Pourquoi Jésus n'a-t-il jamais rien écrit lui-même ?

Complet
Note : 50
( 8 votes )

L’absence d’écrits dont Jésus serait l’auteur peut apparaître à première vue comme une faiblesse. Trois éléments au moins permettent de penser le contraire : cette absence est loin d’être un manque !

Pourquoi Jésus n'a-t-il jamais rien écrit lui-même ?

Puisque Jésus apportait la bonne nouvelle, pourquoi ne l’a-t-il pas écrite lui-même ?

Un premier élément de réponse est lié au contexte historique. À l’époque de Jésus, le moyen privilégié de communication était oral. La grande majorité de la population était illettrée(1). Il est d’ailleurs anachronique de penser que la communication écrite était considérée comme étant plus sérieuse que la communication orale, y compris pour des transactions formelles telles que l’acquisition d’un champ ou le mariage(2). À la lumière de témoignages anciens, un spécialiste conclut ainsi : « la tradition orale n’est pas toujours exempte de fiabilité ; de fait, elle est quelquefois plus fiable qu’une parole écrite »(3).

Par ailleurs, Jésus passait son temps à enseigner et à guérir. Se livrer à la laborieuse tâche de l’écriture l’aurait privé de son activité première. L’écriture était la fonction des disciples, comme elle l’était aux esclaves dans la culture gréco-romaine. La dictée y constituait le mode de composition privilégié. Le scribe suivait son maître partout et notait ses paroles, y compris lorsqu’il se promenait à cheval ou se rendait aux bains publics. Dans la tradition juive, un disciple était un apprenti, mais aussi un mémorisateur et un récitant. Le rôle de la mémoire était d’ailleurs considérablement plus étendu dans l’Antiquité qu’il ne l’est aujourd’hui. Ainsi, aucun des maîtres cités dans la Mishna ou le Talmud n’a écrit les paroles qui lui sont attribuées. C’est la mémoire fidèle des disciples d’abord et le travail soigneux des compilateurs ensuite qui nous permettent d’apprendre aujourd’hui les enseignements des rabbis antiques. Jésus s’inscrit donc dans une tradition juive de son époque.
Mais, pourrait-on rétorquer, Jésus, puisqu’il prétendait transmettre la Parole de Dieu, pourquoi ne l’a-t-il pas écrite ?

Pourquoi ? Parce qu’il était en train de la faire entendre ! Tout ce qu’il a fait, tout ce qu’il a vécu, Jésus l’a articulé comme un accomplissement de la Parole de Dieu. Lui, la Parole faite chair, est la véritable clef pour comprendre la Parole faite livre. Toutes les images de l’Ancien Testament, toutes les promesses, il les concentre en sa personne, tel un point focal. L’ensemble de ce qui a été écrit auparavant trouve enfin sa cohérence et son sens ultime en son action. Jésus l’explicite d’ailleurs à ses disciples(4) tandis qu’il reproche à ses ennemis de rater leur cible en lisant la Torah en dehors du lien avec lui-même(5). Il fait même équivaloir les écrits de Moïse à ses propres paroles(6).

Pourtant Jésus a bien écrit un jour…

Jésus n’aurait donc rien écrit… enfin, pas tout à fait ! Dans l’épisode de la femme adultère (Jean 8.1-11), les accusateurs qui veulent prendre Jésus au piège l’invitent à prononcer un jugement sur la fautive. Ce jugement – la lapidation – est requis par la Loi de Moïse, précisent-ils. Or, au moment où ils l’interpellent, Jésus est en train d’écrire sur la terre avec un doigt (Jean 8.6). Le verbe utilisé, katagrapho, n’est utilisé qu’ici dans le Nouveau Testament.

Le seul autre endroit dans la Bible où un doigt écrit quelque chose se trouve dans le livre de l’Exode. Il s’agit des tables de la Loi, et le doigt en question est celui de Dieu (Exode 31.18) ! Dans la version grecque, le verbe utilisé pour décrire ces tables est le même que pour Jésus katagrapho (Exode 32.15-16).

