Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel

Complet
Note : 50
( 2 votes )
Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel

L’une des pages les plus pathétiques de la Bible est celle qui rapporte les heures que Jésus a passées lors de sa passion dans le jardin de Gethsémani. La veille du jour où il a été crucifié, il s’est éloigné pour prier en prenant avec lui trois de ses disciples. L’Évangile rapporte que « il commença à ressentir de la tristesse et de l’angoisse… Il se jeta le visage contre terre et pria en ces termes : Mon Père, si c’est possible, éloigne de moi cette coupe de douleur. Toutefois, non pas comme je veux, mais comme tu veux… Il s’éloigna une deuxième fois et pria en ces termes : Mon Père, si cette coupe ne peut pas être enlevée sans que je la boive, que ta volonté soit faite ! ... Il s’éloigna et pria pour la troisième fois en répétant les mêmes paroles ».

Dans cette prière, trois fois le Christ reprend donc la pensée d’une des expressions du « Notre Père », la prière qu’il avait enseignée à ses disciples. Il leur avait, en effet, appris à dire : « Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel ! »

Sans aucun doute, Jésus a accompli la volonté de Dieu en toutes choses. Lui-même la affirmé : « Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé » ; et aussi : « je suis descendu du ciel pour faire, non pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé ». Sans aucun doute, il a pu reprendre les paroles du Psaume 40 : « Voici, je viens, ô Dieu, pour faire ta volonté ».

Pendant toute la durée de son existence sur la terre, selon le témoignage des évangiles, Jésus a fait cette volonté de Dieu ; il l’a faite sur la terre comme il la faisait au ciel. « …je fais toujours ce qui lui est agréable ». Aussi dans les affres de son agonie sur la croix, au moment où il expirera, pourra-t-il dire comme l’expression de l’exacte vérité : « Tout est accompli ». La volonté de Dieu avait été faite par lui.

La volonté de Dieu

Les hommes de la Bible nous la montrent comme étant une volonté pleine de miséricorde. « …Ce n’est pas la volonté de votre Père qui est dans les cieux qu’il se perde un seul de ces petits », dit Jésus lui-même.

« Dieu… veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité » déclare l’apôtre Paul.

Et l’apôtre Pierre de dire : « Le Seigneur… use de patience envers vous, ne voulant pas qu’aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance ».

La Bible nous dit aussi que cette volonté est « bonne, agréable et parfaite ». Comment pourrait-il en être autrement d’ailleurs, puisque c’est celle de Dieu, du Dieu d’amour ?

La première chose à savoir pour faire la volonté de Dieu, c’est de la connaître. Chacun peut connaître la volonté de Dieu le concernant. Comment ? Les événements, nos semblables, notre conscience, sans doute, peuvent nous éclairer sur la volonté de Dieu, mais ils ne suffisent pas. C’est essentiellement dans la prière et dans l’étude de la Parole de Dieu que nous apprenons à la connaître vraiment.

Dieu, dans sa parole, nous indique sa volonté. Les commandements, le Décalogue par exemple, nous la révèlent. Jésus l’a résumée dans le sommaire de la loi disant : « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée ; et ton prochain comme toi-même ».

C’est bien pour cela que celui que l’on connaît sous le nom de Saint Augustin, disait : « Aime Dieu et fais ce que tu voudras ». Car celui qui aime vraiment Dieu ne peut rien faire d’autre que sa volonté.

Mais c’est Jésus, lui que la Bible appelle « la parole de Dieu faite chair », c’est Jésus qui a été la manifestation suprême de la volonté de Dieu, son expression parfaite. C’est pourquoi la Bible nous invite à fixer nos regards sur lui, à l’imiter et aussi à croire en lui, c’est-à-dire à nous lier à lui au point de ne faire plus qu’un avec lui.

Pas seulement connaître, faire !

Mais il ne suffit pas de connaître la volonté de Dieu, il s’agit de la faire. Jésus n’a pas appris à ses disciples à demander : « Que ta volonté soit connue sur la terre comme au ciel ! », mais « Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel ! »

Dans le chapitre précédent, nous avons jeté un regard sur ce beau pays dont on dit qu’un homme pourrait le parcourir en long et en large, pendant 1.000 ans, sans jamais voir une larme dans les yeux de personne, sans jamais entendre un soupir s’échapper d’une poitrine. C’est que la mort y est inconnue, nulle part on ne trouve d’enclos où les tombes se creusent ; les lèvres brûlantes d’une mère ne se posent jamais sur le front glacé d’un enfant. La maladie elle-même n’y existe pas, le mot même y est inconnu. On n’y rencontre aucun aveugle, aucun sourd, aucun boiteux, aucun infirme ; on n’y trouve non plus aucun affamé, mendiant son pain, aucun pauvre, aucun malheureux. La vie, une vie abondante y coule à flots. Haine, mensonge, esclavage, guerre, péché pour tout dire, rien de cela n’y existe.

