L'autocritique d'un évangélique charismatique

Complet
Note : 50
( 1 vote )

Les lignes qui suivent sont le témoignage, à un "instant T", d'un homme qui reste en cheminement spirituel. Je me suis ouvert à la puissante vie de l'Esprit durant mon adolescence. C'est dans le cadre de l'Église de Pentecôte de Brest, avec laquelle j'ai fait de nombreux camps d'ados, que cette vie de l'Esprit c'est d'abord imposée (plus que proposée) à moi. Puis ce sont de précieux ministères comme Gaston Ramseyer ou Jean Ivan, Philippe Emirian ou Maurice Ray qui ont contribué à façonner mon expression charismatique. Cette dernière n'a pas été toujours facilitée par les aléas de mon ministère. Mais pour moi, une certitude demeure : la vie de l'Esprit, c'est la plénitude de l'Évangile ! Humble essai d'une autocritique très personnelle…

L'autocritique d'un évangélique charismatique

Intimité et intériorité

+ C'est dans cette "spiritualité charismatique" que j'ai pris conscience d'une relation intime possible avec mon Dieu. Mon créateur est aussi mon Père, mon "papa". Je peux véritablement être moi même en face de lui et au milieu des autres. Mon Sauveur est aussi mon frère et même mon ami dans tout ce que cela a de respectueux et de fort au niveau du lien. Cette intimité est ce qui m'a ouvert aux dimensions de la louange et de l'adoration vivantes. Par "vivantes", j'entends ce qui me fait bouger intérieurement, qui me met en mouvement au plus profond de moi même, qui touche pleinement la dimension de mes émotions. C'est dans cette profondeur que j'expérimente l'œuvre intérieure du Saint Esprit, l'application qu'il met à me parler, à me guérir, à me consoler, à me reprendre, à m'exhorter.

Mais paradoxalement, je m'interroge souvent sur le besoin qu'ont, apparemment, les charismatiques d'être presque constamment dans une ambiance "vivante", parfois lourdement bruyante. Le silence fait peur. Comme s'il fallait qu'un leader humain tienne toujours les rênes... Autrement dit, on sait parler de l'intimité avec le Seigneur mais on ne sait pas toujours favoriser l'intériorité. Est ce parce qu'on n'encourage pas suffisamment les gens à "méditer", à "ruminer" la Parole ? Pourtant, cette grande figure du mouvement charismatique qu'était Maurice Ray, n'avait de cesse de nous y encourager...

Écoute et compassion

+ Écouter l'Esprit est une règle d'or du milieu charismatique. Et j'ai souvent été auditeur de paroles inspirées qui étaient véritablement saisissantes d'autorité, de pertinence et de justesse biblique. Certaines m'ont orientées, voire protégées personnellement et j'ai pu voir plusieurs ministères être encouragés par de telles paroles.

Mais je ne suis pas sûr que les communautés charismatiques sachent toujours former correctement au discernement. Car beaucoup de paroles (pas toutes, bien entendu) dites "prophétiques" sont au mieux des propos qui ne mangent pas de pain et qui, à coup sûr concerneront quelqu'un, soit, au pire et dans des situations plus extrêmes, des paroles manipulatrices qui ne sont pas toujours défendables bibliquement.

L'Esprit Saint est l'Esprit du Christ et du Père. Certains semblent oublier que l'Esprit n'est pas une personne indépendante du Christ et qu'il ne révèlera rien qui desserve le projet et l'œuvre de Jésus. Parmi ceux qui l'oublient, certains font ainsi dire à l'Esprit ce qu'eux même ont envie de dire ou d'entendre dire. Or la compassion accompagne toujours la parole du Seigneur même lorsqu'il reprend. C'est à dire que le Christ voit l'individu au passé, au présent et au futur. Écouter l'Esprit, c'est cheminer avec l'autre et non pas lui mettre entre les mains une parole dont il ne saura pas toujours quoi faire pour s'en aller aussi vite derrière. Beaucoup de prophètes ont une réelle sensibilité pour écouter l'Esprit mais manquent parfois de sensibilité pour écouter l'humain à qui ils s'adressent.

Formation et esprit critique

+ De multiples formations se sont développées ces dernières années dans les milieux charismatiques, visant à former des disciples, des témoins, des intercesseurs, des "toujours-plus-que-vainqueurs", etc. Je pense que cela est très bon car, d'abord, cela correspond à un véritable besoin et ensuite, on observe des fruits notables dans bien des vies. C'est dans ce milieu, il faut le dire, que les ministères se reproduisent le mieux.

