1841. Les portes de la Madeleine

Complet
Note : 40
( 1 vote )
1841. Les portes de la Madeleine
Le Baron de Triqueti (1807-1874) est un peintre et sculpteur français. Il a notamment exécuté les portes de bronze de l’Église de la Madeleine (1841) à Paris. Portes plus grandes que celles de bronze de Saint-Pierre de Rome, elles sont aussi exceptionnelles par leur légèreté, leur nouveauté et leur intelligibilité.
Cet artiste protestant qui possédait une connaissance intime de la Bible, a su introduire dans cette œuvre de commande quelque chose de la clarté des Écritures… Comme dans un livre à images, chacune des scènes de l'Ancien Testament est légendée par le texte latin des Dix commandements, enrichi de citations bibliques.
Pour illustrer « NON OCCIDES » (Tu ne tueras pas), Triqueti présente la mort d'Abel, pleuré par Adam et Ève, tandis que Caïn et sa famille sont maudits à jamais. Autour d'Abel s'organisent les premières funérailles, tandis que Caïn devient l'image de l'humanité et de toute son infinie noirceur. Si le visage d'Abel exprime les visions célestes, l'importance accordée au criminel, si grand et terrible dans son mal, rapproche Triqueti de Byron avec son « Drame de Caïn » (1821) qui influença toute une génération romantique.
À travers ces scènes de l'Ancien Testament, on sent la riche culture religieuse du sculpteur et sa profonde foi chrétienne (Isabelle Leroy-Jay Lemaistre, La sculpture française au XIXe siècle, 1986).
Triqueti a été également un philanthrope et un écrivain. Il a écrit sur les œuvres protestantes de charité.

Vous aimerez aussi

« Le Seigneur est mon berger, je ne manquerai de rien... ». Sans contestation...
Parler de loi, c’est parler de morale Dans un premier temps, je veux surtout...
Photo ci-contre : un ostracon trouvé dans la cité de Heshbon (aujourd’hui en...
Une idée répandue : deux approches strictement opposées Un jour, errant...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...