C’est le royaume de la paix, le royaume de la liberté et de la justice, le royaume de la vie, le royaume de l’amour. C’est le royaume de Dieu. Eh bien ! Jésus proclame que celui-là seul qui fait la volonté de son Père qui est dans les cieux, entrera dans ce royaume. Personne d’autre.

Faites-vous la volonté de Dieu ?

Peut-on faire la volonté de Dieu ?

Vous dites peut-être : J’ai essayé et je n’ai pas réussi. Je voudrais bien mais je ne peux pas. L’apôtre Paul parle d’un échec semblable : « Je ne fais point ce que je veux, et fais ce que je hais… j’ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien. Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas. Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n’est plus moi qui le fais, c’est le péché qui habite en moi. Je trouve donc en moi cette loi : quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi ». Et l’apôtre de s’écrier alors : « Misérable que je suis ! Qui me délivrera… ? »

L’homme, en effet, est incapable de faire la volonté de Dieu, tant qu’il demeure sous la loi du péché. Sous cette loi il ne peut que mourir et c’est tellement vrai cela, que l’apôtre Paul peut écrire aux Éphésiens : « Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés ». Or, comment un mort pourrait-il faire la volonté de Dieu ? Il ne peut que se décomposer ; on ne peut rien attendre de plus d’une mort !

Pour faire la volonté de Dieu il faut commencer par vivre. C’est pourquoi l’apôtre Paul, après s’être écrié : « Qui me délivrera du corps de cette mort ? », fait retentir le nom du seul libérateur qui soit, du grand vainqueur : « Jésus-Christ », dit-il. Par LUI, il sort du péché, il entre dans une vie nouvelle. Désormais, il peut vivre selon l’Esprit, cet Esprit qui conduit dans toute la vérité et qui donne à l’homme incapable de faire la volonté de Dieu, la puissance de l’accomplir.

Remarquons bien, cependant, que Jésus n’enseigne pas à dire : « Que ta volonté soit acceptée ». La Bible n’invite jamais à la résignation. Le croyant n’est ni un stoïcien qui accepte la volonté de Dieu, ni un fataliste qui la subit. Il est chrétien, c’est-à-dire que, comme son Sauveur ressuscité, il est passé de la mort à la vie ; il est vraiment vivant et il agit. Et parce qu’il est ainsi devenu, comme le dit la Bible, ouvrier avec Dieu, par son action, il accomplit alors la volonté de son Père céleste.

Notre souhait, c’est que vous, qui nous écoutez en ce moment, quels que soient votre situation, votre âge, votre passé, que vous soyez bien portant ou malade, notre plus grand souhait, c’est que vous vous mettiez à rechercher dans la lecture et l’étude de la Sainte Bible, la volonté de Dieu et que, comprenant votre impossibilité à l’accomplir, vous vous tourniez, vous aussi, vers Jésus-Christ.

C’est lui, qui a « appris… l’obéissance par les choses qu’il a souffertes » et qui tend maintenant ses mains percées vers vous pour vous sauver. Il vous apprendra à faire la volonté de Dieu. Il n’y a pas de plus grand bonheur !

« Que le Dieu de paix qui a ramené d’entre les morts… notre Seigneur Jésus, vous rende capables d’agir toujours bien pour faire ce qu’il veut ! Qu’il accomplisse en nous par Jésus-Christ ce qui lui plaît ! ».

Pour aller plus loin, lire :
Matthieu 26.34-43 ; Jean 4.34 ; 6.38 ; 8.29 ; 19.29 ; Matthieu 18.14 ; 1 Timothée 2.4 ; 2 Pierre 3.9 ; Romains 12.2 ; Luc 10.27 ; Jean 1.1-18 ; Hébreux 12.2 ; 1 Corinthiens 11.1 ; Éphésiens 5.1 ; Matthieu 7.21 ; Romains 7.14-25 ; Éphésiens 2.1 ; Romains 7.14-25 ; Jean 16.13 ; 1 Corinthiens 3.9 ; Hébreux 13.20-21.

Vous aimerez aussi

Avant de clore, il nous reste à considérer un dernier mot de cette prière :...
PARDONNE-NOUS NOS OFFENSES COMME NOUS PARDONNONS AUSSI À CEUX QUI NOUS ONT...
NOTRE PÈRE QUI ES AUX CIEUX L’invocation établit que le destinataire...
Le Notre Père est très certainement la prière la plus connue et la plus...

Commentaires

berry
21 janvier 2014, à 14:36
je voulais une étude concret sur la parole de jésus qui dit: que la volonté soit fait sur la terre comme au ciel
Note du commentaire :
16
- +
Georges Mary
21 janvier 2014, à 14:42
Peut-être pouvez-vous nous dire ce que vous entendez par "concrète" ?
En tout cas, demander cela à Dieu, c'est demander à découvrir sa volonté pour nous aussi et nous engager à la faire. La discerner n'est pas toujours facile. Il y a des choses qui sont très claires dans la Bible, Parole de Dieu, d'autres qu'il nous faut discerner pour pouvoir les appliquer à notre vie, là et dans l'époque que nous vivons. Bon courage. Dieu entend vos prières et voit votre désir.
Note du commentaire :
-1
- +

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...