La confession*

Complet
Note : 40
( 1 vote )
La confession*
Sous l’Occupation allemande, dans une petite ville française, un nouveau prêtre est nommé. Il est jeune et suscite immédiatement l’intérêt de toutes les femmes... sauf Barny, jeune femme communiste et athée. Mais poussée par la curiosité, elle finit par rencontrer le jeune prêtre pour le défier. Elle se prend au jeu de leurs échanges, au point de remettre en cause ses certitudes... à moins qu'elle ne soit en train de succomber au charme de l'homme d’Église.

Inspiré du roman « Léon Morin, prêtre » de Béatrix Beck (prix Goncourt déjà porté à l'écran par Jean-Pierre Melville en 1961), le film, au ton principalement intimiste, est baigné dans une belle lumière hivernale et porté par deux interprètes, Marine Vacth et Romain Duris, tout à fait remarquables. L'histoire évoque à la fois, et de façon entremêlée, une quête spirituelle et une histoire d'amour impossible. L'ambiguïté et la tension amoureuse entre la jeune femme et le jeune prêtre sont suggérées, juste ce qu'il faut. Quant aux dialogues, magnifiquement écrits, et non sans humour, ils sont vraiment propices à susciter la réflexion sur la foi. Petit bémol cependant : les quelques rares décrochages sur la confession de Barny alors sur son lit de mort ne me paraissent pas très convaincants.

Alors qu'il prête habituellement à ses paroissiennes des ouvrages classiques de littérature, ce sont les évangiles que le père Morin invite la jeune athée à lire, car, dit-il, c'est un ouvrage qui devrait l'intéresser... Elle le fera, un peu par défi. Or, cette lecture sera un jalon essentiel dans son cheminement. Que ce soit par intérêt, par curiosité ou par défi, lire la Bible, ce livre pas comme les autres, peut avoir des conséquences insoupçonnées chez le lecteur !

La confession est un beau film, sobre et intimiste, à la portée spirituelle évidente.
*Un film de Nicolas Boukhrief sorti le 8 mars 2017.

Vous aimerez aussi

Vingt ans après le rêve de Martin Luther King, qu'en reste-t-il à Harlem,...
À propos d'Odette Toulemonde «Ça va, Jésus?» C’est dans ces termes...
La lune se lève au royaume de l’adolescence C’est le temps de l’amour,...
La nostalgie, entre thérapie et poison. La « Dame de fer » n'est autre que...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...