Accueil > Tous les articles > Cinéma > Les dieux sont tombés sur la tête

Les dieux sont tombés sur la tête

Complet
Note : 50
( 1 vote )

«Un cadeau pour guérir du matérialisme» … À force de tout vouloir, nous oublions l’essentiel. C’est aussi ce qui se passe à Noël.

Les dieux sont tombés sur la tête

Un cadeau pour nous guérir du matérialisme? Ah la bonne blague! C’est comme une sucrerie pour guérir de la gourmandise, ou un dernier verre pour guérir un alcoolique, cela ne marche pas! Et puis, il suffit de regarder notre société, toujours à courir après l’argent. Plus on approche de Noël, plus cela empire. Non vraiment... L’un des nombreux atouts de cette comédie (1) est de tenter quand même le pari, et de reprendre la question de notre matérialisme dans un tourbillon de rires, d’aventures et de personnages authentiques. Ce chef-d’œuvre de la comédie ravira tous les publics... Mais attention à ne pas tomber sur la tête à force de rire! L’idée de base est simple: prenez un milieu à l’écart de toute tentation de consommation (les Bochimans du désert du Kalahari feront très bien l’affaire). Puis faites surgir un cadeau imprévu, en l’occurrence une bouteille de coca-cola tombée d’avion. Secouez bien, et la réaction en chaîne est garantie.

Reflet de notre société

Le personnage principal de l’histoire, Ki le Pygmée, porte sur ses aventures un regard frais et candide qu’on peut juger exagéré: mais ce procédé permet de porter sur nos habitudes de consommateur une critique salutaire. Trois exemples: nous avons domestiqué le temps pour une vie plus efficace, mais que de stress en plus! Nous savons faire toutes sortes d’armes et de machines, mais nous nous en servons pour dominer les autres. Nous sommes fiers d’avoir et de posséder, et nous oublions que le plus important c’est d’être et d’aimer. Devenus de petits dieux matérialistes, nous avons besoin de tomber sur la tête pour replacer nos priorités en bon ordre. Pour Ki et ses amis, c’est la bouteille de coca tombée du ciel qui sert d’étincelle. Et pour nous? Dans la folie de consommation des fêtes de fin d’année, bien malin qui trouvera le cadeau qui nous guérira du consumérisme. Mais Jamie Uyis nous lance sur une piste lorsqu’il souligne que l’étrange cadeau déclencheur est gratuit, sans contrepartie. Exactement comme le premier cadeau de Noël! Sauf que ce dernier vaut bien plus qu’un objet puisqu’il s’agit de l’enfant Jésus, né dans une crèche, «Dieu tombé sur la terre» pour nous libérer des idoles et nous ouvrir le chemin de la vraie vie.

1. Comédie botswanaise de Jamie Uyis sortie en 1981, avec Marius Weyers, Sandra Prinsloo, Xao …

Vous aimerez aussi

La reconnaissance? Pas seulement pour les naïfs! Dans notre monde gouverné par...
Face au défi de l'adaptation: prière ou verrou? Quitter un lieu pour un autre,...
Noël, un temps pour se réconcilier ? Dans le petit monde des réalisateurs...
Le chant, une prière? «Je chanterai l’Éternel tant que je vivrai», dit la...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK