voulons savoir si ces dons font vraiment du bien, je ne vois que deux moyens pour connaître réellement la vérité. D’abord, il faut que nous nous tournions vers la Bible qui nous révèle la volonté et les œuvres de Dieu. Puis il nous serait utile de consulter ceux qui, avant de croire en Jésus-Christ, ont exercé un de ces dons. Diront-ils, avec du recul, que ces dons font vraiment du bien ? Pour nous aider à y voir plus clair et à trouver une réponse, je vous propose de considérer quatre éléments qui contribueront à nous faire une opinion. Ces quatre éléments sont : la réalité des dons ; leur origine ; leurs effets et la réponse biblique.

Premier élément : la réalité des dons

Certains voyants disent avoir un don héréditaire ; d’autres disent recevoir des flashs qui leur permettent de voir et de connaître des choses qu’ils ignoraient au moment où ils ont reçu le flash. Ceux qui n’ont jamais entendu un voyant leur prédire l’avenir avec 100% de réussite pourraient croire que les voyants ne font que dire des choses qui nous arrivent à tous, ou qu’ils ne font que manipuler des gens crédules. Pour vous montrer que tout n’est pas que manipulation ou tromperie, voici deux cas de gens ayant eu un don de voyance. 

Marie (un prénom d’emprunt), française, est née dans une famille de voyants. Sa mère, son père et au moins un de ses grands-parents avaient le don de voyance. Pour Marie, avant de croire en Jésus, c’était naturel d’avoir ce don. Elle avait des flashs qui lui permettaient de prédire l’avenir avec beaucoup de précision. Par ces flashs, elle voyait certaines scènes ou situations qui allaient se produire. Et plus tard, tout s’est passé comme elle l’avait vu dans son flash. 

Le second cas que je veux vous raconter vient de ma propre expérience. Avant d’accepter Jésus dans ma vie, j’avais assez souvent des flashs de connaissance qui me permettaient de voir un endroit inconnu avant de m’y trouver. Plus tard je me retrouvais dans cet endroit, juste comme je l’avais vu. Il m’arrivait aussi de savoir à l’avance, parfois un ou deux mois plus tôt, ce que j’allais dire à quelqu’un  ! Au moment où je sentais monter ces mots, je pouvais même m’empêcher de les prononcer. D’autres fois j’arrivais à savoir que dans un temps futur quelqu’un allait me dire telle ou telle parole. Et plus tard, cela se passait comme je l’avais « vu ».

Deuxième élément : leur origine

Je crois donc que des dons existent vraiment. Ma croyance est fondée sur ma propre expérience en plus de celles d’autres personnes que je connais. Mais qu’en est-il donc de leur provenance ? Qui ou quoi détermine si le don vient de Dieu comme le prétend cette croyance populaire ? 

Prenons le cas du don de sourcier, qui permet de trouver de l’eau à l’aide d’une baguette. Certains pensent que ce don vient de Dieu parce qu'il fait du bien. Ah ! Encore cette fameuse phrase ! D’autres expliquent que ce don tire son origine d’une capacité naturelle à sentir des champs magnétiques. D’autres encore disent que la branche utilisée par le sourcier doit venir d’une certaine espèce d’arbre, ayant un certain degré d’angle. Ainsi, la force vitale de l’arbre serait toujours présente dans la branche et par cette force, le sourcier trouverait de l’eau. Et finalement, il y a des chrétiens comme moi qui disent qu’un tel don est en fait un don occulte « générationnel ». Un don « générationnel », car il est transmis de génération en génération par le sang. On dit qu’il s’agit d’un don « occulte » dans ce sens où le mot « occulte » se réfère à toute pratique faisant intervenir des forces ou puissances spirituelles qui ne viennent pas du vrai Dieu.

