Les évangéliques, le domaine politique et le service pastoral auprès des parlementaires

Extrait
Note : 40
( 1 vote )
Les évangéliques, le domaine politique et le service pastoral auprès des parlementaires

« Je t’aime, moi non plus », semble être le dilemme récurrent qui existe entre les chrétiens évangéliques français et le monde politique, constat qui n’est pas sans rappeler les relations aléatoires que la société française entretient, depuis la Révolution, avec ses élus, relations qui vont de la passion au divorce.

Depuis sa création, le Conseil National des Évangéliques de France (CNEF) encourage ses membres à développer leur visibilité auprès des élus de la République, des institutions et du monde associatif ; en effet, jusqu’à présent, pour des raisons théologiques, culturelles ou personnelles, ils se sont peu investis dans ce domaine.

Visibilité

En phase de passage « du ghetto au réseau », comme l’a si bien illustré le sociologue Sébastien Fath(1), les évangéliques français, forces vives du protestantisme, semblent attendre, désormais, une reconnaissance accrue de la part de l’opinion publique, des politiques et des médias. Une prise de « conscience politique » déjà latente, et même présente chez plusieurs, s’est considérablement développée lors du débat relatif au projet de loi pour le mariage des personnes de même sexe.

En juin 2010, la création du CNEF a largement contribué à développer la visibilité des évangéliques en se dotant d’une stratégie et d’outils de communication, en maillant le territoire de délégués départementaux interlocuteurs des Préfets, institutions et médias. Le CNEF est ainsi devenu l’un des interlocuteurs officiels, aux côtés de la Fédération Protestante de France, auprès du Ministère de l’intérieur, du Ministère des affaires étrangères, de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES(2)) et de l’Observatoire de la laïcité(3).

« Service Pastoral du CNEF » auprès des Parlementaires

Une corde manquait cependant à notre instrument au service de la vitalité des œuvres et des Églises : celle du relationnel avec la classe politique parlementaire. Depuis plusieurs années...

1. Sébastien Fath, Du ghetto au réseau : le protestantisme évangélique en France – 1800-2005. Genève, Labor et Fides, coll. « Histoire et Société » (47), 2005.

2. La Mission Interministérielle de VIgilance et de LUtte contre les DÉrives Sectaires (MIVILUDES) est un organisme de l'État français, créé en 2002 sous l'autorité du Premier ministre. Il observe et analyse le phénomène sectaire, coordonne l’action préventive et répressive des pouvoirs publics à l’encontre des dérives sectaires, et informe le public sur les risques et les dangers auxquels il est exposé. http://www.derives-sectes.gouv.fr/

3. L’Observatoire de la laïcité est une instance composée de 23 membres (dont des parlementaires de la majorité et de l’opposition), placée administrativement auprès du Premier ministre ayant pour objet de conseiller et d’assister le gouvernement dans son action visant au respect du principe de laïcité en France. Créé en 2007 par le Président de la République Jacques Chirac, il n’a été installé qu’en 2013, par le Président François Hollande et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault. http://www.gouvernement.fr/observatoire-de-la-laicite

Vous aimerez aussi

« Laisse la colère, abandonne la fureur ; ne t’irrite pas, ce serait mal...
Un pasteur à la tête de la République ? Vous plaisantez ! Pas du tout, car...
La tentation du pouvoir est une vieille question qui remonte aux origines même...
La culture occidentale, son organisation de la sphère politique, son système...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...