1942 à Berlin, un Noël inattendu

Extrait
Note : 40
( 1 vote )

Décembre 1942. La guerre bat son plein. La destruction de Berlin a commencé. Les dégâts et les drames humains se multiplient…

1942 à Berlin, un Noël inattendu

Le 23 décembre, cinq prisonniers de guerre français reçoivent l’ordre d’aller réparer des dégâts causés par les bombardements alliés sur la résidence d’un diplomate suisse à Berlin. Le souffle d’une explosion a fait voler en éclats les vitres. Dès le lendemain matin, un jeune officier SS se présente accompagné des cinq prisonniers. Ils sont accueillis par Mme Marie-Hélène Schwarzenbach, l’épouse du diplomate.

Interdiction de parler aux prisonniers !

- « Les vitriers que je vous amène, dit-il sur un ton arrogant, sont des prisonniers de guerre. Vous n’avez pas le droit de leur adresser la parole. Je viendrai personnellement les chercher ce soir ».

Un jeune soldat autrichien armé doit monter la garde jusqu’au soir pour empêcher toute fuite et faire respecter les consignes. L’épouse du diplomate regarde avec grande émotion les cinq prisonniers. Leur regard terne et leur corps amaigri témoignent d’une grande souffrance. 

Un premier rayon de soleil

Dès l’officier SS disparu, elle leur adresse un grand sourire et leur prépare un café au lait, une denrée rare en ces temps de guerre. Puis elle engage tout naturellement...

Reproduit avec autorisation du Document Expériences n°173

Vous aimerez aussi

Il arrive que la réalité dépasse la fiction. Avec Dieu, c’est toujours...
« Plus tolérant que moi tu meurs ». Derrière cette formule se cachent des...
Contrairement aux idées reçues, la Bible parle de bien-être. Le chemin...
Une histoire qui a du sens. Les deux jeunes gens étudient dans la même classe,...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...