Un jour un pasteur dans le sud de la France m’a demandé de l’aide. Un sourcier venait d’accepter Jésus comme son Sauveur personnel, mais il ne voulait pas renoncer à son don. Dans sa famille, il y avait toujours, pour chaque génération, une personne ou plusieurs qui possédait ce don. Même son fils pouvait trouver de l’eau. Après sa conversion, il continuait à ressentir le feu dans ses mains. Selon certains sourciers, c’est ce feu qui leur permet de trouver de l’eau. Son pasteur lui a parlé de dons occultes et de la nécessité d’y renoncer. Mais il ne voulait pas, car il croyait que son don venait de Dieu. D’autant plus qu’il croyait sincèrement que son don faisait du bien. Puisque l’eau est une ressource vitale et parfois rare, n’était-il pas utile de pouvoir la trouver ? Son pasteur et moi avons pu le convaincre de mettre à l’épreuve son don. Cette épreuve avait deux volets :

Premièrement, il devait prier que, si ce don n’était pas de Dieu, le feu cesse et qu’il ne puisse plus jamais trouver de l’eau.

Et deuxièmement, que si ce don n’était pas de Dieu, toute transmission de don entre lui et son fils soit coupée une fois pour toutes. 

Dès qu’il a fini sa prière, le feu l’a quitté. Il a ensuite essayé de trouver de l’eau dans un endroit où il savait qu’il y en avait, mais il a échoué. Puis son fils a essayé… et a échoué lui aussi. Selon cette prière, tout vrai don de Dieu devait rester et tout faux don devait partir. Si le don était vraiment de Dieu, pourquoi est-il parti ? Si le don était dû à une capacité naturelle de sentir ou de lire les champs magnétiques, il ne serait pas parti. Cette expérience de la prière et la volonté d’en tester la provenance mettent à mal cette croyance populaire selon laquelle ce don vient de Dieu. 

Revenons à l’histoire de Marie : cette Française avec un don héréditaire de voyance. Avant de mettre sa foi en Jésus-Christ, elle ne s’est jamais interrogée quant à l’origine du don. Mais après sa conversion, le pasteur de son église lui a parlé des dons occultes et l’a convaincue d’y renoncer. À ce moment-là, ce qui semblait être un don « naturel », est devenu la source d’une grande bataille en elle. Finalement, elle a renoncé à haute voix à la présence du don en elle et à l’exercice du don. Et depuis ce jour-là, elle n’a plus eu aucun flash de voyance. Le don est parti. Après avoir accompli cette démarche de confession et de renoncement, il n’y a pas eu de doute chez elle que ce soi-disant « don » aurait pu venir de Dieu. Surtout quand elle pense à son père qui, en plus de la voyance, a le pouvoir de maudire. Plusieurs fois les malédictions qu’il avait prononcées se sont réalisées. Ce serait un non-sens total de dire que le don de voyance du père « venait du Bon Dieu parce qu’il faisait du bien » tandis que son autre don venait d’une toute autre source. Ses pouvoirs, en réalité, viennent de la même source et ce n’est pas Dieu.

Troisième élément : leurs effets

On dit que les dons viendraient du « Bon Dieu », car ils font du bien. Je ne doute pas un seul instant que c’est bien d’être guéri d’une maladie douloureuse ou incurable. Ce qui me gêne, c’est que l’on parle d’un bien physique, tout en ignorant l’effet spirituel qu’un tel don peut avoir sur vous. Cet aspect-là ne doit pas être ignoré, il faut en tenir compte. Ne considérer que l’effet physique, au détriment de la conséquence spirituelle, me fait penser à ces paroles de Jésus dans la Bible : « et que servirait-il à un homme de gagner le monde entier, s’il perd son âme ? Ou que donnera un homme en échange de son âme ? » (Matthieu 16.26). Notre bien-être sur cette terre vaut-il le prix de notre âme ? 

Ceux qui exercent ces dons seront les premiers à nous dire que cela nous fera du bien. Ils ne vont pas nous dire que cela pourrait nous nuire. C’est sans doute parce que la plupart du temps, ils ignorent eux-mêmes cette réalité et ce danger.

