La psychologie de la conversion

Extrait
Note : 50
( 1 vote )
La conversion a-t-elle lieu en intégralité à un moment donné ou peut-elle être un processus ? Cette question peut se poser sous différents angles. Les sciences bibliques s’appliqueront à analyser les parcours des personnages bibliques, d’Abraham aux apôtres. La dogmatique vérifiera quel système est cohérent à partir des éléments de réponse présents dans la Bible. La psychologie et la sociologie des religions tenteront de cerner les parcours des personnes qui disent avoir vécu une conversion pour analyser leur cheminement et vérifier comment cela se déroule dans la pratique. Si ce dernier angle est peut-être le moins souvent considéré, il est pourtant complémentaire. Il est possible de recourir aux sciences humaines pour interroger les vérités absolues et découvrir de nouveaux angles jusqu’alors inexplorés sur la manière dont l’Évangile rencontre la réalité. C’est l’approche choisie par Marie-Noëlle Yoder dans l’article qui suit.
La psychologie de la conversion

La psychologie des religions est fascinée par le sujet de la conversion et étudie cette question depuis une centaine d’années. Cet intérêt vient du fait que la conversion touche une question existentielle pour quiconque s’intéresse au fonctionnement humain : « Que faut-il faire pour que les gens changent ? » Pasteurs, évangélistes mais aussi médecins, psychothérapeutes, juges et bien d’autres seraient assurément intéressés d’avoir une réponse à cette question ! Lorsque l’on parle de conversion, il ne s’agit pas de la petite modification de comportement qui suit les résolutions de nouvelle année, mais d’une transformation radicale et profonde de l’identité. Celle-ci est l’œuvre de l’Esprit, rajouteront les chrétiens. Au sujet de la conversion, la Bible souligne que l’homme a sa part et que Dieu a la sienne sans jamais préciser exactement comment elles s’articulent. L’Esprit de Dieu est à l’œuvre à travers nos fonctionnements psychiques et il peut se révéler au sein même des fonctionnements qu’il a créés. C’est l’un des aspects de la création de l’être humain par Dieu et donc d’une anthropologie bibliquement fondée. De nombreuses questions ayant trait à la conversion mériteraient d’être traitées de manière approfondie, mais je me limiterai, ici, à celle du processus de conversion qui demande à être considéré dans sa globalité.

La conversion, un accent évangélique

Pour les Églises évangéliques, « la conversion est l’expérience de mutation forte à l’origine de la vie chrétienne authentique(1) ». L’accent sur la conversion, « le conversionnisme(2) » est un des points caractéristiques des Églises évangéliques, c’est dire l’importance du sujet. Le CNEF, sur sa page Internet « Que croient les évangéliques ? » la décrit comme un « choix personnel et un engagement individuel(3) » dont découle naturellement un baptême d’adulte. L’accent est placé sur la réponse humaine personnelle qui est vue comme un choix individuel qui touche tous les domaines de la vie : l’intellect, les émotions, la perception du sens de la vie et la vie relationnelle. En se convertissant, le chrétien fait le choix d’entrer dans une relation privilégiée et réconciliée avec le Dieu de Jésus-Christ, mais aussi dans une communauté de foi : l’Église. Dans les milieux évangéliques, cette expérience est celle qui garantit l’authenticité de la foi : un chrétien converti est considéré comme un « vrai chrétien » par opposition à ceux qui s’identifient au christianisme uniquement en tant que tradition religieuse. La conversion est vue comme une démarche dynamique et active : le chrétien renonce à être son propre maître et choisit de se soumettre à la volonté de Dieu pour sa vie en accueillant l’amour de Dieu et en acceptant le pardon de ses péchés. Cette conversion peut être l’expérience de personnes qui ont grandi dans les milieux chrétiens, mais aussi de personnes extérieures, avec ou sans autre religion, qui ont été touchées par le message de l’Évangile.

