Que peut Jésus pour nous ? Qu'attend-il de nous ?

Complet
Note : 50
( 2 votes )
Que peut Jésus pour nous ? Qu'attend-il de nous ?

Dans notre monde, les larmes sont malheureusement monnaie courante. Nos larmes sont d’ailleurs bien naturelles. Elles expriment notre humanité dans un monde meurtri, atteint par la maladie du péché et de la mort. Hommes, femmes et enfants, nous sommes créés à l’image de Dieu, ce Dieu qui a lui-même pleuré devant la tombe de son ami Lazare(1), et qui a connu l’angoisse la plus profonde dans le jardin de Gethsémani(2). Dans ce contexte, existe-t-il un acte plus universel que de pleurer? N’en ayons donc pas honte.

Mais si Jésus est vivant aujourd’hui, il peut sécher nos larmes. C’est là le message de Pâques. Le récit du premier matin de Pâques en parle à merveilles. Là, dans le jardin, Marie Madeleine pleure devant le tombeau vide de Jésus. Elle pensait qu’on avait volé son corps, si bien que l’amertume était venue s’ajouter à son deuil. Non seulement le corps de son maître avait enduré la pire des exécutions politiques, mais en plus, on ne lui avait pas laissé la dignité de se reposer en paix. Alors un homme – était-ce le jardinier ? – lui demande : « Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? »(3). Puis l’homme l’appelle par son nom, « Marie ! », et lui ouvre ainsi les yeux. C’était Jésus, Rabbouni, le Seigneur ! Jésus est vivant, et la joie des retrouvailles a remplacé les larmes de la perte.

Bien évidemment, Marie a arrêté de pleurer parce que son Seigneur était bel et bien vivant. De nouveau, Marie pouvait voir, entendre, toucher Jésus. De nouveau, elle pouvait avoir une relation avec lui. Mais la joie de Pâques va bien au-delà. La résurrection de Jésus est le signe que sa croix n’était pas sa défaite, mais sa victoire : victoire sur les puissances du mal qui pensaient s’être débarrassées de lui, victoire du Dieu d’amour et de paix sur toutes les tyrannies. Alors, ce matin-là, un nouveau monde a vu le jour, un monde avec un nouveau roi, un nouveau royaume. Le plan de Dieu pour sa création, son dessein éternel de recréer tout le cosmos avait trouvé son accomplissement. Jésus a conquis la mort sur la croix, et sa résurrection est venue authentifier cette victoire. Dans les cieux, tous célèbrent le Roi en chantant un cantique nouveau(4).

Oui, tout comme Jésus a séché les larmes de Marie, il sèche aussi nos larmes par l’annonce de sa victoire. Quand la douleur ou l’angoisse nous envahie, la victoire de Jésus sur tout ennemi nous console. La veuve de Bagdad peut alors sécher ses larmes. L’orphelin du Rwanda peut retrouver le sourire. L’homme au cœur brisé peut se relever. Toutes nos larmes versées dans le secret de nos chambres peuvent être essuyées. Alors, nous pouvons joindre nos voix à celles qui sont dans les cieux. Nous pouvons chanter et proclamer la victoire de l’agneau immolé, et nous reposer en lui, entièrement, pleinement.

Mais revenons à Marie. Si Jésus peut nous consoler comme il a consolé Marie, alors il nous faut aussi entendre l’appel que Jésus lui a lancé : « Va trouver mes frères et dis-leur que je monte vers mon Père qui est votre Père, vers mon Dieu qui est votre Dieu »(5). Jésus peut sécher nos larmes, mais il ne désire pas que cela nous rende béats, voire oisifs. Non, la bonne nouvelle de la victoire de la vie sur la mort est à partager, à promulguer autour de nous. Christ est vainqueur ! Oui, le plan de Dieu est en marche, et rien de l’arrêtera. Un jour viendra où les larmes n’existeront plus. Où la violence sera mise de côté. Où la mort n’aura plus sa place dans la bonne création de Dieu. L’ennemi vaincu sera anéanti, mis hors d’état de nuire une fois pour toutes.

Cette espérance-là, c’est la vie de Christ qui nous la donne et elle nous donne en retour l’enthousiasme missionnaire. Tout comme Marie a été appelée « apôtresse » aux propres apôtres parce que c’est elle qui leur annoncé la bonne nouvelle de la résurrection de Jésus, imitons son entrain et sa verve pour proclamer autour de nous que Jésus est bel et bien vivant !

(1) Jean 11.35.
(2) Luc 22.44.
(3) Jean 20.15.
(4) Apocalypse 5.9-10.
(5) Jean 20.17.

Vous aimerez aussi

Le mot « messie » n’avait pas le même sens pour tous au premier siècle. Si...
Christ est ressuscité ! C’est l’affirmation de la foi chrétienne. A-t-on...
On n’a pas d’autres sources que les évangiles pour répondre à cette...
Jésus pourrait-il n’être qu’un mythe inventé par les chrétiens comme le...

Commentaires

ndrebourgadeandrè bourgade
01 mai 2012, à 16:01
tres bien pensè.
Note du commentaire :
4
- +
Claudius De Pralong
27 octobre 2014, à 19:22
Merci De Ce Beau Message D'abord D'ESPERANCe Et De Verite .
Note du commentaire :
0
- +

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...