Clémentine (un prénom d’emprunt), française, était maître de reiki à Paris. À la base du reiki se trouve une croyance que la puissance cosmique universelle peut guérir nos maladies. Selon ces croyances, n’importe qui peut apprendre à guérir. Pour devenir maître de reiki, elle a suivi quelques années de formation et a guéri plusieurs personnes. Non croyante, Clémentine s’est intéressée au christianisme et s’est mise à lire la Bible. Mais chaque fois qu’elle commençait à la lire, elle était sujette à de violentes crises de vomissements. Ces crises s’estompaient rapidement, dès qu’elle posait la Bible. Ce n’était que lorsqu'elle essayait de lire la Bible qu’elle avait ces crises. 

Je ne présente ici qu’une partie de ce qu’elle a vécu. Chaque fois qu’elle s’est intéressée à Dieu ou à Jésus, une opposition s’est manifestée. Si sa capacité à guérir venait vraiment de Dieu, elle n’aurait jamais eu la moindre difficulté à lire la Bible. Finalement, son soi-disant don de guérison lui faisait du mal et l’empêchait de se tourner vers Jésus afin de trouver une solution à ses problèmes.

Olivier a été radiesthésiste durant treize ans. Il avait été formé par un vieux monsieur qui croyait faire du bien aux autres. Olivier le croyait lui aussi, au moins au début. Cependant, au fur et à mesure qu’il pratiquait son don, il a découvert le côté obscur et dangereux de cette pratique. Un jour, en faisant une expérimentation avec son don, il a mis le feu à son appartement et a perdu presque tous ses biens. 

Avec d’autres radiesthésistes, Olivier a fait un voyage en Égypte. Dans un temple datant de l’époque des Pharaons, devant une statue d’une déesse égyptienne, lui et les autres ont demandé à cette déesse d’augmenter la puissance de leur don. Pour ce faire, un serpent (en fait un esprit) devait entrer en eux. Olivier a fait cette demande et a reçu un esprit guide. 

Au fil des années, il a constaté une accumulation de dégâts sur son corps comme, par exemple, le transfert d’énergie des patients vers son propre corps. Cela lui faisait du mal s’il ne s’en débarrassait pas. Un autre problème physique était lié à sa façon de guérir ses patients. Là où « l’énergie » entrait et sortait de son corps, il avait des points de douleur. Même après avoir arrêté d’exercer son pouvoir, les douleurs continuaient. C’était comme un prix à payer pour avoir ce don. Il a constaté qu’avec le temps, bon nombre de ses amis radiesthésistes souffraient de problèmes physiques graves. En fait, leur don, qui devait faire du bien, leur faisait du mal. 

Puis un jour, Olivier a rencontré des chrétiens qui lui ont parlé de Jésus. En lisant la Bible, il a découvert le décalage entre sa vie passée et les commandements de Dieu. Après un temps d’étude biblique avec ces chrétiens, Olivier a mis sa foi en Jésus et a commencé à venir à l’église avec sa femme et ses enfants. Un peu plus tard, sa femme a accepté Jésus comme Sauveur. 

Si je vous racontais un conte pour enfants, c’est à ce moment de l’histoire que je devrais dire qu’Olivier et sa femme furent heureux et eurent beaucoup d’enfants. Mais mon récit n’est pas terminé ! Après la conversion de sa femme, ils ont vécu un vrai cauchemar. Une nuit ils ont senti des mains les étrangler. Ce n’est qu’en priant par le nom de Jésus que ces attaques ont cessé et qu’ils ont pu dormir. Mais la nuit suivante les mains sont revenues. Ces attaques ont cessé une fois pour toutes seulement lorsque, dans un temps de prière, Olivier a confessé devant Dieu ce qu’il avait fait en Égypte et qu’il a demandé pardon. La nuit suivante et toutes les nuits depuis, ils ont dormi en paix. Peu de temps après, je l’ai aidé à renoncer à la présence de son esprit guide. Alors, comment est-il possible qu’un soi-disant don, qui devait faire du bien, fasse autant de mal ? Dans son témoignage donné lors de son baptême, il a parlé d’une période de sa vie où, avant de connaître le Christ, la pratique de son don le faisait souffrir. Je le cite : 

« Cela m’interpellait profondément. Cela montrait que la source n’était pas clairement identifiée… qu’une autre réalité était derrière le rideau des apparences. Je sentais que... Satan, l’imitateur, le menteur, le malin, était vraisemblablement à l’œuvre, s’appuyant sur l’orgueil de l’homme et son désir de puissance ». 