Le rapprochement est saisissant, entre le doigt de Dieu et celui de Jésus, liés par un même verbe. Il y a comme une similitude de statut entre Dieu et Jésus. Et cette similitude va plus loin. En colère contre un peuple pécheur, Moïse avait jeté les tables de pierre ; on invite Jésus à jeter des pierres sur une femme pécheresse. Une fois le jugement passé, Dieu écrira de nouvelles tables pour Moise. Une fois le jugement suspendu, Jésus s’abaisse à nouveau pour écrire. Qu’avait-il écrit au juste ? Beaucoup de spécialistes s’accordent à penser qu’il s’agissait de la sentence qu’il avait prononcée ensuite. Telle était, par exemple, la coutume des juges selon le droit romain : écrire la sentence avant de la lire. Mais au-delà du contenu que l’évangéliste ne précise pas, il y a le geste. Écrire sur la terre fait résonner de façon nouvelle le verset de Jérémie 17.11 : « Ceux qui m’abandonnent seront inscrits sur la terre ». Ainsi, les personnes qui demandaient un jugement pour piéger Jésus s’étaient mises elles-mêmes sous le coup d’un jugement. Mais si Jésus pouvait effacer la sentence prévue pour la femme adultère, il pouvait également le faire pour ceux qui l’accusaient. Ce qui le place dans le rôle d’un Juge qui est au-dessus de la Loi de Moïse ! Et qui est ce Juge suprême, sinon Dieu seul ?

Homme de son temps privilégiant la communication orale, Messie d’Israël qui faisait entendre en l’accomplissant une Parole antérieure, Juge suprême car Fils unique de Dieu, Jésus avait donc au moins trois raisons pour ne rien écrire !

Pasteur à Paris (Église Un Cœur pour Paris), doctorant à Paris IV La Sorbonne et à l’Institut Catholique de Paris (École des Langues et Civilisations de l’Orient Ancien), chargé d’enseignement en Hébreu biblique à l’Institut Catholique, et professeur invité à l’Institut de Théologie Francophone de Jérusalem.

(1) Cf. un ouvrage de référence récent sur la question, C. Hezser, Jewish Literacy in Roman Palestine, Mohr Siebeck, 2001.
(2) Ainsi dans le traité Qiddushin de la Mishna (premier recueil de commentaires de la loi juive) on précise trois façons d’acquérir une propriété terrienne : par transfert d’argent, par document écrit ou par le fait de la possession suffisamment longue.
(3) J.H. Charlesworth, Jesus Within Judaism. New York: Doubleday, 1988.
(4) Luc 24.27,44.
(5) Jean 5.39.
(6) Jean 5.46-47.

Vous aimerez aussi

Même si la question n’est venue à l’esprit de personne au premier siècle,...
Quelques considérations qui devraient permettre de fêter Noël en se...
Christ est ressuscité ! C’est l’affirmation de la foi chrétienne. A-t-on...
On n’a pas d’autres sources que les évangiles pour répondre à cette...

Commentaires

sheena
13 mars 2013, à 16:56
Ben oui jésus a exister et son père dieu la réssuciter tes morts point final il est venuu pour nous sauver il est un grand amour ils nous aiment d un amour éternel dsl je suis faché de voir( jésus a t-il vraiment exister) .............
Note du commentaire :
26
- +
forst
31 août 2013, à 17:10


JÉSUS ILLETTRÉ ?...
Comment est-ce possible !


