Entre ciel et terre - Un parapentiste témoigne

Complet
Note : 50
( 11 votes )

L’art de profiter du vent…

Entre ciel et terre - Un parapentiste témoigne

Cela fait quinze ans que je pratique le parapente. C'est une passion qui ne m'a jamais quitté depuis que je l'ai découverte. Étant un amoureux de la nature, le parapente m'a permis d'y découvrir une autre dimension, en l'occurrence la troisième ! À chaque vol, je ressens la force et la puissance de la nature ainsi que sa beauté et son immensité. En effet, on est bien peu chose là haut dans le ciel, accroché à notre « bout de chiffon ».

Le matériel de vol (voile, suspentes, sellette) est extrêmement résistant, mais le danger provient surtout de l'aérologie (le vent). Aussi est-il impératif d'apprendre à l'analyser, afin de pouvoir voler en sécurité. Lors de mon apprentissage, j'ai passé toutes les qualifications possibles afin d'apprendre à maîtriser ce sport dans les règles de l'art et en toute sécurité. Je suis donc, au fil des années, passé du statut de pilote débutant à celui de pilote confirmé pour enfin terminer biplaceur. Ceci m'a d'ailleurs permis de faire partager ma passion avec mes proches et amis, en les faisant voler en biplace (tandem).

Trois techniques pour rester en l’air

Les vents ascendants qui nous maintiennent en l'air sont principalement alimentés par l'ensoleillement. Aussi, lors des belles journées d'été, les ascendances thermiques permettent de rester très longtemps en l'air (potentiellement jusqu'au coucher du soleil). Ce type de vol, qualifié de thermique, est alimenté par la brise de pente et les ascendances sous nuage. Il est pratiqué principalement en montagne. 

Mais il existe un autre type de vol, qualifié de dynamique, qui exploite les ascendances générées par la déflexion du vent météo sur un obstacle. Par exemple en bord de mer sur les falaises. Il est alors possible de rester en l'air tant que souffle le vent météo. 

Un troisième type de vol est possible là où l'on ne dispose ni de montagnes ni de falaises, c'est le vol de plaine. Il se pratique dans une configuration mixte, qualifiée de thermodynamique, en exploitant l'ascendance dynamique d'une petite pente (due au vent météo), puis des ascendances thermiques de plaines venant des champs ensoleillés ou par aspiration sous les nuages. C'est ce dernier type de vol qui a permis les plus gros records de distance, puisque certains champions arrivent à dépasser 400 km sur un seul vol !

Au delà de la passion sportive

Mes vols en parapente me permettent, au delà d'une simple passion sportive, de découvrir l'expression de la création divine dans toute sa magnificence. Ainsi, lorsque je survole certains sommets montagneux, je bénéficie d’une vue d'ensemble du paysage que je ne pourrais avoir en simple terrien. Cela me permet de prendre la hauteur, dans tous les sens du terme, que je n'arrive pas à avoir lorsque je suis au sol. Un peu comme la prière permet d'élever notre âme de meilleure manière que les expériences du quotidien. Mais j'ai conscience que je vole dans un ciel limité, même s'il paraît immense. L'autre ciel, celui qui est la demeure de Dieu, dans lequel j'aspire à être, sera bien plus grand et bien plus beau encore.

--------------------------

Pour découvrir de magnifiques photos, prises par Éric Tourneur lors de ses vols, rendez-vous à l'adresse suivante :

https://plus.google.com/photos/+EricTourneur/albums?banner=pwa

Vous aimerez aussi

Dieu avait promis… Des siècles se sont écoulés et rien ne semblait arriver....
Plus le pardon est difficile, plus il est indispensable. La vie de Corrie Ten...
Entendre un non-croyant affirmer une vérité comme étant «parole...
Témoignages multiples, parfois contradictoires en apparence, les évangiles...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...