Mais, je regrette parfois l'absence d'esprit critique. Certains "modèles" de ministère sont très envahissants ! Certains chrétiens apprennent donc davantage à fonctionner comme tel ministère qu'ils ont tendance à apprécier (quand ce n'est malheureusement pas plus...) qu'à fonctionner comme Dieu le veut pour eux, lui qui les a appelés et équipés. La vérité n'est jamais dans un seul point de vue, aussi "charismatique" soit-il ! Les chrétiens charismatiques, s'ils sont très ouverts à l'Esprit, n'en sont souvent pas moins très fermés à la découverte d'autres points de vue que ceux qui sont défendus par leur pasteur ou leurs leaders. Par ailleurs, je pense qu'il n'y a pas qu'une seule forme d'expression charismatique. Je suis donc toujours mal à l'aise quand on oblige les membres une assemblée à réagir tous de la même façon et où on culpabilise ceux qui sortent du lot.

Expression des dons et autorité de l'Écriture

+ Pour moi, ce qui fait la force d'une assemblée charismatique, c'est qu'on peut y exercer tous les dons simplement et radicalement, dans l'amour et le respect de l'autre, et dans la volonté partagée de reconnaître dans toute la Parole de Dieu la source de toute autorité. Je rêve que les gens aillent dans une assemblée charismatique par amour pour le Seigneur et pour sa Parole d'abord. Car l'expression des dons (prier pour les malades régulièrement, chanter et prier en langues, avoir des paroles de connaissance, etc.) représente pour moi une obéissance simple à la Parole et ils ont été donnés pour l'édification commune (moi avec et les autres, et les autres avec moi) plus que pour une autosatisfaction individualiste (moi avec moi !).

Mais je crains que bien souvent, le coté spectaculaire de l'expression des dons ne soit la raison première de la fréquentation de certains lieux de vie charismatiques. Alors même que l'expression des dons de la grâce n'a pas foncièrement besoin d'être spectaculaire. Combien de personnes évoluant dans les milieux charismatiques et ayant quelque ministère n'ont pas résolu des problèmes personnels d'identité et de reconnaissance... Mais cette remarque est probablement valable dans n'importe quelle forme de spiritualité.

Unité de l'Esprit et Esprit d'unité.

+ Le mouvement charismatique à favorisé me semble-t-il le rapprochement de bien des chrétiens.

Mais il a tout autant favorisé la division. Je deviens personnellement très sceptique toutes les fois où des ministères charismatiques fonctionnent dans l'exclusivisme ou surfent sur la vague de la division. Car l'Écriture m'enseigne que l'Esprit de Christ est un esprit d'unité.

+ C'est auprès de frères et de sœurs charismatiques que j'ai appris à me rassembler avec d'autres, sans a priori. Cela, je ne l'ai pas appris auprès des "conservateurs" plutôt réticents à rencontrer les autres pensant différemment d'eux. C'est avec des collègues charismatiques que j'ai pu vivre des temps réguliers de prière les uns pour les autres dans la liberté de l'Esprit et l'humilité de la rencontre ; mais aussi des temps de prière pour la bénédiction de la ville. Les "conservateurs" qui aujourd'hui s'y mettent, ne font qu'admettre qu'il y a là quelque chose de bon chez les charismatiques...

Mais chez trop de charismatiques, on travaille encore "chacun pour soi". Des luttes de pouvoir et d'autorité minent la mouvance charismatique.

Conclusion en deux traits (apparemment) contradictoires !

C'est aux pasteurs Daniel Lhermenault et Samuel Chevalier que je dois les deux remarques conclusives suivantes :

- Il manque aux charismatiques en France une histoire qui les protègerait contre eux même en leur donnant un cadre théologique et doctrinal cohérent.

Mais, Le mouvement charismatique, par définition, est aussi vieux que l’Église. Mais à se croire une génération spontanée, il est incapable de rebondir sur une histoire, de tirer les leçons bonnes ou mauvaises qu’elle peut apporter.

David Razzano est pasteur de la FEEBF.

Vous aimerez aussi

Le texte qui suit a d'abord été une contribution de Louis Schweitzer,...
Le chrétien est appelé à la perfection. Il ne manque pas de textes dans le...
C'est dans le cadre d'une pastorale nationale de la Fédération Baptiste en...
Introduction "Recherchez la paix avec tous et surtout la sanctification sans...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...