L'invocation

Complet
Note : 50
( 1 vote )
L'invocation

NOTRE PÈRE QUI ES AUX CIEUX

L’invocation établit que le destinataire n’appartient pas aux puissances de ce monde qui passe. Il est aux cieux. C’est le grand Dieu, tout-puissant, éternel, immuable. Il n’est pas à la mesure humaine ; les cieux, c’est l’infini, l’immensité !

Pourtant la prière va l’atteindre. Jésus s’adresse directement à lui, sans nul intermédiaire et il nous enseigne que nous pouvons nous aussi entrer ainsi en relation directe avec le grand Dieu. Depuis que le Christ, en effet, est venu, depuis qu’il est mort et ressuscité, le chemin qui mène à Dieu est ouvert. « Par lui – le Christ – écrit l’apôtre Paul, nous avons… accès auprès du Père ». La Bible ajoute que par le sang de Jésus, nous avons un libre accès dans le lieu très saint, celui de la présence même de Dieu. C’est pourquoi, nous sommes invités à nous approcher avec confiance du trône de Dieu, où règne la grâce.

POUR QUE DIEU SOIT VRAIMENT NOTRE PÈRE

Cette invocation établit également que celui à qui la prière est adressée, c’est le Père, ou plus exactement que ceux qui prient, ce sont des enfants s’adressant à leur Père. Ici, il convient de dissiper un grave malentendu.

En effet, contrairement à ce que beaucoup pensent, tous les humains ne sont pas des enfants de Dieu. La Bible déclare nettement et formellement que la seule naissance humaine ne fait pas de nous des enfants de Dieu. Elle nous dit aussi que Jésus, interpellant un jour des Juifs pourtant religieux, leur avait déclaré : « Vous avez pour père le diable ».

Par nature, certes, nous sommes tous des créatures de Dieu, mais nous ne sommes pas ses enfants. Seul Jésus a, par nature, droit à ce titre ; il est, lui, ainsi que bien des passages de la Parole de Dieu le soulignent, le « FILS UNIQUE » de Dieu.

Mais la Bible nous apprend que, si par nature nous ne sommes pas de la famille de ce Père qui est au ciel, nous pouvons devenir ses enfants. C’est extraordinaire ! À vrai dire, c’est pour cela, dit la Bible, que Jésus-Christ est venu dans ce monde. Il est venu pour arracher à ce père inique, les victimes de sa perfidie, de sa brutalité et de sa méchanceté, que nous sommes tous. Il est venu au secours de tous les esclaves du péché ; il est venu pour les délivrer des mains meurtrières de ce bourreau désormais démasqué.

Et après les avoir libérés par son sacrifice sur la croix, Jésus les introduit dans la communion de son Père pour qu’il les adopte. Dès lors ils sont considérés comme les propres enfants du Père céleste : « Voyez de quel amour le Père nous a aimés pour que nous soyons appelés enfants de Dieu ! Nous le sommes en effet » s’écrie l’apôtre Jean et l’apôtre Paul ajoute : « l’Esprit que vous avez reçu ne fait pas de vous des esclaves qui ont encore peur, mais il fait de vous des enfants de Dieu. Et par cet Esprit, nous crions vers Dieu en lui disant : Abba ! Père ! L’Esprit Saint lui–même nous donne ce témoignage : nous sommes enfants de Dieu. » Et encore : Par Jésus-Christ, Dieu nous a appelés à devenir ses enfants par adoption. Ne nous voilà plus esclaves, mais fils.

Toutefois la Bible précise que cette libération et cette adoption opérées par l’œuvre du Christ ne s’appliquent pas automatiquement à l’homme. Seuls ceux qui se confient en Jésus-Christ, qui s’en remettent à lui sont au bénéfice de cette grâce. « Par la foi en Jésus-Christ, dit l’apôtre Paul, vous êtes fils de Dieu ». L’apôtre Jean, au début de son évangile, montre que le Christ « a donné le pouvoir à tous ceux qui l’ont reçu de devenir enfants de Dieu. Ils sont devenus enfants de Dieu en naissant non par la volonté d’un homme et d’une femme, mais de Dieu ».

La foi en Jésus-Christ provoque donc une véritable nouvelle naissance. Ceux qui sont ainsi nés de nouveau ont désormais Dieu pour Père. Jésus-Christ est leur frère ; avec lui, ils peuvent prier Dieu dans la même liberté en disant : « Notre Père qui es aux cieux », et ils savent que ce Père, leur Père, les entend et va les exaucer dans son amour infini pour eux.

Permettez-moi de vous demander alors, après nous être ainsi placés en face de ce que Dieu dit : pouvez-vous dire que Dieu est votre Père, que vous êtes son enfant ? Le pouvez-vous ? Sinon, comment oserez-vous vous associer encore à Jésus-Christ, pour dire : « Notre Père, qui es aux cieux » ? Vous n’avez aucun titre vous permettant de parler ainsi.

Venez plutôt à Jésus-Christ, là où vous êtes. Il vous attend. II a tout accompli pour que vous puissiez être adopté par son Père. Signez maintenant l’acte d’adoption. Et cette signature, c’est le : « je crois, Seigneur », d’un cœur qui se livre tout entier à Jésus-Christ, le Sauveur qui fait des pécheurs des enfants de Dieu.

Pour aller plus loin, lire :
Éphésiens 2.18 ; Hébreux 10.19 ; Hébreux 4.16 ; Romains 9.8 ; Jean 8.44 ; 1 Jean 3.1.

Vous aimerez aussi

PARDONNE-NOUS NOS OFFENSES COMME NOUS PARDONNONS AUSSI À CEUX QUI NOUS ONT...
Le Notre Père est très certainement la prière la plus connue et la plus...
L’une des pages les plus pathétiques de la Bible est celle qui rapporte les...
En toutes circonstances Quand j’ai peur, sois mon berger,Quand je me sens...

Commentaires

fiazo
08 février 2012, à 16:27
amen!!!!!!!!!
Note du commentaire :
2
- +

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...