L’occulte est une partie du monde que Dieu nous a volontairement caché. Vouloir explorer ce domaine revient à croquer une nouvelle fois dans le fruit du jardin d’Éden et à s’éloigner du Père Céleste.

Après avoir cru en Jésus, Marie (celle qui avait un don héréditaire de voyance) a voulu témoigner de sa foi à son père. Chaque fois qu’elle a essayé de lui parler de Jésus, il s’est mis à jurer et à s’agiter physiquement. Les dernières nouvelles reçues à son sujet nous disent qu’il ne veut rien entendre et qu’il s’oppose avec violence à la foi de sa fille. 

Je n’ai pas besoin de me demander si cette opposition à la foi en Jésus et à la vie avec Dieu venait de la même source que tous ces dons que j’ai mentionnés. Je sais bien, pour l’avoir personnellement expérimenté, qu’il existe des forces spirituelles qui ne veulent pas que les hommes connaissent le vrai Dieu. Ces puissances font tout pour nous garder dans l’ignorance de la vérité afin que nous restions leurs esclaves. Mais, en Jésus-Christ, Dieu révèle cette vérité qui nous libère de l’esclavage dans lequel ces forces veulent nous maintenir. Parmi ceux qui ont touché à différentes pratiques occultes, certains subissent des attaques dans leurs pensées, comme un harcèlement qui ne s’arrête jamais, ou ne trouvent pas la paix dans leur esprit. D’autres ont des problèmes physiques. D’autres encore semblent ne pas souffrir du tout, sauf que, dès qu’ils entendent parler de Jésus ou commencent à lire la Bible, ils expérimentent toutes sortes de difficultés. 

En parlant de ces gens qui avaient touché aux dons occultes avant de croire en Jésus, mon but est de vous monter clairement les dangers, les effets et les réalités spirituelles qui existent derrière ces soi-disant « dons du Bon Dieu ». C’est vrai que Dieu est bon, mais ce n’est pas lui qui donne aux hommes de tels dons.

Pour moi le parallèle avec les dons dits « occultes » est évident : les gens s’en approchent en toute innocence, ne sachant pas que la réalité, derrière les belles images et idées, est tout autre. On nous promet monts et merveilles, on peut combler tous nos besoins et désirs. Mais à la fin, l’addition est plutôt salée.

Quatrième élément : la réponse biblique

De temps à autre, nous lisons dans les journaux que tel « prophète » ou tel voyant a mal vu ou a mal prédit l’avenir. Pourtant, les avertissements ne manquent pas pour celui qui veut les chercher. Ces avertissements ne se trouvent pas dans les journaux, mais dans la Bible, la Parole inspirée de Dieu. Depuis des siècles, Dieu avertit tous ceux qui veulent entendre sa voix des dangers de ce que nous appelons l’occultisme. Son opposition à de tels dons existe depuis toujours et sa volonté à cet égard n’a jamais changé. 

Lorsqu’ils guérissent, de nombreux guérisseurs font une sorte de prière ou formule où ils invoquent les noms de Jésus, de Dieu, des saints catholiques ou même des anges. Cela semble accorder plus de crédibilité à cette croyance que ces dons viennent « du Bon Dieu ». Cependant, le fait d’invoquer de tels noms n’est pas une preuve en soi que la source en est Dieu. 

