Complet
Note : 40
( 1 vote )

Le chemin qui mène du paradis perdu au paradis retrouvé est étonnant. Heureusement, il nous a été révélé.

Paradis

À chaque époque son paradis! Dans les années «hippies», ils étaient artificiels; aujourd’hui, ils sont surtout fiscaux. Pourtant aux origines, c’était tout simplement un jardin, celui d’Éden. C’est d’ailleurs le sens du mot persan (pardès) qui a donné naissance au nôtre en français.

Le «paradis» est étymologiquement un jardin clôturé. Véritable «jardin des délices», où Dieu place le premier homme afin qu’il y vive en prenant soin de cette nature qui l’entoure et dont il sera responsable (1).

Mais ce beau projet originel sera contrarié par la désobéissance de l’homme. Chassé de ce paradis terrestre, sans possibilité de retour (2), l’homme vagabond va se mettre à bâtir des villes (3). Il va vivre dans l’enfer des cités (Babel, Sodome…). Comme l’enfant expulsé du ventre de sa mère, l’humanité va garder le souvenir d’un lieu paradisiaque et développer un désir de retour à la nature.

Un livre de la Bible résume bien la vanité de la recherche de ce paradis perdu: l’Ecclésiaste (4). Ce sage qui a essayé tous les paradis que l’homme pouvait se créer fait l’amer constat: «Tout n’est que futilité et poursuite du vent». Le paradis perdu est une impasse. Pourtant l’homme continue à garder l’espoir d’un havre de paix, où le loup habitera pacifiquement avec l’agneau (5). Mais la route lui reste à tout jamais barrée…

C’est alors que Jésus va montrer aux hommes un autre chemin. Non pas l’antique chemin du jardin perdu, mais la voix royale qu’il inaugure et qui conduit au paradis à venir. À celui qui meurt à ses côtés sur une croix, hors de la ville, il dira: «Aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis» (6). Il ne s’agit plus de faire retour à la case départ en Éden, mais de poursuivre la route jusqu’à la cité céleste. Tout comme l’homme ne peut rentrer dans le ventre de sa mère (7), il n’y aura pas de retour à mère nature. Il y a une prise en compte du chemin parcouru, de ce qui a été construit dans cette vie, avant d’entrer dans les demeures de la maison du Père (8).

Le jardin qui faisait rêver les nomades à la recherche d’oasis laisse la place à la cité de Dieu: la nouvelle Jérusalem (9)! Le temps du nomadisme et de l’errance arrive à son terme, l’homme va s’établir au paradis: il est enfin chez lui (10).

1. Genèse 2.4-15.

2. Genèse 3.23-24.

3. Genèse 4.16-17.

4. Ecclésiaste 2.4-11.

5. Ésaïe 11.6-9; 65.25.

6. Luc 23.43.

7. Jean 3.1-21.

8. Jean 14.2.

9. Apocalypse 21.1-4.

10. Hébreux 11.14-16; 13.14.

Vous aimerez aussi

Pour vouloir être sauvé, il faut se savoir perdu. Heureusement, la Bible parle...
Parler de Dieu comporte des risques, cela peut vite devenir une arme et...
Lorsque l’on connaît la tristesse, la maladie ou le deuil, on constate à...
La naissance est comme un miracle de la vie. Porté à l’existence par ses...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...