Du romantisme dans la Bible?

Complet
Note : 50
( 3 votes )

Un bouquet de roses offert par un homme, genou à terre, disant sa passion à l’élue de son cœur à travers la musique d’une délicate poésie... Voilà l’Amour galant du Moyen-Âge. La Bible parle aussi d’amour, mais de façon un peu plus réaliste...

Du romantisme dans la Bible?

Si vous êtes à la recherche de l’amour courtois, lisez le Roman de la Rose et découvrez-y l’amour galant. Dans l’Europe médiévale, les chevaliers et les dames vivent selon des codes de chevalerie et de vertu. Dans leur univers, l’amour est idéalisé et spiritualisé. Son pouvoir inspire aux chevaliers comme aux jeunes soupirants mélancoliques des exploits de fidélité!

Au XIXe, le courant littéraire romantique place à nouveau sur le devant de la scène l’élan du sentiment. Un grand romantique, Victor Hugo, s’inspire souvent des récits bibliques:

«Booz ne savait point qu'une femme était là,

Et Ruth ne savait point ce que Dieu voulait d'elle.

Un frais parfum sortait des touffes d'asphodèle;

Les souffles de la nuit flottaient sur Galgala».

On peut se poser la question de la pertinence spirituelle de cet esprit romantique. Trouvera-t-on par exemple du romantisme dans les récits bibliques? À première vue, l’amour n’y apparaît pas vraiment fleur bleue... La rencontre amoureuse est conjuguée sur différents modes.

Le mode utilitaire

«Croissez, multipliez!» ordonne Dieu dans les premières pages de la Bible, et les longues listes généalogiques semblent répondre à cette invitation. On se marie d’abord par nécessité, pour avoir une descendance. Les enfants sont un objectif principal; ils représentent un honneur et une véritable richesse. «Voilà les vrais biens de la famille... Les fils sont comme des flèches dont l’homme remplit son carquois...»(1). Il est vrai que les enfants apportent des forces vives pour travailler aux champs, garder les troupeaux, défendre le clan, nourrir les parents devenus âgés...

Le mode inspiré

Abraham, devenu vieux, envoie son serviteur Éliézer au pays pour trouver une épouse à son fils Isaac parmi sa tribu d’origine (2). Le choix de la belle relevant de l’inspiration divine, c’est la jolie Rebecca qui correspond au signe demandé dans la prière: elle offre à boire l’eau du puits au pieux serviteur. Un mariage arrangé qui pourtant semble heureux, puisqu’il est écrit qu’Isaac l’aima et se consola ainsi de la mort de sa mère!

Le mode sentimental

Jacob, n’est-il pas prêt à travailler pendant sept années pour son futur beau-père, Laban, afin de conquérir la ravissante Rachel? Trompé par Laban qui le contraint par ruse à épouser l’aînée, Léa, Jacob décide de travailler sept autres années pour pouvoir épouser sa Rachel... (3).Quelle persévérance amoureuse!

Le mode sensuel

Course-poursuite dans le feu de la passion amoureuse, le Cantique des cantiques se révèle bouillonnant de poésie sensuelle. L’Église a longtemps considéré ce livre biblique trop cru et trop osé, pour en faire la lecture publique... Pourtant c’est un livre qui vaut le détour, non seulement par le charme de ses évocations: «Et toi, mon amour, viens à ton jardin pour en manger les fruits exquis...»(4)mais aussi par les valeurs mises en place. La relation amoureuse y est présentée comme source d’une joie éclatante; s’il évoque le désir, ce texte présente le dialogue comme la clé de voûte de l’amour. La parole qui permet l’admiration et la recherche permanente pour mieux se comprendre. Une parole qui proclame l’exclusivité d’un amour unique.

Le mode La mélodie du bonheur

Comment rendre son conjoint heureux? Comment vivre un grand amour, fort et durable? Mieux qu’un récit romantique éthéré, les pages de la Bible offrent une source d’inspiration pour construire une relation amoureuse authentique et profonde dans la durée... Il faut partir main dans la main puiser dans le secret des forêts profondes, au milieu de la clairière où naît cette source.