En 2005, TF1 a fait un reportage sur une coupeuse de feu dans le sud-est de la France qui s’apprêtait à transmettre à un homme ce pouvoir de guérison. Dans cette région-là et en Suisse ce don s’appelle « le secret ». Ce nom vient en partie de son moyen de transmission : il ne peut être transmis qu’une fois par an, aux douze coups de minuit la nuit de Noël. À l’heure prévue, les deux personnes se sont isolées dans une pièce à part où l’homme devait prononcer un serment secret que seuls lui et la femme devaient entendre. Quelques mois plus tard, aux mêmes journalistes, cet homme a dit avoir déjà guéri quelques brûlures. Maintenant, avec une telle transmission, pouvons-nous dire que la source du don est Dieu ? Moi, je dis : jamais ! Qu’est-ce qui me permet d’être si catégorique ? Je pourrais répondre par « mes propres expériences ». Mais la base la plus solide sur laquelle je bâtis mes convictions concernant ces dons, c’est la Bible.

Le livre du Deutéronome contient des commandements et des préceptes que Dieu a donnés au peuple d’Israël. Parmi son peuple il ne devait se trouver personne qui « se livre à la magie, qui cherche des présages, qui pratique la divination ou la sorcellerie, qui jette des sorts, qui interroge les spirites ou les médiums, qui consulte les morts » (Dt 18.10-11). Le verset suivant est capital : « En effet, quiconque se livre à ces pratiques est une abomination pour le Seigneur. Tu seras entièrement consacré à l’Éternel, ton Dieu ».

Dans le livre du Lévitique, la volonté divine est plus que claire : « Si quelqu’un se tourne vers les spirites ou vers les médiums pour se prostituer avec eux, je me retournerai contre lui et je le retrancherai du sein de son peuple. Vous deviendrez saints, vous serez saints, car je suis le Seigneur, votre Dieu » (Lév 20.6-7).

Ces textes, écrits plus de mille ans avant la naissance de Jésus-Christ, révèlent l’opposition divine aux dons de voyance, de spiritisme, de sorcellerie et de divination. Sont compris dans cette liste d’interdits tous les dons qui se servent d’un objet pour trouver des objets cachés ou des gens perdus – baguette, pendule, photographies, etc. – car, en fait, de telles pratiques relèvent de la divination. Et une définition très simple de la divination c’est la recherche de ce qui est caché ou inconnu. 

Si Dieu interdit toutes ces activités, c’est d’abord parce qu’il n’en est pas la source. Mais aussi parce que ces activités et dons peuvent avoir des effets négatifs sur notre corps, sur notre esprit et surtout sur notre relation avec lui. C’est pourquoi son rejet de ces pratiques continue jusqu’à nos jours. Mais les gens ne sont pas toujours au courant de sa volonté. On parle de lui comme étant le « Bon Dieu ». Et c’est vrai qu’il est bon. Mais pas selon le sens donné par cette phrase « les dons viennent du Bon Dieu ». Dieu est bon en ce qu’il nous donne toujours la possibilité de mettre hors de notre vie tout ce qui est contraire à sa volonté. Son désir est de purifier notre corps et notre esprit de toute impureté et influence mauvaise. 

Jésus – sauveur, libérateur et vainqueur

Un jour un pasteur a demandé de l’aide pour une drôle de situation. Il avait été contacté par un envoûteur qui s’était lui-même fait envoûter par une maîtresse éconduite. Malgré ses pouvoirs, il n’arrivait pas à se débarrasser de ses pensées harcelantes et troublantes. Il a fait appel à un collègue, un désenvoûteur pour qu’il en soit délivré. Son cher collègue était vraiment cher : il exigeait plus de 1000 €, et ce, sans garantie de résultat ! C’est à ce moment-là qu’il s’est tourné vers ce pasteur pour voir ce qu’un homme de Dieu pourrait faire pour lui. Je savais par expérience que cet envoûteur envoûté n’avait que deux démarches à faire. Tout ce qu’il devait faire était de croire qu’à la croix, Jésus était mort pour ses péchés pour que, par la foi en Jésus, il reçoive le pardon de Dieu et la vie éternelle, puis de proclamer que, par le sang de Jésus versé à la croix, toute œuvre de puissance maléfique faite contre lui était brisée et rendue impuissante. Car c’est la proclamation de la foi en Christ Jésus et de la victoire à la croix sur toutes les puissances spirituelles mauvaises qui nous rend libres. 

