D’Amérique en Afrique du Sud : d’un rêve à un autre

Complet
Note : 40
( 1 vote )

Quand l’évêque Sud Africain Desmond Tutu revisite le pasteur baptiste américain…

D’Amérique en Afrique du Sud : d’un rêve à un autre

Desmond Tutu fait partie de ces êtres d’exception adeptes de la non-violence tels que Wilberforce, Gandhi, Martin Luther King, Nelson Mandela…

Comme King, sa pensée a été forgée par le christianisme. Ses exigences morales, ses convictions et ses valeurs chrétiennes l’ont conduit à lutter pour la justice et la paix. Des efforts récompensés en 1984 par le Prix Nobel de la paix et, bien entendu, par la victoire sur l’apartheid en 1991. 

En 1995, Mandela lui confie la présidence de la Commission Vérité et réconciliation chargée d'enquêter sur les violations des droits de l'homme perpétrées de 1960 à 1993 et d'éclaircir les crimes et exactions politiques commis tant au nom du gouvernement sud-africain que des mouvements de libération nationale. Vengeances et violences ont été ainsi largement évitées aux Sud-Africains alors qu’elles ont empoisonné tant de pays en transition vers la démocratie. 

Une fois les mémoires guéries, le vivre ensemble dans la paix a été rendu possible dans la nation « arc-en-ciel ».

Peu après la fin de l’apartheid, l’Archevêque Desmond Tutu a rédigé deux essais sur les plans théologique et sociologique : Il n’y a pas d’avenir sans pardon(1) , et Dieu fait un rêve(2). Dans le premier, il traite de la justice transitionnelle : l’histoire de la commission Vérité et Réconciliation et aborde comment se réconcilier après l’apartheid. Dans le second, il cherche communiquer « une vision d’espérance pour notre temps » c’est-à-dire le projet de Dieu pour un monde nouveau. Une version du livre existe aussi pour la jeunesse afin d’apporter aux enfants du monde entier le même message d’amour, de justice et de partage(3). 

Son ouvrage « Dieu fait un rêve » est de toute évidence une manière de rebondir sur le célèbre discours de King. Il cite du reste très largement la pensée du pasteur baptiste et rend hommage à sa lutte non violente en mettant en exergue ses idéaux : amour, justice, paix, liberté, non-violence et réconciliation. Des vertus chrétiennes qu’il allie aux vertus humanistes africaines. 

King avait dit : « Si nous n’apprenons pas à vivre ensemble comme des frères [et sœurs], nous mourrons ensemble comme des imbéciles », Tutu ajoute : « ce jour-là, nous en avons fait l’expérience ». Pour lui, ce n’est pas une utopie mais une réalité à vivre dans le monde présent tout en sachant qu’il ne sera vécu parfaitement que dans le monde nouveau, celui du Royaume de Dieu qui vient. 

Convergences avec King 

Leurs pensées s’accordent sur une « trame de fond commun », le rêve d’une société réconciliée, fondée sur la fraternité entre tous les hommes quelles que soient leurs différences culturelles, nationales ou raciales. Dans ses écrits, King appelle cette société « Beloved community » (la communauté bien aimée ou la communauté d’amour). Pour sa part, Tutu affirme : « Je rêve que mes enfants sauront qu’ils sont membres d’une même famille, la famille humaine, la famille de Dieu, ma famille ». Ce rêve de fraternité est marqué par des valeurs telles que l’égalité, la liberté, la justice à cause de notre commune humanité, la solidarité et la mutualité, la justice, la compassion et l’amour. 

Leur deuxième point de convergence est commun à tous les réformateurs sociaux d’inspiration chrétienne voulant défendre l’humanité des Noirs Sud-Africains et le rêve de fraternité universelle : c’est le dogme de la création, et plus particulièrement celui de l’homme créé à l’image de Dieu (Genèse 1.26-27). Ce concept donne à tous les hommes la même valeur et dignité. Le philosophe Nicholas Wolterstorff estime que rien ne peut mieux aider à dépasser la souffrance, la honte, le mépris de soi que d’être convaincu de la vérité de cette parole de Dieu adressée à tout être humain.

Troisième point de convergence : leur source d’inspiration spirituelle. L’un comme l’autre s’appuient essentiellement sur la Bible. Le message des évangiles se décline même à travers l’amour des ennemis. Quand King et Tutu parlent de justice et de paix, c’est indéniablement le prophète Esaïe qu’ils citent, le chantre de l’espérance des temps à venir (Es 40.4-5 ; Es 2.4-5 ; 11.6).

