Quand tu descendras du ciel...

Complet
Note : 40
( 1 vote )

Pourquoi faire miroiter à nos enfants quelque chose qui est moins beau que la réalité ?

Quand tu descendras du ciel...

J'étais occupé à corriger quelques copies d'élèves dans la salle des professeurs du lycée. Les cours venaient de reprendre et il ne restait que deux collègues en train de bavarder à une autre table. Plongé dans mes corrections, sans vraiment écouter, j'entendais l'un d'entre eux faire part à l'autre de ses soucis financiers. Soudain, il élève la voix pour conclure : « Hélas, je crois qu'il ne me reste plus qu'à prier ! » Et l'autre de rétorquer : « Mon pauvre vieux, tu crois encore au Père Noël ! Tu crois vraiment que cet argent va te tomber du ciel ?… »

De fil en aiguille
Après ces bribes de conversation entendues malgré moi, mon esprit n'était plus à mes corrections. Je pensais à notre monde où si peu de personnes croient encore qu'un quelconque secours puisse leur venir du ciel. Je songeais surtout à quelqu'un qui est vraiment « descendu du ciel » pour venir au secours de l'humanité. Je veux parler de Jésus, ou plus exactement, du Fils de Dieu qui s'est fait homme en Jésus de Nazareth. L'homme mort crucifié il y a bientôt deux mille ans, sous le prétexte d'avoir prétendu être « le roi des Juifs ». L'homme qui a aussi prouvé sa nature divine en ressuscitant trois jours après sa mort, au matin de Pâques.
Beaucoup de gens reconnaissent facilement que Jésus était un homme remarquable, voire un exemple à suivre, à l'instar d'un Gandhi ou d'une Mère Theresa. Mais de là à croire qu'il était Dieu et qu'en plus, il est vraiment ressuscité, il y a un pas qu’ils ne franchissent pas volontiers.

Préférons le pourquoi au comment
C’est vrai que la Bible ne nous dit pas comment le Fils de Dieu s’est fait homme. Cela demeure un mystère. Ce qu’elle tient à nous dire par contre très clairement, c’est pourquoi il l’a fait. Voici, dans les grandes lignes, ce qu’elle révèle à ce sujet : nos premiers parents ont rejeté leur créateur. À notre tour, nous le faisons régulièrement, par exemple lorsque nous disons : « Je n'ai pas besoin que quelqu'un me dicte ma conduite. Je suis assez grand pour savoir ce que j'ai à faire ! » Ce genre de réflexions révèle une volonté d'exclure Dieu de notre vie. Le résultat ? Nous ne faisons pas ce que Dieu nous demande et nous cassons notre relation avec lui. C’est vrai que c’est parfois inconsciemment, mais c’est clair, nous rejetons le plus souvent la main tendue par Dieu alors qu’il nous propose son amitié. Or, y a-t-il pire affront que d'ignorer sciemment la main que l'on nous tend ? Cet affront - ce péché - intenté à l’amour de Dieu ne pouvait que mériter une sanction : la séparation définitive d’avec lui.

Abandonnons les enfantillages
Dans son amour pour ses créatures, Dieu n'a pu se résoudre à cette situation dramatique. C'est pour cela qu’il a revêtu notre nature humaine en Jésus. Il a voulu laver lui-même, définitivement l'affront que nous lui avons fait et que nous répétons encore trop souvent. Noël est ainsi la démonstration de l’amour de Dieu pour nous.
Vous l’avez compris : croire au Père Noël relève d'un enfantillage qui n'a rien à voir avec l'événement célébré à Noël. L’Évangile, lui, nous place devant un défi très sérieux : faire confiance à Jésus qui est venu pour nous réconcilier avec notre vrai Père céleste. Toutes celles et tous ceux qui ont accepté de reconnaître leur attitude coupable envers Dieu peuvent en témoigner. Ils ont expérimenté la joie qu'éprouve un enfant en se jetant dans les bras de son Père, après s'être cru longtemps orphelin.

C'est le « joyeux » Noël que je vous souhaite !

Vous aimerez aussi

Une affiche qui en dit bien plus qu’il n’y paraît. Au mois de décembre de...
Heavy-metal et foi chrétienne seraient-ils donc compatibles ? Je n’ose pas...
Interview de Jean-Marc Hoang-Tho* : la médecine ne fait pas de miracle....
Certains croient aux anges tout en niant l’existence de Dieu. Surprenant, non?...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...