Jésus a dit : « vous connaîtrez la vérité et la vérité vous rendra libres » (Jean 8.32). C’est une bonne nouvelle pour tous ceux qui ont touché un peu ou beaucoup à l’occultisme et qui, à cause de cette exposition, souffrent dans leur corps ou dans leur âme. La vérité est que vous pouvez être libéré de toute mauvaise influence que de telles pratiques ont eu dans vos pensées, corps ou vie. Mais pour être libéré, il ne suffit pas d’invoquer le nom de Jésus, il faut croire personnellement en lui. Le vrai Jésus est un sauveur, un vainqueur et un libérateur avec qui nous avons une relation. Le vrai Jésus peut non seulement guérir nos maladies, il peut – et veut – nous guérir de notre plus grande souffrance : le péché. 

Les gens font appel aux personnes ayant des pouvoirs pour toutes sortes de raisons : ils ont mal, ils ont peur, ils ont besoin de direction ou de certitude. Je ne leur jette aucune pierre. C’est peut-être parce qu’ils n’ont jamais appris qu’en Jésus ils peuvent trouver la seule personne vraiment capable de répondre à leurs questionnements, de combler leurs manques, de calmer leurs craintes et même de guérir leur corps ou leur vie. Jésus appelle tous ceux qui ont besoin d’aide, de direction ou de paix, à venir à lui. Écoutez son appel : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur ; et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est aisé, et mon fardeau léger » (Matthieu 11.28-30).

Le mot aisé peut être traduit par bon. Prendre le joug de Jésus veut dire entrer en relation personnelle avec lui afin qu’il nous aide dans la vie. Être en relation avec Jésus, c’est véritablement cela qui nous fait du bien !

Le jour de la Pentecôte, l’apôtre Pierre a appelé les hommes à la repentance et à la conversion. C’est en croyant que Jésus est mort pour nous, puis en confessant nos péchés et en nous en repentant que nous recevons le pardon de Dieu et la vie éternelle. Et ce sont ces trois choses ensemble – la foi, la confession et la repentance – qui nous rendront libres. La repentance est notre décision de ne plus faire ce qui est contraire à la volonté divine. La confession c’est ce que nous admettons : Oui Dieu, c’est vrai que j’ai fait telles choses. Je te le confesse et je te demande de me pardonner. Mais cette confession sera sans force ni efficacité si elle n’est pas accompagnée par la foi en Jésus comme sauveur. 

Venir à Jésus, croire en lui, trouver la paix, c’est ce qu’ont fait Clémentine, Marie, Olivier et moi-même. Après avoir décidé de croire en Jésus, j’ai appris que mes flashs de voyance n’étaient en fait qu’une forme de divination. Une voyante m’a même dit que j’avais un incroyable don que je n’exploitais pas. Lorsque j’ai appris que Dieu était contre la divination et la voyance, j’ai confessé ces dons, je les ai soumis à Jésus et les ai rejetés dans une prière. Depuis ce jour-là, plus de flash, ni de mot. Le don ne fonctionne plus. Et il ne me manque pas. Car je sais que j’ai avec moi quelqu’un qui connaît l’avenir mieux que moi ou toute autre personne. 

Avec tout ce que j’ai appris sur les dons occultes, si j’avais à choisir entre reprendre mon ancien don ou continuer à vivre avec Dieu, le choix serait vite fait. Je préfère faire confiance à Dieu chaque jour. Chaque jour je découvre combien Dieu est vraiment bon. 

Pasteur-missionnaire avec SIM France, il travaille avec plusieurs Unions d’Églises évangéliques ainsi que le Réseau FEF et le RESAM.

Vous aimerez aussi

Certains, dans nos Églises, peuvent être remplis de bonnes intentions,...
Bible Archéo La Bible Second 21 avec notes d’études archéologiques et...
Nous sommes heureux de proposer un nouveau texte du «Groupe de Massy»(1) [juin...
Matin de promesses, le temps du culte Edition Lumière des Hommes, Nîmes,...

