Une autre manière d’être chrétien en France

Complet
Note : 40
( 1 vote )

Sébastien Fath : Une autre manière d’être chrétien en France.

Socio-histoire de l’implantation baptiste (1810-1950).

Labor et Fides, 2001 , 1222 p. , ??€

Une autre manière d’être chrétien en France

La mémoire des Églises baptistes en France

Voilà le livre tant attendu, celui qui rend la mémoire aux Églises baptistes de France ! 

Il faut reconnaître qu’en dehors de quelques personnes passionnées d’histoire(1), la plupart des baptistes étaient amnésiques. Ils ne connaissaient de leur passé soit presque rien, soit des morceaux choisis qui étaient souvent une manière de lire dans le passé la justification du présent. Ce travail qui est une sorte de condensé de la thèse de Sébastien Fath sur le même sujet va sans doute être la preuve que le travail historique influe sur l’histoire elle-même. En effet, les Églises baptistes de France, qu’elles appartiennent à la Fédération baptiste, à l’Association baptiste ou aux Églises indépendantes, ne pourront plus, après avoir lu ce livre, continuer de se voir de la même manière. C’est en effet l’histoire commune, mouvementée et conflictuelle du baptisme français qui nous est contée et il est facile de voir à quel point les personnalités, certains caractères fortement affirmés, ont joué un rôle dans les divisions et les dissensions au moins aussi important que celui, plus officiel et présentable, joué par les divergences théologiques invoquées.

Je voudrais avant tout plaider pour que le poids, le prix et le titre ne décourage personne. On peut en effet être impressionné par l’aspect extérieur de l’ouvrage. Le titre n’est pas follement accrocheur et certains pourraient bien se sentir incapables de lire un tel pavé. Ils auraient tort pour bien des raisons !

En fait, l’auteur nous propose deux livres en un et il est tout à fait possible de se promener dans cette mémoire et de lire tel ou tel chapitre comme on lirait un article d’une encyclopédie. 

Le récit de l’histoire des baptistes de France

La première partie est une histoire des Églises baptistes depuis les esquisses de 1810 jusqu’en 1950. Cette partie se lit comme un roman, d’autant que bien des choses se jouent autour de quelques personnages centraux. Le lecteur non-baptiste découvrira sans doute une tradition qu’il ignorait en gros, mais le lecteur baptiste apprendra énormément de l’histoire des Églises auxquelles il appartient. J’ai été un peu frustré que tout s’arrête en 1950. Mais il fallait bien sûr choisir une date et s’avancer plus loin faisait quitter le terrain historique pour entrer dans le contemporain avec toutes les ambiguïtés de l’histoire en train de se faire. 

On découvre les liens qui unissent des associations baptistes différentes qui ont pu apparaître plus tard comme situées aux deux extrêmes du monde évangélique. Il y a comme une sorte de dialectique entre d’une part ceux qui veulent vivre largement l’Évangile dans tous ses aspects, qui souhaitent être baptistes au milieu des autres protestants et avec eux, qui veulent être témoins dans la société et d’autre part ceux qui veulent demeurer fidèles avant tout et qui craignent les ouvertures excessives comme le risque de dissolution dans le social. Si je parle de dialectique, c’est que l’attitude des uns justifie et encourage celle des autres. Et il est étonnant de constater que des positions ou des postures qui nous semblaient actuelles s’enracinent en fait dans des manières d’être vieilles parfois de plus d’un siècle. Lire (avec passion) ce récit de notre histoire permet également de considérer autrement certaines des questions qui se posent à nous et dont nous nous apercevrons qu’elles datent parfois des débuts du 19ème siècle. Connaître son passé, c’est avoir une (petite) chance de ne pas commettre les mêmes erreurs, c’est avoir du respect pour les pères (et mères !) qui nous ont précédés et c’est peut-être une partie de la sagesse.

