Appendice - La souffrance éternelle

Complet
Note : 40
( 1 vote )
Appendice - La souffrance éternelle

Pour faire le tour de la question posée par le titre de notre étude, nous devons dire quelques mots d’un sujet qui n’est pas abordé dans le livre de Job, mais qui est plus angoissant que tout le reste : la souffrance éternelle. Comment Dieu peut-il permettre que certaines de ses créatures, objets de sa sollicitude, soient perdues à toujours, dans les ténèbres du dehors, où il y a des pleurs et des grincements de dents ?

Nous ne pouvons qu’effleurer le problème qui reste en bonne partie insoluble. De toute façon, dès que nous abordons la question du péché, nous ne pouvons jamais trouver d’explication satisfaisante. Par définition, le péché est inexplicable, puisqu’il n’aurait jamais dû et ne devrait jamais être ! Il est donc normal que sa conséquence ultime, le châtiment éternel, échappe aussi à toute solution.

Ce qu’il faut souligner, sur la base de l’Écriture, c’est que ce n’est point par la volonté de Dieu que les réprouvés périssent. L’Éternel ne désire pas la mort de celui qui meurt(1). Cela n’empêche pas le pécheur impénitent de mourir mais ce n’est pas Dieu le responsable de cette mort. Chacun n’a qu’à s’en prendre qu’à lui-même.

Le châtiment éternel, c’est essentiellement la séparation définitive d’avec Dieu(2). La sentence prononcée, c’est « Retirez-vous de moi, maudits »(3). À la lumière de ces textes, les réprouvés subissent le sort qu’ils ont eux-mêmes choisi. Ils ne voulaient pas de Dieu, Dieu ne leur impose pas sa présence, qui d’ailleurs leur serait intolérable vu leurs dispositions intérieures. On peut dire d’eux ce que David prédisait à propos de Judas : « Il aimait la malédiction : qu’elle tombe sur lui ! Il ne se plaisait pas à la malédiction, qu’elle s’éloigne de lui ! »(4). Évidemment, en dehors d’un contact intime avec le Dieu vivant, l’homme reste à jamais mutilé et malheureux. Mais ce qui est tragique, et qu’on peut constater dès ici-bas, c’est que beaucoup ne veulent pas venir à Jésus pour avoir la vie(5).

Dieu a pourvu, par un sacrifice infini, au salut de quiconque veut l’accepter. L’Évangile doit être prêché et la grâce offerte à chacun(6). Ceux qui n’ont pas entendu l’Évangile seront jugés selon leurs lumières, mais ils seront quand même inexcusables, parce qu’à leur manière ils se seront détournés du Dieu qu’ils connaissaient très imparfaitement sans doute, mais malgré tout en vertu d’une révélation qui leur avait été accordée(7).

Quand nous contemplons la croix, nous pouvons être pleinement convaincus de la justice et de l’amour du Seigneur. Il ne condamnera au feu éternel que ceux pour lesquels il n’y a rien d’autre à faire. Lui qui a donné son Fils pour le salut des hommes, est certainement bien plus désireux que nous de voir chacun se convertir et vivre.

Ajoutons un dernier mot ; on dit parfois : Dieu est trop bon pour permettre la souffrance éternelle des damnés. Celui qui plus que n’importe quel prophète ou n’importe quel apôtre a parlé de la géhenne, c’est Jésus lui-même. Sur une quarantaine de textes où ce sujet est abordé d’une façon directe dans la Bible, il y en a bien trente qui sont des paroles du Sauveur. Alors, nous n’avons qu’à nous incliner. Lui qui était l’amour incarné avait certainement une notion plus profonde de la bonté de Dieu que celle que nous pouvons avoir. C’est justement par amour qu’il a multiplié les paroles les plus sévères. Nous aussi, si nous voulons avoir un amour authentique pour les hommes nous devons les avertir avec sérieux, dans l’espérance que « Dieu leur donnera la repentance pour arriver à la connaissance de la vérité »(8). Soyons là aussi, pratiques, humbles et positifs.

Que la pensée du châtiment éternel ne soit pas pour nous un prétexte à la révolte ou au doute, mais un puissant stimulant pour prêcher l’Évangile avec passion à tous ceux que nous pouvons atteindre.

1. Ézéchiel 18.32.
2. 2 Thessaloniciens 1.9.
3. Matthieu 25.41.
4. Psaume 109.17.
5. Jean 5.40.
6. Marc 16.15.
7. Romains 1.19-21.
8. 2 Timothée 2.25-26.

Vous aimerez aussi

« C'est ainsi que début mars 1991, sans jamais avoir fait de la guérison du...
– Que fait-on de cette souffrance, finalement ? À quoi peut-elle nous servir...
Cyril Gallay travaille au siège de l’UEFA, l’Union Européenne des...
Pourquoi Dieu permet-il la souffrance ? Cette question n’est pas seulement...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...