Commentaires

Yasmine
08 décembre 2013, à 19:37
Dieu vous bénisse !!!! Je cherchais des réponses à mes questions et je les ai trouvé !
Note du commentaire :
270
- +
Van
13 décembre 2013, à 13:33
Dieu merci car j'ai eu ma reponse a la question car moi meme suis victime de ce don priez pour moi pour que je puisse me delivrer de tout ce mal et que je me livre a Jesus car suis deja chretienne...merci
Note du commentaire :
6
- +
A.b
05 avril 2014, à 01:44
n'y a t'il pas les 12 dons spirituels que Dieu offre aux saints si ceux-ci lui demande??? je précise bien ! dis aux Saints (chrétiens opérant pour le corps du Christ ) il est évident que nous ne pouvons pas donné foi à toutes choses !! il y a bcp de vérité dans se que vous dites mais pas tout plaise à Dieu mais c'est pour cela que je précise qu'une personne doit être né de nouveau / éprouvé les esprits /inspiré aux dons spirituel et il est dit dans les saintes écritures (inspirer aux dons LES MEILLEURS) la prophétie et le parlé en langue sont les plu recommandés dans le corps du Christ (autrement dit pour une charité pur et irréprochable !! et non à des fins personnelles comme beaucoup trop d'hommes et femmes chrétiens le font !) Romains 12;3 / 1 Corinthiens 12;7 / 1 Corinthiens 14;12/1 Timotée 4;14 / 2 timotée 1/6 ...
à mon sens plaise à Dieu et à d'autres personne en Christ qui le sont véritablement et que j'ai pue entendre..., il y a beaucoup de charlatant dans de fausses église, ( avec tout le respect que je dois aux vrai hommes de Dieu qui se reconnaîtront ...) mais il y à trop de sorcier infilté ! qui n'ont pas de dons spirituel qui n'en ont aucun !!! qui ne les ont même jamais demandé car ils ne sont même pas chrétiens et donc ne sont jamais né de nouveau, et pire n'ont pas été appeler par l'esprit saint à l'être!!! ( en tout cas pour certains Seigneur merci pas tous...lol) , mais se donne le droit d'être pasteur d'églises ou pire ! pour des raison purement "pouvoir=argent" hélas ... Et donc ces paëns comme j'aime les appeler font appel à des sorcier-sorcière pour des raisons de crédibilitées dans leurs assemblées mais aussi pour répondre à la demande toujours en pleine croissance de pauvres frères et soeurs en Christ qui ne voit pas la supercherie ou sont tout bonnement hypnotisés !!! c'est courant de nos jour!! moi je trouve que c'est la chose la plu urgente à souligné au marqueur rouge et indélébile!! car bcps de frères et soeurs en souffre...
Ô L'ETERNEL des armés délivre-nous aussi mais surtout de ces escros-arnaqueurs... qui sont sur les routes de tes enfants !! ils ne font que détruire ton peuple Seigneur Tout Puissant , ils ne guérissent pas mais font pire que mieu aux Dieu des armés, au nom de notre Seigneur Jésus Christ délivre nous avant tout de ces personnes infiltré dans le corps du Christ .
Note du commentaire :
12
- +
Bouzigues
04 juin 2014, à 16:32
Je suis très contente d'avoir trouvé ce texte explicatif de Richard Morris.
Je le connais depuis plusieurs années (un week end d'information sur ce sujet ds notre église) et je connais des personnes autour de moi qui vont chez les "guérisseurs" et j'ai du mal à faire comprendre à ma mère par exemple les dangers !
Avant de confier ma vie à Jésus je suis passée par le New Age, alors je suis très vigilante.
Nous devons prier pour que Dieu dévoile ces pratiques de satan au grand jour.
Note du commentaire :
3
- +
Diop
11 janvier 2015, à 05:36
je suis très rejouis de ce que l'éternel parvient par le dicernement a montré a ses enfants la verité.moi j'ose pensé que le seigneur si ns restons fidèle a lui, nous protégera toujours de la faussété.
Note du commentaire :
0
- +
pascale
24 avril 2015, à 15:15
Merci pour ce très beau texte de Richard Morris.
Note du commentaire :
-9
- +
bob
15 août 2015, à 21:54
Après avoir lu , je suis un peu plus éclairé concernant mes interrogations.
Merci.
Note du commentaire :
-7
- +
wally
02 septembre 2015, à 18:00
Bonjour
Je pense que le mal inflige le mal.
Et que le bien (DIEU) donne le bien et le bon.
Que JÉSUS de Nazareth dit : Ce que je fais vous pouvez le faire, et qu'il nous dit allez dans les maisons guérir en mon NOM. (Jésus de Nazareth)
Et que vous vous permettez de parler de l'autre, d'ailleurs je n'ose même pas prononcer son nom.
A mon avis vous parlez sans savoir ce que vous dites.
Une guérison est envoyée par DIEU et non par l'autre.
Note du commentaire :
-10
- +
Administrateur des C.e.p.
03 septembre 2015, à 11:27
Cher Wally, je vous remercie d'avoir réagi à cet article.

