Les Pères de l'Église

Complet
Note : 40
( 1 vote )
Les Pères de l'Église

On appelle « Pères de l’Église » les théologiens, défenseurs de la foi chrétienne qui ont exercé une profonde influence dans l’élaboration de la doctrine chrétienne. Ils peuvent être classés en deux catégories : les pères grecs et les pères latins.

Les Pères grecs

Le Nouveau Testament a été écrit en grec, langue connue dans tout l’Empire Romain. C’est aussi en grec que les premiers pères de l’Église ont écrit. Ils n’étaient pas seulement des « intellectuels » et des théologiens mais avant tout des témoins de Jésus-Christ, engagés dans le combat. Un grand nombre d’entre eux ont souffert le martyre pour avoir ouvertement confessé leur foi en Christ. Ce fut le cas de Justin Martyr, au IIème siècle. Avant de mourir, il eut le courage d’écrire une longue lettre à l’empereur pour prendre la défense des chrétiens.

Origène (185-254) a été le plus grand érudit et l’auteur d’une œuvre abondante dans l’histoire de l’église primitive. Sa maîtrise du grec et de l’hébreu lui a permis de fournir un important travail d’interprétation personnelle de l’Ancien Testament. Selon lui, l’Écriture peut être interprétée suivant trois sens : littéral, moral et allégorique. Il fut un penseur profond et un fervent serviteur de l’Église. Grâce à son travail exégétique, il reste le père de la théologie systématique. Parmi ses nombreux ouvrages, on signalera le « Contre Celse », une œuvre polémique contre les adversaires païens du christianisme. Pourtant, malgré son respect pour l’Écriture, Origène a développé des idées douteuses sur la préexistence de l’âme et du salut de tous les hommes après la mort.

Parmi les Pères Grecs, il faut encore citer Jean Chrysostome (dont le nom signifie « bouche d’or »), le prince de la prédication. Il a attiré des foules nombreuses, ne craignant pas de résister à l’empereur qui l’a poussé à s’exiler. Il est mort en exil en 407.

Les Pères latins

Ils sont désignés ainsi en raison de leur utilisation du latin comme langue de communication. Celui-ci s’est imposé d’abord à Rome et ensuite dans tout l’Occident. C’est ainsi que le Nouveau Testament a été traduit en latin.

Tertullien (160-220), a été le premier théologien à utiliser le latin pour exposer et défendre la foi chrétienne.

Bientôt Saint Jérôme (340-420) réalisera une traduction en latin de toute la Bible, connue sous le nom de « Vulgate ». Elle restera pendant plusieurs siècles la traduction officielle de l’Église catholique romaine. Depuis le Concile de Vatican II (1962-1965), l’Église catholique utilise la Bible de Jérusalem.

Le plus grand théologien de l’Occident est incontestablement Augustin d’Hippone, appelé plus communément Saint Augustin. Nous reviendrons sur ce personnage dans le chapitre IV.
L’expansion du christianisme, la réflexion et la production théologique se sont faites dans la douleur des persécutions.

Vous aimerez aussi

Timothée est surpris. Qui a eu cette idée saugrenue de suggérer son nom pour...
Rien de tel qu’un petit détour par l’histoire pour faire la chasse aux...
L'Histoire Ecclésiastique d’Eusèbe de Césarée, décédé en 340 après...
Il faut être homme de son temps ! Sous-entendu : avoir à la main son...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...