Comprendre le passé

Le deuxième grand aspect de ce livre recouvre en fait les parties 2 et 3. Il s’agit non plus de raconter l’histoire, mais de chercher à analyser plus en profondeur tel ou tel aspect, tel trait dominant passager ou permanent du baptisme français. Sébastien Fath va ainsi examiner longuement la conception baptiste de l’Église, ce « congrégationalisme » qui peut prendre des formes si variées. Et seront ainsi envisagées les manières différentes dont la triade baptiste (Fédération, Association et indépendants) a pensé et vécu cette manière d’être en Église si difficile à comprendre pour les autres protestants, comme pour les français marqués par le catholicisme. Cette liberté de l’Église locale qui est responsable d’elle même devant Dieu est toujours en tension avec la nécessaire communion qui unit les Églises en France ou plus largement dans le monde. Le lecteur sera ensuite guidé dans la visite des questions de pouvoir, de finances etc. On est aux antipodes de l’hagiographie pieuse ; les analyses pourront faire tiquer ici ou là, surtout pour qui connaît les Églises d’aujourd’hui qui n’ont pas toujours beaucoup changé. 

La troisième partie décrit les relations entre les baptistes et la société : l’engagement sans complexe ou le retrait prudent. Là encore, on est frappé par l’actualité des analyses et leur utilité pour comprendre l’aujourd’hui des Églises baptistes. On s’aperçoit, en lisant cet ouvrage que la tradition baptiste française a englobé toute la diversité évangélique, d’un extrême à l’autre. Il est donc fort probable que tous les évangéliques pourront reconnaître dans cet ouvrage les questions qui ont pu occuper et préoccuper leurs communautés dans le passé comme elles le font encore aujourd’hui.

Mieux comprendre le présent

Nous sommes, le sachant ou l’ignorant, les fils de notre passé. C’est pourquoi S. Fath nous donne ici un instrument essentiel pour comprendre le présent. Il faudrait rendre la lecture de ce livre obligatoire pour tout responsable d’Églises (baptistes au moins…). Dorénavant, il sera toujours possible, indispensable même, lorsqu’une question se posera, d’aller voir quelles réponses variées et sans doute contradictoires ont été données dans le passé à des questions semblables ou analogues. L’important de cet apport, c’est que l’on peut voir alors les conséquences de telle ou telle réponse. Bien sûr, cela ne dispense en rien de l’effort de penser pour la décision d’aujourd’hui, mais cela enrichit grandement les éléments à notre disposition.

Est-ce une coïncidence si, lorsque ce livre sort, les diverses tendances du baptisme français sont sans doute plus prêtes que jamais à renouer le dialogue ? Elles se retrouvent ainsi ensemble dans la Société d’Histoire et de Documentation Baptistes de France. Mais des signes montrent que les échanges ne font que commencer, peut-être parce que l’histoire ayant été dite, il n’est plus nécessaire de chercher sans cesse à se justifier ou à justifier les choix des anciens.

Que pouvons-nous attendre après un tel ouvrage ? Qu’un ouvrage semblable puisse être disponible en français sur l’histoire des baptistes dans le monde. Car notre petit bout d’histoire s’inscrit dans une tradition plus longue et beaucoup plus vaste qui reste pratiquement inconnue de beaucoup de français, y compris baptistes. Faudrait-il traduire un ouvrage existant, ou attendre un prochain travail de S. Fath ? Merci, en tout cas, pour ce livre magnifique !

1. Il faut mentionner dans ce sens le travail de la commission historique de la FEEB autour de Michel Thobois et les textes sur l’histoire des Églises publiés dans « Construire Ensemble » sous le nom de « Rétroviseur ».

Vous aimerez aussi

Jürgen Moltmann, Hubert Goudineau, Jean-Louis Souletie coll. Initiation aux...
Christophe Short Décider de grandir : Témoignage et réflexions sur la...
Philippe Gonzalez Que ton règne vienne - Des évangéliques tentés par le...
Billy Graham, pape protestant ?, Sébastien Fath Albin Michel, Sciences des...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...