La conversion implique une rupture

Quand on demande à quelqu’un de raconter sa conversion, c’est-à-dire son « expérience de mutation », que veut-on dire précisément ? Le point culminant de sa décision pour Dieu ? Ou un récit revisité de sa vie qui met en lumière le cheminement qui s’est opéré ? Il n’est pas rare de rencontrer des chrétiens capables de donner la date exacte du jour où ils se sont convertis. Certains disent qu’ils ont été « sauvés » ce jour-là. Ils peuvent parfois même donner l’heure et l’endroit précis où ils se trouvaient. Ils décrivent leur vie d’avant la conversion de manière détaillée, parlent du pardon reçu pour leurs péchés et le contraste avec la vie nouvelle est saisissant. Avant il y avait les ténèbres, le péché, la violence, la haine ; et après : la lumière, le pardon, la paix et l’amour. Leur témoignage de conversion suit les grandes lignes de celui de l’apôtre Paul (Ac 9.3-19) et témoigne d’une intervention extraordinaire et massive de la part de Dieu : une lumière éclatante, une chute et une voix audible par tous qui conduit à un changement radical. En un instant, Saul qui persécutait les chrétiens, est devenu l’apôtre Paul qui sera une bénédiction pour l’Église et la propagation de l’Évangile. Cela arrive encore aujourd’hui que la rencontre avec Christ provoque un véritable demi-tour de façon abrupte et change une personne en profondeur à un moment donné.

Cette rupture permet de prendre au sérieux l’appel du Christ à mourir et à renaître avec lui. La nouvelle naissance offerte par Dieu est un lieu de recommencements, de débuts, de changements où l’on laisse la vieille nature pour en revêtir une nouvelle par la grâce du Saint-Esprit. Une naissance est un événement important, une vie nouvelle qui a besoin d’être accueillie dans une famille : l’Église. Le témoignage donné lors du baptême l’atteste, en affirmant une décision personnelle claire pour Jésus et pour son Église qui provoque une rupture et qui engage. Le baptême est un jalon important dans la vie de foi : un moment précis, communautaire et public durant lequel le chrétien répond à l’amour de Dieu. L’Église aura la responsabilité de continuer à accompagner la personne dans sa vie de foi et de l’aider à rester fidèle aux engagements du baptême. D’ailleurs, la symbolique même du baptême par immersion met en scène ce qui s’est déjà produit dans le cœur de la personne : en étant enseveli avec Christ, le chrétien ressuscite avec lui, en lui (Ga 2.20). Le baptême sur confession de foi laisse la personne active dans la confession de cette rupture. Le chrétien baptisé se joint ainsi à la prière de Jésus : « Ta volonté et non la mienne » (Lc 22.42), et décide d’avancer dans la confiance et l’obéissance à Dieu et à son Église.

Lofland et Skonovd(4) soulignent que cette conversion radicale a pu être déclenchée de différentes manières. Certaines personnes racontent à quel point elles ont été interpellées, touchées et transformées par un texte biblique, d’autres par la manière surnaturelle dont Dieu est intervenu dans une situation, ou encore une forte émotion lors d’une soirée d’évangélisation, un culte, un camp ou une discussion avec d’autres chrétiens. Les témoignages de conversion sont variés. Ils le sont dans le Nouveau Testament comme ils le sont dans la vie aujourd’hui ! La rupture est nécessaire bien qu’elle puisse prendre différentes formes. La décision de donner sa vie au Seigneur et de suivre Jésus permet de relire les expériences passées et d’envisager les choix futurs à la lumière des enseignements de la Bible en se sachant accompagné du Saint-Esprit.

La conversion implique une continuité

Pourtant, si l’on en croit les sciences humaines, cette expérience de rupture absolue ...

1. H. Blocher, Conversion, in Dictionnaire de Théologie Pratique, sous dir. C. Paya, Charols, Excelsis, 2011, p. 198-205.

2. Selon la typologie de David Bebbington.

3. « On ne naît pas évangélique, on le devient par choix personnel et engagement individuel. C’est ce qui explique l’importance accordée au baptême d’adulte. Celui-ci est l’expression publique d’une foi vécue et assumée, à l’opposé d’une simple tradition. »

4. Lofland, John & Skonovd, Norman, « Conversion Motifs », Journal for the scientific Study of Religion 20/4, 1981, p. 373-385.

Vous aimerez aussi

C'est dans le cadre d'une pastorale nationale de la Fédération Baptiste en...
Les lignes qui suivent sont le témoignage, à un "instant T", d'un homme qui...
L'auto-critique est un exercice périlleux : ou bien on risque de forcer le...
Le chrétien est appelé à la perfection. Il ne manque pas de textes dans le...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...