Comment ai-je connu le véritable chemin de Dieu ?

Complet
Note : 50
( 2 votes )
Comment ai-je connu le véritable chemin de Dieu ?

Je suis un jeune algérien âgé de 33 ans. Je suis né dans un village où l’Islam est la religion de tous les habitants. Dans mon enfance, je voyais mes parents, mes deux grands- mères, mes tantes et mes oncles pratiquer cette religion : faire les cinq prières quotidiennes, faire le Ramadhan, la Zakkat, etc. En grandissant, je me disais que moi aussi, je ferai comme eux quand je serai adulte. Pour moi, à cette époque, l’Islam était le seul et unique chemin qui mène à Dieu, car Mohammed se présentait comme le dernier prophète. Sa religion avait tout résumé pour être le dernier message de Dieu à l’humanité qui devait s’y soumettre. Tous ceux qui n’acceptaient pas l’Islam seraient appelés kafer (infidèles).

Quand je suis allé à l’école primaire de mon village, dès l’âge de six ans, j’ai commencé à apprendre à réciter par cœur le Coran (sachant que l’enseignement islamique est dans les programmes de l’école jusqu’à la deuxième année de seconde). J’ai appris la Fatiha, sourate Al-baqara, sourate Al-alaq, sourate Al-Qariaa, sourate Al-Nissa, sourate Abassa, sourate Al-Anfal, ainsi que les hadiths de Muslim, Bukhari, Abi Houraira que nous étudions pour connaître Al-Sirra Anabawiya (comportements et vie du « prophète » de l’Islam).

En prenant de l’âge, mon intérêt pour Dieu a grandi. À l’âge de 11 ou 12 ans, j’ai commencé à faire la prière dans la mosquée. À partir de 12 ans, j’ai pu jeûner le mois entier du Ramadhan ainsi que les années suivantes, jusqu’à ce que la crise arrive et que vienne plus tard la délivrance. Dès l’âge de 16 ans, je m’interrogeais beaucoup sur les injustices qu’il y avait dans ma société et mon pays en général. Je me disais que si nous étions les préférés de Dieu, pourquoi tant d’injustices dans nos cœurs? Si nous appartenions à Dieu, il n’aurait dû y avoir que des choses saines qui découlent de nos comportements, et surtout des bénédictions diverses ! Puis, j’ai commencé à chercher exactement la source de notre spiritualité.

Dans ma quête, quelques grands points théologiques m’ont interpellé.

Lire la suite de l'article : Comment ai-je connu le véritable chemin de Dieu ?

Vous aimerez aussi

 En 2010, le pasteur Jonathan Mpasi Mayala, de République démocratique du...
Les enfants sont les premières victimes du terrorisme qui a frappé...
Dans bien des pays, la lèpre reste un symbole de malédiction. Elle exclut de...
Stade Océane du Havre : Nick Vujicic est l’invité vedette du rassemblement...

Commentaires

Graine2moutarde
29 novembre 2011, à 17:54
Article très intéressant !
Note du commentaire :
3
- +
Fibou
16 avril, à 12:44
Bonjour,

je viens de lire le témoignage de Boubakeur ? jeune algérien de 33 ans. Je ne sais si tu lira ce que j'écris mais je voulais salué ton courage d'avoir écrit ainsi. Cela pourra choqué certains mais quand on regarde sérieusement le dieu du coran c'est un dieu terrifiant. C'est marche ou crève. Et il faut une force de Vérité pour nous ouvrir les yeux quand on à été élevé depuis notre enfance dans une religions ou on nous martèle jour après jour toute sorte de rituel institué par on ne sais qui mais que nous devons suivre à la lettre sous peine d'être blâmé éternellement. Comme si un père trouver son contentement de voir son enfant réciter une liste de prière apprise par cœur ? Ou est la relation dans ce qu'a, un robot peut suffit pour cela.

On est loin d'une relation d'amour entre un père et son enfant dans la liberté.

Est-ce qu'un homme se force à aimé son père ? L'amour ça ne se crée pas, on aime ou on aime pas. On ne peut pas aimé un Dieu qui nous fait peur. On ne peut pas se confier en un Dieu qui est pour nous un inconnu.

On en perd même notre bon sens. Même les évidence les plus clair ne nous parvienne plus, englué de notions religieuse sortie d'on ne sais ou et qui remplisse toute la terre aujourd'hui.

Voila ce que font les religions sous quelques forme qu'elle soient quand elle impose de manière visible ou invisible toute sortent de commandements entre Dieu et ses créatures. Ou voient-on Jésus forcer qui que ce soit ?

Alors qu'il sait toute chose, qu'il est venu pour sauver l'humanité, Dieu par son Fils n'a jamais obliger, ni mis sous pression, sous peur de la perdition éternel aucun homme. Je me demande alors comment aujourd'hui des hommes peuvent faire ce que Dieu n'a jamais fait !!

Jésus est venu présenter le Père, le Royaume des cieux, c'est un appel qui est fait à l'adresse de la foi. On croit ou on ne croit pas, on en veut ou on en veut pas. Mais encore faut-il que le message de Dieu me soit présenter tel que Dieu l'a donné, sans ajout humain.

L’Evangile qui veut dire bon nouvelle, n'est pas une bonne nouvelle de cinq minutes, c'est une bonne nouvelle en vie éternelle. Dieu n'a jamais donné de condition pour recevoir son évangile éternel, mais il à toujours dit : crois seulement. Par le moyen de la foi que Dieu à mis en chacun.

Philippe
Note du commentaire :
0
- +

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...