Vraies différences ?

Alors que King parle uniquement de son rêve, Tutu utilise plusieurs fois les mots transfiguration ou pouvoir de la transfiguration (« Ce pouvoir qu’opère Dieu dans le monde ») pour parler du « rêve de Dieu ». Par l’usage de ce principe, ils affirment que rien ni personne, ni aucune situation ne peuvent s’opposer à l’action de Dieu dans le monde. 

Dans le discours de King, c’est lui-même qui fait un rêve. Chez D. Tutu, c’est Dieu. Il ne faut toutefois pas se tromper : la différence réside plus dans le style que dans le fond. En effet, le rêve de King est une réplique du rêve de Dieu d’un « monde nouveau » tel qu’on le voit dans la Bible (Ésaïe 40.4-5 et 65.17). Quand à Tutu, il sait qu’il ne peut pas rester inactif face à l'apartheid car il refuse la religion évasion, religion « opium du peuple ». Ceci étant, il insiste sur le fait que c’est bien « Dieu qui fait un rêve » car c'est lui qui transfigure le monde !

Pour King, nous avons à travailler avec Dieu « dans l’édification d’une nouvelle société». Pour l’évêque anglican, « Dieu croit en nous. Dieu compte sur nous pour faire de ce monde tout ce qu’il a rêvé qu’il soit ». Dans les deux cas, les hommes sont appelés à être partenaires de Dieu en réalisant le rêve en question ! 

La force de King est sa capacité à synthétiser ce qu’il a assimilé par sa grande érudition et de pouvoir s’adresser à tous : qu’ils soient cultivés ou de condition modeste Le style de D. Tutu est plus méditatif et contemplatif. Les deux messages sont liés à leur contexte : le rêve du baptiste avec le rêve américain et celui de l’anglican avec le concept philosophico-religieux d’Ubuntu (voir encadré).

Les deux se rejoignent quand King exprime dans un sermon : « Nous sommes unis les uns aux autres sous l'ample manteau de la destinée, pris dans un incontournable réseau de réciprocité. » Ainsi, si nous parvenons un jour à nous développer véritablement, ce sera ensemble que nous y arriverons. 

King et Tutu nous invitent tous deux à entrer dans le rêve de Dieu, à être ses partenaires en travaillant pour un monde nouveau, fondé sur l’amour, la justice et la paix : une communauté d’amour d’où la violence est exclue. 

Quand William Pitt a demandé un jour à William Wilberforce, l’apôtre de l’abolition de l’esclavage des Noirs : « Vous ne croyez pas que nous pouvons changer l’Angleterre », celui-ci répondit : « d’abord moi, je dois changer ». Même pensée chez Gandhi pour qui : « nous devons être d’abord le changement que nous voulons voir dans le monde ». 

Si King et Desmond Tutu ont pratiqué l’action sociale et humanitaire, ils avaient tous deux aussi compris que la prédication de l’Évangile de paix est seule capable de véritablement transformer l’homme de l’intérieur.

1. Paris, Éd. Albin Michel, 2000 (PASP). 

2. Ottawa-Paris, Éd. Novalis-Desclée de Brouwer, 2008 (DFUR). À l’origine de l’essentiel des citations de D. Tutu dans le texte.  

3. Archevêque Desmond Tutu et Douglas Carlton Abrams, Le rêve de Dieu, illustré par LeUyen Pham, Ed. Bayard jeunesse, 2009.



Croire et Vivre a choisi de mettre gratuitement en ligne une partie de ses articles.

  • Vous abonner à la revue papier, c'est avoir l'assurance de ne rien manquer d'important. C'est aussi nous aider à remplir notre mission. 
  • Offrir un abonnement, c'est faire un heureux de plus (en sachant qu'un abonnement offert coûte la moitié du prix: 10 € au lieu de 20).

Pour en savoir plus et faire votre choix, cliquez ici 

Vous aimerez aussi

Ce discours* a été prononcé le 28 août 1963 devant le Lincoln Memorial, à...
J’aime le thé à la menthe et j’ai de la chance car mon fournisseur de...
La délivrance de l’alcool a été pour Liliane la première étape d’un...
Le pasteur André Thobois nous a quittés le 26 mars 2012. Croire et Vivre lui...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...