Des perles précieuses

Derrière des images étonnantes et au cœur de textes trop souvent dénaturés, se cachent des trésors de sagesse:

• Pour commencer par le commencement, qui ne connaît pas le récit de la côte d’Adam d’où a été tirée la femme selon la Genèse? (5). Sa dimension poétique est évidente dans l’original. Zaler, en hébreu la côte, se dit Zalerot au pluriel; et Zalerot peut aussi désigner les deux battants d’une porte. Cette image montre les conjoints dans une alternance de côte à côte (porte fermée) et de face à face (porte ouverte). Un mouvement qui offre tour à tour l’intimité et l’ouverture au monde. Chacun représente pour l’autre un vis-à-vis et une aide précieuse.

• «Ta bien aimée est comme une source d’eau pure. Bois à cette source (...) Remplis-la de bonheur, trouve ta joie dans la compagne de ta jeunesse» (6). Le livre des Proverbes parle ici de joie partagée, insistant sur la réciprocité: pas d’égoïsme en amour! Mais la valeur essentielle en matière conjugale est la fidélité!

• «Femmes, soyez soumises à vos maris!» (7). Tout le monde connaît cette phrase biblique qui n’a rien de romantique! Elle dégage des relents de machisme, surtout si on la sort de son contexte... Pourtant ce n’est pas l’intention du texte. Jugez plutôt: l’apôtre Paul invite chaque homme à aimer sa femme comme le Christ a aimé l’Église. Jésus a lavé les pieds de ses disciples, il a donné sa vie par amour: quel exemple à suivre! «Soumettez-vous les uns aux autres… Il faut que chaque mari aime sa femme comme lui-même, et que chaque femme respecte son mari» (8). Par cet ordre de respect et soumission mutuels, Paul veut éviter les abus de pouvoir, l’esclavage conjugal mais aussi l’esprit de division et de rébellion. Chacun cherche à valoriser l’autre et à travailler à l’unité du couple. N’est-ce pas plus romantique de considérer toujours l’autre avec un respect admiratif, plutôt que d’en faire son objet?

Mieux que de la galanterie

Les évangiles et les lettres de Paul enseignent le respect et l’amour (9). Le fondement de l’amour courtois, de la galanterie, de l’attention, de l’écoute de l’autre est présent dans chaque page. Dans le contexte actuel, où les relations conjugales sont tellement souvent conflictuelles, tendues, stressées, possessives ou inconstantes. Quel bonheur de redécouvrir que Dieu a imaginé le couple comme un espace d’apprentissage de la douceur, de la tendresse qui n’excluent, ni liberté, ni responsabilité. Le romantisme que la Bible dessine n’est pas mièvrerie, mais au contraire un état d’esprit solide, le choix de la fidélité, de l’affection, du respect dans le dialogue, ce qui n’exclut pas le côté pratique de l’entraide quotidienne, ni bien sûr l’attirance physique, moteur et délice du couple.

Et si nous prenions le temps d’une petite soirée à deux aux chandelles pour nous en rappeler?

* Le pasteur Alain Deheuvels et son épouse Nicole sont responsables à l’association La Cause

1. Psaume 127

2. Genèse 24

3. Genèse 29

4. Cantique des cantiques 4.16

5. Genèse 2.21

6. Proverbes 5.15; 18

7. Éphésiens 5.22

8. Éphésiens 5.21; 33

9. 1 Corinthiens 13

Vous aimerez aussi

Entretien avec Charles-Daniel Maire, auteur du livre "Identité subie ou...
Jésus l’avait dit :« Je donne ma vie, personne ne me la prend. » Dans Le...
Des chrétiens persécutés? Pas si nouveau que cela en fait. L’année 2010 a...
Peu de gens en sont conscients : le christianisme est bien la religion la plus...

Commentaires

guido
16 janvier 2015, à 19:04
merci de votre enseignement. il m'a beaucoup aidé! que le Seigneur vous bénisse.
Note du commentaire :
4
- +

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...