Institution de la religion chrétienne

Complet
Note : 40
( 1 vote )

Jean Calvin, Institution de la religion chrétienne
mise en français moderne par Marie de Védrines et Paul Wells,
Kerygma / Excelsis, 2009, 56 €.

Institution de la religion chrétienne

Nous avons l’habitude de présenter dans cette rubrique des ouvrages récents et certains pourraient s’étonner que nous revenions sur un classique de l’ampleur de « l’Institution » de Calvin. Bien sûr, en cette année anniversaire – et 500 ans, cela commence à compter – on se sent presque gêné de ne pas avoir écrit un ouvrage sur le grand réformateur, tant il y a de livres qui paraissent. Et on ne peut que s’en réjouir, tant le réformateur de Genève semblait il y a peu mal aimé dans sa propre tradition. Mais pourquoi avoir choisi de parler de cette nouvelle édition de l’Institution chrétienne ?

Et bien, disons-le honnêtement, pour le plaisir de saluer un événement attendu depuis si longtemps. Comme beaucoup de mes amis, j’ai travaillé l’Institution en faculté et tout en appréciant les « cavillations » et autres formules savoureuses, j’ai souffert en lisant ce français du 16ème siècle plus ou moins modernisé. Si nous voulions lire Luther ou d’autres auteurs anciens grecs, latins, allemands ou anglais, tous étaient traduits en français d’aujourd’hui. Mais Calvin, qui avait pris la peine d’écrire dans notre langue, dans la langue courante de son temps pour justement être compris de tous, nous devions le décrypter avec difficulté. C’est pourquoi nous sommes reconnaissants à Mademoiselle de Védrines et au professeur Paul Wells pour l’immense travail qu’ils ont su mener à bien. Il est maintenant possible, grâce à eux, de lire la totalité de l’Institution Chrétienne en français d’aujourd’hui. La langue est belle mais claire ; elle conserve la richesse de l’original mais reste accessible à tout lecteur. Il est maintenant possible pour quiconque veut s’en donner la peine ou le plaisir de lire effectivement l’œuvre majeure de Calvin.

Certains regretteront la saveur (l’exotisme ?) de la langue des éditions précédentes. Qu’ils se rassurent ! Une nouvelle édition en français ancien vient de paraître, éditée par Olivier Millet et c’est une autre excellente nouvelle. Elle ravira tous ceux dont l’intérêt principal est littéraire. Mais si on souhaite que le Calvin théologien et réformateur soit effectivement lu, si on croit que sa pensée a quelque chose à nous dire, alors comment ne pas considérer comme une grande nouvelle que, comme Augustin, comme Thomas, comme Luther, on puisse enfin la lire vraiment dans notre langue.

 Ajoutons que les éditions Excelsis ont effectué un très beau travail. Le livre est beau, bien présenté, bien relié semble-t-il, ce qui est indispensable pour un livre de plus de 1.500 pages. La présentation est aérée, ce qui rend la lecture agréable. Les notes en bas de page sont utiles tout en restant discrètes et le texte est suivi par une bibliographie calvinienne, un index des références bibliques, un index des thèmes et un autre des auteurs. Gageons que cette édition va rapidement devenir l’édition de référence, celle sur laquelle on travaille quand on veut savoir la pensée de Calvin.

Il y a certainement bien des protestants intéressés par la théologie, dont bon nombre de pasteurs, qui n’ont jamais osé acheter cette œuvre majeure du protestantisme français, craignant de se mesurer avec un texte difficile d’accès. Ils n’ont maintenant plus aucune excuse. Il n’est pas besoin d’être en tout point calviniste pour être enrichi par la lecture de Calvin. Cette pensée est d’une telle envergure qu’elle a nourri bien des courants et des traditions d’Églises. Qu’on s’en réjouisse ou non, l’Institution chrétienne est un des ouvrages essentiels du protestantisme universel et certainement l’œuvre majeure du protestantisme français. Il est maintenant aisé de s’y reporter, grâce soit rendue aux deux « traducteurs ».

Ajoutons que les Presses Bibliques Universitaires et les éditions Ouverture ont eu la bonne idée de rééditer une édition abrégée en français moderne de l’Institution. Très abrégée (les 1.500 grandes pages sont réduites à environ 230 plus petites), cette édition est une bonne introduction qui peut donner envie d’aller à la rencontre de l’œuvre dans son ampleur réelle.

Vous aimerez aussi

Professeur d’espagnol, Philippe Ariño consacre beaucoup de temps à...
Michel Johner, La célébration du mariage étendue au Pacs et au concubinage, ...
Dictionnaire de Théologie Biblique Excelsis, 2006, 1006 p. 56 €. Après le...
Foi publique en action : comment réfléchir avec soin, s’engager avec sagesse...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...