La société du bavardage

Complet
Note : 40
( 1 vote )

À l’heure des réseaux sociaux, chacun peut tout commenter en permanence. Mais est-ce vraiment un bien ? 

La société du bavardage

En direct du monde, des téléphones vibrent, des tweets fusent, des radios bourdonnent. C’est un bruit de fond permanent. Une rumeur continuelle, faite de paroles immédiates, de commentaires à chaud, d’opinions tranchées, d’analyses réduites à quelques mots. 

60 millions de sociologues en France

On bavardait aussi jadis, dans les chaumières aux veillées, sur les places de marché ou en lavant le linge au lavoir du village. Pourquoi avons-nous aujourd’hui l’impression d’être davantage envahis par le bavardage ? 

Peut-être parce que nous ne sommes plus dans des situations de conversations privées, de discussions en tête-à-tête. 

C’est particulièrement le cas pour les abonnés du réseau Twitter, cet outil qui permet d’envoyer en une fraction de seconde un bref message, comme un abrégé de son existence, à ses correspondants. Chacun peut désormais se poser sur le fil électrique pour gazouiller (twitter, en anglais). Que l’on soit une célébrité ou un illustre inconnu, un sportif renommé ou un homme politique, chacun peut commenter le fil de l’actualité ou le quotidien de sa vie. La France compte maintenant 60 millions de sociologues, de politologues, de philosophes et de théologiens… en herbe. C’est un gigantesque Café du Commerce virtuel où les opinions se font et se défont, et tout cela en 140 caractères, fautes de frappe en bonus. 

Le lien social

Certes, bavarder pour ne rien dire n’a pas que de mauvais côtés. Il est important de savoir dire des futilités. Ce ne sont pas des messages sans importance. Ils mettent de l’huile dans les rouages de la société. Ils permettent de prendre contact avec le prochain. Après tout, quand on dit « Bonjour, comment ça va ? » ou bien « Il fait beau aujourd’hui », ce sont également des propos insignifiants mais qui sont rudement importants pour maintenir des rapports à peu près civilisés ! 

On pourrait dire également que les réseaux sociaux nous aident à connaître les autres autrement, par les petites choses de la vie, qu’on n’avait pas l’habitude de partager. Ces mots modestes jetés à la volée contribuent donc aux relations sociales.

Se taire pour mieux écouter

Tout cela est très bien mais… Cette société de bavardage peut être dure à vivre, particulièrement pour les grands timides, et les grands silencieux. 

Le bavardage peut couper également toute communication, spécialement lorsque le beau-parleur volubile est perçu comme un manipulateur dont il faut se méfier. 

Le bavardage peut être enfin une maladie qui nous rend incapables d’attention à l’autre et de concentration. On commence par ne plus écouter les profs à l’école, pour ensuite éviter les vrais débats, voire toute discussion. 

Alors, existe-t-il un moyen de s’en sortir ? Le seul qui ait fait ses preuves, c’est de réapprendre à écouter l’autre. Et donc à se taire.

Vous aimerez aussi

Ceux qui s’enflamment dès que le prophète Mahomet est mis en cause le...
Il y a des reculs qui honorent et des entêtements qui discréditent. Juillet...
Écoutez vos idoles 24h/24 avec … Eddy Mitchell disait que l’avantage que...
Un sportif de légende Surnommé « The Thorpedo » en anglais ou « La...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...