Il était temps…

Complet
Note : 40
( 1 vote )

Un film sublime et beau comme le printemps d’une vie.

Il était temps…

À notre époque où chacun rêve de superpouvoirs, ce film nous conte l’histoire de Tim et de son don pour le moins inhabituel : il voyage dans le temps.

Cette « bluette » de Richard Curtis (scénariste de « Quatre mariages et un enterrement » et de « Coup de foudre à Notting Hill ») suivra notre héros de la découverte de son pouvoir à son perfectionnement. Nous tâtonnerons avec lui dans sa découverte de l’amour au début de l’âge adulte. Malgré quelques propos un peu graveleux, nous nous réjouirons de voir que c’est l’engagement durable (celui qui fait le tour de ses responsabilités pour les assumer) qui est ici promu.

Savoir résister aux tentations

Hésitant et naïf sans toutefois jamais égaler son modèle Hugh Grant, le jeune Domhnall Gleeson nous livre une composition touchante. Rachel McAdams, en jeune première assez quelconque et complexée, vous fera regarder votre conjoint d’un air tendre, car ce qui est important, c’est qu’elle soit belle dans votre propre regard, n’est-ce pas ? On appréciera surtout le moment où, s’apprêtant à commettre l’irréparable avec son idéal de beauté féminine, le jeune Tim résistera aux sirènes, laissera plantée là sa tentatrice et foncera voir sa belle pour la demander en mariage.

Passeport pour le bonheur

Bill Nighy, en père cocasse « qui semble toujours avoir le temps » confessera un jour son secret pour le bonheur. Profiter du talent des hommes de la famille pour faire fortune ? Que nenni ! S’occuper des siens est le plus important et pour bien faire, voici le secret : vivre deux fois chaque journée - la deuxième fois en prenant le temps de tout bien regarder, de tout bien « goûter », de consacrer du temps (denrée si rare à notre époque) à chaque personne et à chaque chose.

Longtemps après la fin du générique, vous sourirez au souvenir de ce film en repensant à la scène du mariage « trashé » par les intempéries. Mais vous retiendrez ses modestes et délicieuses leçons, qui ne sont pas sans rappeler celles du fameux « Un jour sans fin » : le voyage dans le temps est inutile, si vous ne réalisez pas que c’est dans « chaque détail de votre vie qu’est le bonheur ». 

Savoir renoncer

Nous ne pouvons changer le passé mais devons assumer nos actes pour donner le meilleur de nous-mêmes à nos bien-aimés dans l’éternel présent. Tim, apaisé, renoncera à utiliser son don et redeviendra un simple homme. Un peu comme Celui qui avait tout pouvoir, puisqu’il est à l’origine de l’Univers, et qui a décidé de devenir un homme, un simple homme. Assurément, il est capable de nous affranchir, là, maintenant, tout de suite, de nos angoisses existentielles, pour nous rendre présents à nous-mêmes et à ceux que nous aimons…

Date de sortie : 6 novembre 2013

Durée: 2h 3min 

Réalisé par Richard Curtis

Avec Domhnall Gleeson, Rachel McAdams, Bill Nighy

Genre : Romance

Nationalité : Britannique

Vous aimerez aussi

On a toujours besoin d’aide pour s’en sortir. « Thanks for sharing » («...
À propos de : Harrison's Flowers* Reporter émérite, le journaliste...
La nostalgie, entre thérapie et poison. La « Dame de fer » n'est autre que...
Où localiser le Sauveur ? Qu'il s'agisse des chrétiens ou de leur Dieu, la...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...