Discours du 28 août 1963

Complet
Note : 40
( 1 vote )

Ce discours* a été prononcé le 28 août 1963 devant le Lincoln Memorial, à Washington D.C. Il est généralement considéré comme l'un des plus grands et des plus marquants du 20ème siècle. Il est aussi un moment clé du Mouvement des droits civiques aux États-Unis. 

Discours du 28 août 1963

D’après Coretta, son épouse, Martin Luther King s’est laissé emporter ce jour-là par l’émotion. « Renonçant au discours écrit, oubliant les limites de temps, il parla du cœur et sa voix monta, magnifique, sur la foule énorme, monta vers le monde entier. Nous avons tous eu l’impression ce jour-là que les paroles qui sortaient de la bouche de Martin venaient de plus haut pour se déverser sur ce peuple là devant lui. Oui – le Ciel lui-même s’est ouvert et nous en avons tous parus transformés. »(1)

Extraits de ce discours :

Il y a une centaine d’années, un illustre Américain, à l’ombre symbolique de qui nous nous tenons aujourd’hui, a signé la Proclamation d’émancipation. … Pourtant, cent ans plus tard, le Nègre n’est toujours pas libre. 

Le merveilleux nouveau militantisme qui s’est engouffré dans la communauté noire ne doit pas nous conduire à la méfiance envers tous les blancs. En effet, nombre de nos frères blancs, comme le prouve leur présence ici aujourd’hui, sont parvenus à comprendre que leur destin est lié au nôtre. Et ils ont compris que leur liberté est inextricablement liée à la nôtre.

Nous ne pouvons marcher seuls. En marchant, nous devons prendre l’engagement de toujours aller de l’avant…

Mes amis, je vous dis aujourd’hui : ne nous vautrons pas dans la vallée du désespoir.

Je rêve qu’un jour, cette nation se lèvera pour faire honneur à la vraie signification de son credo : « Nous tenons ces vérités comme évidentes, que tous les hommes sont créés égaux. »

Je rêve qu'un jour sur les collines rouges de Géorgie, les fils des anciens esclaves et les fils des anciens propriétaires d'esclaves pourront s'asseoir ensemble à la table de la fraternité.

Je rêve qu'un jour, même l'État du Mississipi, État qui étouffe dans la fournaise de l'injustice, qui étouffe dans la fournaise de l'oppression, sera transformé en une oasis de liberté et de justice.

Je rêve que mes quatre jeunes enfants vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés sur la couleur de leur peau, mais sur la mesure de leur caractère.

Je rêve qu’un jour, au fin fond de l’Alabama, avec ses racistes pleins de haine… les petits garçons noirs et les petites filles noires pourront mettre leur main dans celle des petits garçons blancs et des petites filles blanches, comme frères et sœurs.

Je rêve qu’un jour, le niveau de toutes les vallées sera relevé et que toutes les montagnes et les collines seront abaissées, alors « la glorieuse présence du Seigneur sera dévoilée, et tout le monde la verra. » C’est notre espérance. C’est la foi avec laquelle je retourne dans le Sud.

Avec cette foi, nous pourrons travailler ensemble, prier ensemble, lutter ensemble, aller en prison ensemble, défendre ensemble la cause de la liberté, sachant qu’un jour, nous serons libres….

Quand nous laisserons retentir la liberté, quand nous la ferons retentir dans chaque village et hameau, dans chaque État et ville, nous pourrons hâter le jour où tous les enfants de Dieu, noirs et blancs, juifs et non juifs, protestants et catholiques, pourront chanter en se tenant la main les paroles de ce vieux Negro spirituel : Enfin libres ! Enfin libres !

Grâce au Dieu tout-puissant, nous sommes libres enfin ! 

*Ce discours est intégralement transcrit dans le Croire et lire n°11 Martin Luther King, Apôtre de la non-violence. Vous y trouverez également son discours à la Mutualité à Paris. Vous pouvez commander ce numéro ici.

(1) KING Scott Coretta, Ma vie avec Martin Luther King, Jr, Ed. Stock, Paris 1970, p.249.

Croire et Vivre a choisi de mettre gratuitement en ligne une partie de ses articles.

• Vous abonner à la revue papier, c'est avoir l'assurance de ne rien manquer d'important. C'est aussi nous aider à remplir notre mission. 

• Offrir un abonnement, c'est faire un heureux de plus (en sachant qu'un abonnement offert coûte la moitié du prix : 10 € au lieu de 20).

Pour en savoir plus et faire votre choix, cliquez ici 


Vous aimerez aussi

S’il est un personnage déroutant dans l’histoire de l’humanité, c’est...
Le chrétien n’est pas quelqu’un de parfait. Par contre, il doit être...
Quand l’évêque Sud Africain Desmond Tutu revisite le pasteur baptiste...
Le pasteur André Thobois nous a quittés le 26 mars 2012. Croire et Vivre lui...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...