Qui a pris la place du Père ?

Complet
Note : 40
( 1 vote )
Qui a pris la place du Père ?
En tant que pasteur, quand je vois quelqu’un en prise avec une addiction je me pose toujours cette question : qui a pris la place du Père ?
Je ne pose pas cette question comme le ferait un psychologue qui va chercher pourquoi un mal-être s’est mis en place.
C’est une question spirituelle et pas psychologique. Car le Père qui m’intéresse le plus n’est pas le « papa » de notre enfance, figé dans l’image bonne ou mauvaise que nous en avons eue. Ce n’est pas notre père à l’arrière mais Notre Père au-devant, le Père de Jésus-Christ, Dieu.
Qui a pris la place de Celui qui sécurise, et qui m’oblige à revenir sans cesse faire des sacrifices et brûler l’encens d’un joint ?
Qui a pris la place de Celui qui apaise l’angoisse, et me force à consommer la Sainte-Cène du shoot de vodka ?
Qui a pris la place de Celui qui harmonise les pensées en m’obligeant à maltraiter le joystick de ma console pour éviter de réfléchir au sens de ma vie ?
Qui a pris la place de Celui qui me conseillait avec douceur et fermeté, ce tyran qui impose sans alternative : « Encore une ! » ?
Oui, qui a pris la place du Père céleste qui me tirait vers le haut, et que je n’arrive pas à nommer, à reconnaître ou à chasser ? Qui est ce père adoptif et abusif qui me rabaisse sans cesse jusqu’à ce que je sois un animal ou un robot, une boule de colère ou un mort-vivant ?
Qui est ce « kidna-père » qui vole ma vie, qui me hait, et que je dois quitter pour revenir de toute urgence vers le Père de bonté, qui est là au-devant, les bras ouverts, aussi patient qu’impatient ?

Vous aimerez aussi

Comment vivre la relation homme-femme dans le couple et en société? Étonnant...
Les ingrédients vitaux dont les parents ont besoin pour bien faire. Il existe...
Jamais tout seul Non, jamais tout seul, Jésus mon Sauveur me garde, ...
La vérité est-elle toujours récompensée ? Cela dépend de ce qu’on entend...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...