4 regards

Extrait
Note : 40
( 1 vote )

Quatre points de vue ne sont pas de trop pour exprimer le péché.

Quant à ce garçon au volant, il illustre un autre de ses aspects : la prétention ridicule des hommes à pouvoir se passer de Dieu. Gare aux accidents !

4 regards

UNE GROSSE BÊTISE

J’ai récemment adopté deux enfants de près de trois ans. Ils ont grandi à Madagascar dans un orphelinat. Ils aiment beaucoup les histoires de la Bible, en particulier celle du mouton perdu que le loup veut manger, mais que le berger vient sauver. Mes enfants ont facilement compris que le mouton n’avait pas écouté le berger, qu’il s’était mis en danger en partant loin tout seul, mais que le berger a réparé ses bêtises. Ils ont aussi vite compris que « Jésus répare nos bêtises ».

Est-il approprié de définir le péché comme une « bêtise » ?

En tout cas, le péché est pour le moins une « erreur » qui nous met dans le pétrin. Parfois, il a de graves conséquences pour des victimes profondément marquées par notre « offense », d’autres fois, nous sommes les seuls à en pâtir. Mais dans tous les cas, les problèmes peuvent être considérables. Nous avons besoin d’une aide extérieure pour réparer le préjudice.

Il me semble plus important de comprendre ce qui nous pousse à commettre des erreurs, plutôt qu’à définir si tel ou tel comportement est un « péché » ou pas. En effet, ce qui est en jeu, ce ne sont pas nos actions, mais ce qui les provoque.

La Bible dit que l’être humain naît séparé de Dieu, incapable de commettre le bien, même s’il en a la volonté. Plus il cherche à faire le bien, plus il réalise que le mal est attaché à lui. Plus il prend de bonnes résolutions, moins il les tient. Plus il veut respecter une morale, quelle qu’elle soit, plus il l’enfreint. C’est cette faille intérieure, contre laquelle on ne peut rien, que la Bible appelle « le péché ». C’est de lui dont Jésus vient nous sauver, lui homme comme nous, mais Fils de Dieu non soumis à la tyrannie du péché. C’est parce qu’il a traversé notre humanité de bout en bout qu’il nous comprend, ne nous juge pas, et nous relève de nos manquements pour nous offrir une vie nouvelle. Avec lui, à chaque chute, on peut désormais se relever.

MARIE LEFEBVRE-BILLIEZ, RÉFORME

 

UN VIRUS

Pour protéger mon ordinateur, j’avais installé un « antivirus » réputé efficace. Pourtant, j’ai été récemment victime d’une attaque : un virus a infecté 117 fichiers et commençait à altérer le fonctionnement de mon ordinateur. Grâce à Internet, il s’est propagé pour faire des milliers d’autres victimes.

Il ne s’agissait là que d’informatique... Mais ne suis-je pas, moi-même, atteint d’un virus bien plus grave encore ? Ce virus-là infecte ma vie et se diffuse de génération en génération. Il détruit tout sur son passage par la haine, les violences de toute nature qui gangrènent notre quotidien. Il s’agit du péché.

J’ai pu éliminer le virus de mon ordinateur, mais chasser le péché de ma vie est une autre histoire. Qui m’en délivrera ? À ce cri, la Bible répond : « Dieu soit loué : c’est par Jésus-Christ. » J’ai donc décidé de mettre ma vie sous la protection de Jésus. Il est devenu mon libérateur... mon sauveur ! Bien mieux qu’un antivirus, il veille en permanence sur moi.

C’est par le Christ que Dieu répare les dégâts subis dans ma vie à cause du péché. Je ne suis pas devenu une personne parfaite, le péché m’agresse cherchant...

Illustration de Alain Auderset.

Vous aimerez aussi

Certains croient aux anges tout en niant l’existence de Dieu. Surprenant, non?...
Du rêve à la vision Au XVIIe siècle, les Pères fondateurs ont débarqué au...
Le manque de moyens n’explique pas tout. En attendant, des gens souffrent....
Il est toujours plus facile de semer le doute que de lutter contre ses effets...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...