Jésus n’a laissé aucun mot écrit de sa main pour la postérité. Il n’a pas écrit son propre évangile.
Ne savait-il pas écrire ou lire ? Pourquoi le fils de Die, qui était Dieu lui-même et son esprit, d’après le dogme de l’Élise catholique, n’a-t-il rien écrit ? N’aurait-il pas du être préoccupé par la rédaction de son ministère évangélique, comme l’étaient Socrate et Platon avant lui, pour leur philosophie ?
Comment Jésus pouvait-il être aussi négligeant ou indifférent pour la vérité divine à propager après lui ?
Il a voulu mourir pour ce qu’il a prêché de son vivant, ce qui prouverait qu’il tenait absolument à sa prétention d’être le fils de Dieu, (et non le Dieu lui-même selon le dogme de la trinité sainte, donc en contradiction avec l’Église catholique.).
Mais il aurait totalement manqué au devoir de transmission qui lui aurait été donné par son Dieu le père en ne consignant pas par écrit son évangile pour les générations futures et pour éviter toute équivoque historique à son sujet.
Comment ce Jésus, prétendant de descendance directe de Dieu, pouvait-il se refuser à présumer les interrogations inévitables qui pourraient survenir dans l’esprit des hommes à son sujet ?
Ou alors, Jésus était vraiment un illettré, un analphabète, un inculte ! Tout docte de religion s’est penché tout d’abord sur les écrits avant de rédiger ses propres écris, pour transmettre aux générations futures le fruit de son esprit. Comment un Jésus, fils de Dieu, ne pouvait-il pas logiquement faire de même ?
C’est vraiment déplorable de sa part, de s’être sacrifié sans se préoccuper de la propagation historique par des écrits justificatifs de sa propre main.
C’est tout simplement impensable !
S’il ne l’a pas fait, c’est qu’il n’a pas été assez intelligent ou ne pas avoir été inspiré par l’esprit de Dieu pour ce faire. Il aurait été alors rien d’autre qu’un simple illettré de commun mortel de son époque.


Note du commentaire :
-3
- +
Georges
31 août 2013, à 18:20
Détrompez-vous : Socrate que vous citez n'a lui-même rien écrit. Un explication en est donnée à cette adresse : http://www.lexpress.fr/culture/livre/pourquoi-socrate-n-a-pas-ecrit_829831.html. Nous y lisons notamment : "Selon Platon, qui a pourtant été un très grand écrivain, expose dans le Phèdre (274 b-278 a) les raisons qui lui font condamner l'écriture et l'on peut y puiser celles qui expliqueraient pourquoi Socrate n'a pas écrit. Contrairement à ce qu'on pourrait penser, l'écrit n'aide pas, selon lui, la mémoire à retenir ce qu'elle a vu auparavant. Loin d'être un remède à l'oubli, il le produit en fait, parce que le discours écrit engendre une insouciance à l'égard de ce qui est dit. Faire confiance à l'écrit, c'est renoncer à connaître de l'intérieur ce dont on parle et se contenter de se le remémorer de l'extérieur. Les écrits colportent ainsi une pensée morte, qui n'a pas été retrempée au contact de la chose même. Détachée de celui qui l'énonce, la parole écrite est orpheline...."

Quant à Jésus, je pense qu'il nous faut comprendre qu'il est venu pour nous appeler à la confiance, à la foi. Il a toujours récusé les preuves. N'a-t-il pas proclamés heureux ceux qui croyaient sans avoir vu ?
Note du commentaire :
3
- +
Pascal Hérache
22 octobre 2013, à 20:30
Quand quelqu'un rend témoigne de vous, cela a plus de poids que si vous le faites vous-mêmes (voir un débat à ce sujet dans Jean 8). Il n'est donc pas impossible également qu'il soit plus crédible de découvrir Jésus à travers quatre évangiles rédigés par des contemporains de Jésus qu'un seul par Jésus lui-même.
Note du commentaire :
3
- +
flonge
10 mars 2016, à 22:09
Mon frère foret, Jésus n'a pas écrit pcq il savait que son message était hyper puissant et était en mesure de transcender toutes les époques du temps après lui. Autrement, il savait qu'il se servira des plumes des ses disciples pour réaliser ses écrits et je t'assure qu'il peut même se servir de toi-même pour renforcer et soutenir son evengile... Imagine ce qui est arrivé à Paul, imagine la puissance de la plume de cet apôtre qui était autre fois persécuteur des chrétiens. Ne t'etonnes pas si ca t'arrive d'être le Paul de l'heure. Que le seigneur soit avec toi.
Note du commentaire :
0
- +
Georges Mary
11 mars 2016, à 07:57
Une des raisons qui me viennent à l'esprit est aussi le fait que, contrairement à tous les grands hommes que la terre a portés, Jésus est toujours vivant. Cela veut dire qu'il parle encore. Son message n'est vraiment puissant que parce que Jésus est vivant, vainqueur de la mort. Sans cela, il sera un beau message mais, en réalité, pas très différent de bien d'autres. Jésus-Christ vivant : c'est l'assurance que son message transforme de l'intérieur ceux qui font appel à lui et mettent toute leur confiance en lui.
Note du commentaire :
2
- +

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...