Dieu au centre ! Retrouver le sens du culte

Complet
Note : 40
( 1 vote )

Janie Blough, Les Dossiers de Christ Seul, n°3, Montbéliard, Éditions mennonites, 2013, 88 pages, 8€.

Dieu au centre ! Retrouver le sens du culte

C’est un beau cadeau que nous fait là Janie Blough à travers cet ouvrage simple, clair, riche et pétri d’Écritures. Disons-le d’emblée : ce livre est une très belle et utile réflexion introductive au sens du culte. L’occasion, pour nombre de nos Églises évangéliques, de réfléchir de nouveau à ce que nous faisons quand nous nous rassemblons le dimanche matin lors de nos cultes hebdomadaires. Si Janie Blough ne critique personne, et si sa visée est tout sauf polémique, le fait est qu’elle sait, en peu de pages, pointer du doigt quelques faiblesses inhérentes à une certaine vision évangélique du culte, en particulier cette tendance quasi générale à nous mettre, nous et notre « bien-être spirituel », au centre du culte. Pour ce faire, elle repense les fondements théologiques et historiques du culte pour faire jaillir quelques conséquences pratiques sur la structure et le déroulement de nos célébrations.

L’ouvrage est structuré en trois parties entourées d’une introduction et d’une conclusion, pour finir par deux annexes fort utiles (notamment la première qui donne une liste de textes bibliques pouvant être utilisés dans les différents temps du culte – textes pour le rassemblement, pour la confession des péchés, pour l’envoi, etc. – et dans laquelle les « présidents » de cultes peuvent donc aller piocher quelques idées). 

Après une introduction dans laquelle elle expose sa définition du culte : « La célébration du règne de Dieu et de ses actes de salut dans l’histoire de son peuple » (p. 6-7), Janie Blough propose un bref parcours biblique et théologique sur les fondements du culte, faisant ressortir de ses recherches quelques lignes directrices pour un culte biblique (p. 14-21) :

• Le culte est centré sur les actes de salut de Dieu dans l’Histoire.

• Le culte est proclamation et réponse.

• Par sa nature même, le culte est un culte d’alliance.

• Il est à la fois trinitaire et centré sur le Christ.

• Il est communautaire.

• Il édifie l’Église en cherchant la transformation de la vie individuelle et collective à l’image de Christ.

J’ai tout particulièrement apprécié ces pistes de réflexion et leur développement, les reprenant d’ailleurs lors d’une formation organisée pour les différents responsables de l’animation du culte dans notre Église. L’énumération simple de ces quelques lignes directrices nous a alors permis de tenter de les appliquer à notre contexte et de réfléchir ensemble à ce que celles-ci pouvaient signifier pour nous, quelles marges de progression nous avions encore, etc. 

Le deuxième chapitre du livre s’attaque (à mon sens trop brièvement) à la structure du culte (p. 23-31). Après avoir énuméré tous les éléments/activités du culte que l’on trouve dans le Nouveau Testament (17 en tout, dont bon nombre ne sont purement et simplement plus pratiqués dans une majorité de nos Églises !), Janie Blough remet gentiment et pédagogiquement en question certaines réticences, voire préjugés, sur la nécessité d’une structure claire au culte (car pour beaucoup, « structure » signifie encore « rigidité » et absence de liberté pour l’Esprit-Saint). Puis, face à l’approche évangélique habituelle et bipartite du culte (louange/prédication), elle propose une structure plus évoluée, sans être complexe. Celle-ci se base sur Exode 24.1-8, le moment où Dieu fait alliance avec son peuple au Mont Sinaï : (i) rassemblement, (ii) écoute de la Parole de Dieu, (iii) réponse, (iv) envoi et bénédiction. Selon elle, un tel cadre permet au peuple de Dieu rassemblé de louer Dieu avec créativité, liberté et spontanéité, tout en permettant également de donner une véritable cohérence aux divers éléments du culte.

Finalement, le troisième chapitre (le plus long) se focalise de façon très pratique sur trois éléments du culte : la Parole, la prière et le chant. Alors que la Bible est parfois délaissée dans nos cultes (Janie Blough avance même qu’il arrive qu’elle soit plus entendue lors des messes catholiques que pendant les cultes évangéliques !), elle propose, par exemple, des pistes pour choisir au mieux les lectures qui pourront être faites. Sur la prière, après quelques paragraphes pertinents sur son rôle et ses différentes catégories, elle nous rappelle qu’elle peut aussi être « écoute silencieuse de Dieu » lors des cultes. En effet, ne négligeons pas le silence, n’en ayons pas peur ! Pour ce qui est des chants, elle propose qu’ils soient au service de l’ensemble du culte, lui qui a pour vocation d’édifier, de renforcer la vie communautaire par la puissance du Saint-Esprit, afin d’être envoyés par Dieu en mission comme témoins dans notre monde (cf. p. 7 et 53).

Je suis reconnaissant à l’auteur de ce bel ouvrage, tant elle a réussi, de façon concise, très abordable et surtout équilibrée (tout le monde peut s’y retrouver, quel que soit son milieu ecclésial), à synthétiser le sens du culte chrétien et à encourager ceux qui l’animent à approfondir leur pratique. Voici donc un ouvrage de théologie pratique à mettre entre le plus grand nombre de mains possibles.

Vous aimerez aussi

La laïcité falsifiée Jean Baubérot Paris, Éditions La découverte, 2012,...
Christophe Paya et Nicolas Farelly, sous dir. Repères apologétiques, Charols,...
Daniel Lhermenault Un Dieu qui multiplie, Histoire d'une Église en mouvement...
Psychologie et Foi : Parcours de vie en 6 étapesJacques Poujol, Cosette...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...