Changer de mode de vie

Complet
Note : 50
( 1 vote )
Changer de mode de vie

Bien des gens vivent avec la pensée, plus ou moins consciente, que les ressources naturelles sont sans limite, que la diversité biologique ne semble pas souffrir d’un appauvrissement, que l’homme pourra s’adapter aux nouvelles conditions de vie, à la pollution même ! Ils avancent avec conviction qu’il y aura de toute façon « une solution » et ils soutiennent que l’homme vaut bien plus qu’une fleur, un oiseau, un poisson, un coléoptère ou un serpent.

Face à de tels arguments, nous sommes tenus de le rappeler sans relâche : les réserves naturelles et énergétiques sont limitées ; l’eau potable manque dans de nombreuses régions du monde et pose des problèmes d’approvisionnement ou de régénération dans nos pays développés ; bien des ressources comme le pétrole ou l’uranium ne sont pas inépuisables. Malgré de réels efforts pour la réduire, la pollution franchit souvent les limites de l’intolérable.

Nous devons donc changer nos modes de comportement, si l’on veut que les générations suivantes vivent dans des conditions acceptables. Nous pouvons économiser et protéger le patrimoine naturel qui nous est confié, penser aux générations futures et dénoncer l'égoïsme de notre génération. Nous partageons cette responsabilité de bien gérer notre patrimoine naturel avec l’ensemble de nos contemporains : les autorités politiques, les industriels, les chercheurs et les biologistes, les agriculteurs, les grands distributeurs, et les consommateurs, que nous sommes tous ! Il serait trop facile de rejeter la responsabilité sur un seul des maillons de la chaîne. Les recommandations publiées lors des grands rassemblements internationaux ou œcuméniques vont dans le même sens, de même que les conseils émis par le Gouvernement français pour contribuer à la préservation de l’environnement dans notre pays. Mais si l’idéal visé par la définition même du développement durable est juste, nous sentons bien que le danger est grand, sous le couvert d’une dimension religieuse, de verser dans l’utopie.

Vous aimerez aussi

On a recensé, dans le monde, environ un million deux cent mille espèces...
La nature porte l’empreinte du Créateur, suggère l’apôtre Paul au...
En France, le livre de Romain Gary, Les racines du ciel, couronné par le prix...
La société industrielle a surexploité les richesses naturelles de la...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...