Dépaysement garanti

Complet
Note : 40
( 1 vote )

L’optimisme du départ en vacances peut cacher bien des aspirations. Seront-elles comblées?

Dépaysement garanti

Nous voici comme chaque année en ces moments de migration tous azimuts. Certains parleront de période de transhumance. Les choix de destinations ont été fait avec grand soin, les modalités administratives bien réglées. L’heure "H" est enfin arrivée. Chacun, en fonction du mode de transport choisi, file en taxi à l’aéroport, se bouscule sur un quai de gare, embarque pour une croisière de rêve, ou se glisse avec ou sans sa caravane dans le flot des embouteillages.

Quel bonheur de pouvoir quitter les lieux communs, la routine fastidieuse, le train-train quotidien, pour goûter au dépaysement total! Quel plaisir aussi de s’adonner à une activité inédite, de profiter de la vie, de savourer avec tous ses sens des moments privilégiés!

Changer de cap

Il n’est pas certain qu’un sondage puisse mettre en lumière les vraies raisons du choix de destination de chacun. L’appel de la mer, de la montagne, de la campagne, la recherche d’une activité intense ou à l’inverse la quête d’un calme apaisant... Tout cela n’est vraiment ressenti que par la personne elle-même.

Quelques-uns aspirent à satisfaire leur soif de repos et de paix dans des monastères et autres endroits propices à la méditation. Une enquête sur ce thème révélait que ce choix n’est pas obligatoirement dicté par un désir de religieux. Il arrive par exemple que des étudiants optent pour cette version pour pouvoir préparer en toute quiétude leurs examens, sans courir le risque d’être sollicités par leurs amis.

De manière plus délibérée, certains veulent vivre de vrais moments spirituels pendant les vacances. Pour eux, le repos ou la détente seulement physiques ne communiquent pas tout l’épanouissement dont ils ont besoin. Ils ont conscience d’être beaucoup plus qu’un corps et qu’il faut aussi qu’ils prennent soin de leur être intérieur. N’y a-t-il pas un temps pour toutes choses? L’été est propice aussi à ce ressourcement.

Ajuster sa vision

Il y a hélas des mises à l’écart qu’on subit: la maladie ou l’absence de moyens financiers en sont parfois la cause. Nous voilà dès lors confrontés à la solitude et tentés par la révolte, l’amertume, la jalousie... Mais ces épreuves peuvent aussi nous pousser à méditer sur la valeur des choses.

Bien des textes de la Bible nous montrent à leur manière que les périodes de désert peuvent avoir du bon. Elles sont parfois utiles. Cela a été le cas pour Israël car Dieu voulait «parler à son cœur». Pour cela, rien de tel que la solitude. Cela a même été vrai pour Jésus qui a passé quarante jours dans le désert avant de commencer sa carrière publique.

Croyants ou pas, nous sommes invités à rechercher des choses dignes d’intérêt. Trop de personnes s’arrêtent sur la route de la vie, essoufflées d’avoir couru après des choses qui ne satisfont pas. Le bonheur ne serait-il qu’un mirage? Tous nos désirs ne seraient-ils que vanité et poursuite du vent? N’attendons pas le dernier moment pour nous poser les vraies questions. Ce serait dommage.

Réussir? Mais pas tout seul!

Ferez-vous des choses agréables cet été? Soyez alors reconnaissant envers celui qui vous accorde ces temps de joie, de détente, de bonheur à vivre… Mais quoi qu’il en soit, mesurez que l’itinéraire pour découvrir la sérénité ne passe pas seulement par des vacances réussies. Dieu propose à l’homme de cesser sa course effrénée vers un avenir illusoire pour profiter dès aujourd’hui auprès de lui du vrai repos.

Dieu seul peut apporter une réponse à l’angoisse de vivre et de mourir. Cette approche se fait par la foi, une confiance absolue en Jésus-Christ qui nous invite à «être dans ce monde mais plus du monde!»

Il est possible de passer, aux yeux des autres, pour une personne libre alors qu’on est prisonnier intérieurement des angoisses, des soucis, des peurs, des inquiétudes qui nous rongent. À quoi cela sert-il de faire illusion?

C’est à tout homme que le Christ dit encore aujourd’hui: «Si quelqu’un a soif, il peut venir à moi et boire. Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau couleront de son cœur, et cette eau donne la vie» (1).

Cette invitation n’indique pas une destination géographique pour un temps donné mais propose une existence dans des conditions heureuses et pour toujours. Un vrai dépaysement.

1. Jean 7.37,38

Vous aimerez aussi

La pensée et la vie de Martin Luther King ne peuvent être séparées. En même...
Reflet des peurs et du non-sens de la société, l’art peut aussi être...
La ville est-elle toujours le siège de la violence et du vice ? Pas sûr... Des...
Savoir communiquer, c’est tenir compte de ses interlocuteurs. Êtes-vous plus...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...