Je comprends votre crainte, mais n'oubliez pas cette autre parole du Christ (en Mt 7.21-23) où Jésus vient à dire ceci : " [...] Au jour du jugement, nombreux sont ceux qui me diront : "Seigneur ! Seigneur ! Nous avons prophétisé en ton nom, nous avons chassé des démons en ton nom, nous avons fait beaucoup de miracles en ton nom." Je leur déclarerai alors : "Je ne vous ai jamais connus ! Allez vous-en, vous qui pratiquez le mal ! "

Je vous invite à méditer ce texte de l'Evangile.
Note du commentaire :
-3
- +
Nano
31 janvier 2016, à 18:50
C"est vrai. Jesus est le seulement guerisseur de nos peines.
J'ai perdu mon chien dernierement et ma souffrance est enorme, alors je suis allee sur internet pour trouver un medium qui pourrait m'aider en me disant ou mon animal maintenant se trouvait.
C'est le diable qui m' a repondu, des insultes, une folle.
Tellement dangereux!!
Maintenant je sais que ce monde obscur est a eviter et que prier Dieu est le meilleur.
Je l' ai fait et je sens sa présence en moi, je sens l'amour de mon chien, Dieu est la clef, Dieu est amour.
Note du commentaire :
-1
- +
Joncquille
17 avril 2016, à 16:53
J'ai hérité d'un "don" de voyance qui m'a été transmit par une grand tante alors que j'étais encore bébé. Elle-même a fini sa vie folle, elle prédisait pourtant bien l'avenir. Que dire de tous ces gens qui sont venus la consulter ?
Elle avait du succès.
Je sais pour avoir vécu ce "don" de l'intérieur qu'ils se sont exposés d'eux-même aux dangers et malheurs qui leur sont arrivés. Car en la consultant, ils ont donnés une prise, un point d'accroche à ces forces occultes pour réaliser leurs dessins.

J'ai mis trois ans à me convertir pleinement, et sans la force de Jésus Christ ça n'aurait pas été possible : ça vous prend dans vos sentiments, dans vos humeurs, dans vos pensées, dans votre affect.
C'est comme d'essayer de sortir d'hypnose, vraiment sans le Christ vous ne pouvez pas y voir clair. Il faut beaucoup priez, et quotidiennement.
Que dire ? Vous pouvez "sentir" les autres, les voir, ça donne un sentiment de puissance factice, car lorsque ça arrive on est sous contrôle et on ne s'en rend pas compte si on ne met pas confiance en Dieu.
Le voyant est un manipulé manipulateur, qu'il en ai conscience ou non.
Je sais que certains ont des dons de l'Esprit Saint, mais ce sont des prophètes, des personnes qui font l'oeuvre de Dieu, pas de la consultation de voyance.

Personnellement je n'ai jamais exercé avant de m'en rendre compte, par pudeur, et ça c'est un poids en moins sur ma conscience.

Faites bien attention, ne consultez pas de voyants, medium, magnétiseurs, rebouteux ou autres guérisseurs, ça peut avoir quelques bienfaits sur le moment, mais c'est du poison pour l'âme.
Note du commentaire :
2
- +

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...