Et si la Bible m’était contée ?

Complet
Note : 40
( 1 vote )

Du classique au jazz en passant par le psaltérion(1), Brigitte lie contes et musique. Plus encore, Brigitte Blaise conte la Bible pour faire revivre les merveilles de Dieu.

Et si la Bible m’était contée ?

Chaleur de l’accueil et du feu dans la cheminée. D’étranges instruments nichent partout : étagères, vitrines, murs, écrins sur mesure, au-dessus des meubles, à même le sol…Une collection d’au moins quatre cents objets de toute nature peuple la maison de l’étage au sous-sol. Nous sommes dans l’intimité de Brigitte Blaise…

Du classique au jazz

Brigitte a été élève à l’École Normale de musique de Paris. Dévorée par la nostalgie d’une musique plus spontanée, qui vibre et qui swingue, elle profite d’une bourse qui lui permet de partir à San Francisco. Et là, déception ! Sa formation classique lui engourdit les doigts et l’empêche d’accéder à la liberté si convoitée du jazz. 

Alors Brigitte « stoppe » comme elle dit vers la Californie du nord. Un conducteur bienveillant la dépose un soir à l’Armée du salut. On l’entraîne malgré elle à l’église. Ce soir là, une pianiste, également de passage, est au clavier. Et soudain, sous l’air des cantiques, Brigitte, médusée, reconnaît les accords des standards du jazz. Alors Brigitte « re-stoppe » vers l’Oregon afin de prendre des leçons auprès de Patti Moran, une grande dame du jazz qui a connu et joué à Chicago avec les plus grands jazzmen.

Jésus a swingué sa vie

Là, au fil des mois vécus dans l’harmonie de la famille McCoy et au fil des échanges sur la Bible une transformation se produit en Brigitte. Arrivée déglinguée et meurtrie, maintenant bercée par le jazz et le Gospel, la voilà prête à lever le pouce au bord d’une nouvelle route avec la Bible pour guide. Une nuit, elle fait le saut et donne carte blanche à Jésus-Christ.

Les circonstances s’enchaînent. Elle comprendra plus tard que rien de ce qui lui arrive n’est dû au hasard. Elle peut ainsi donner aujourd’hui un nom à ce quelque chose qui tournait autour d’elle (elle le raconte très bien sur www.laparoleestcontee.fr).

Elle captive la foule en contant la Bible

Une aventure dans un TGV bloqué dans la banlieue de Poitiers va mettre le feu aux poudres. Vingt wagons de TGV immobilisés pendant des heures pour une panne de caténaire, ça fait du monde qui s’impatiente. L’attente s’éternise, il fait chaud et les voyageurs se sont égayés sur la pente en bordure de voie. Brigitte revient d’un week-end de formation pour conteurs. Ses instruments sont dans le wagon. Pourquoi vous ne joueriez-pas, l’interpelle une passagère ? L’occasion est trop bonne, Brigitte sort l’accordéon et sonne le chofar. La foule se rapproche et le cœur battant elle raconte l’histoire des lépreux. La foule se fait plus compacte. Elle enchaîne alors avec Zachée, ce petit homme chez qui Jésus s’est invité. Nul ne maugrée qu’il s’agit seulement d’histoires bibliques. Brigitte note la soif d’écoute et rend grâce pour la multiplication des auditeurs, un millier contre la dizaine du weekend de formation !

La musique associée à la Parole

Brigitte s’interroge alors : comment souffler sur ces lumignons qui fument ? Un verset des Proverbes s’impose à elle : Si tu rends ton oreille attentive à la sagesse, et si tu inclines ton cœur à l’intelligence … tu trouveras la connaissance de Dieu. Formée par de grands conteurs, elle apprend à écouter et à se laisser guider dans ce que le Seigneur veut communiquer. Car si la Bible n’est pas un conte, elle se raconte si bien. Elle offre aussi un moyen de transmettre la notion de l’invisible en soi. 

Pour aller plus loin dans sa démarche, elle crée en 2011, l’association « La Parole est contée » qui propose de former des conteurs de la Bible.

Conter, un art qui s’apprend

Brigitte a le goût de la transmission de l’art, celui de jouer des instruments de musique ou celui de conter la Bible. S’il y a un conteur en chacun de nous, le travail du conteur est tout un art qui s’apprend et se développe. Le vrai boulot, selon elle, c’est de faire sortir le naturel, c'est-à-dire, de trouver ses propres mots. Un excellent entraînement pour être soi-même. Comment tisser l’histoire, la faire vivre et la donner, fait partie de l’apprentissage. Au-delà de la méthode à l’art de conter, on mesure bien le respect de la Parole de Dieu car la Bible se révèle être un chemin de partage de la foi et de guérison aussi.

Soutenir et développer le travail des conteurs de la Parole, ces passeurs de la Bonne Nouvelle, reste l’objectif majeur de Brigitte Blaise.

Si nous ne racontons pas la Parole pour qu’elle reste vivante, ce sont les pierres qui vont la raconter en criant !(2)

Depuis 2003 elle sillonne les églises pour raconter la Bible.

(1) Le psaltérion est une cithare à archet, dont l’origine remonte à l’antiquité. C’est un instrument de technique courte et facile d’accès dès 5 ans, ce qui permet aux enfants d'apprendre vite et de façon ludique, et même de faire des concerts en orchestre dès le plus jeune âge.

(2) Allusion à une parole de Jésus qu’on trouve en Luc 19.40.

Pour en savoir plus :

www.laparoleestcontee.fr   

www.brigitteblaise.com

www.musoreille.fr

Vous aimerez aussi

Repartir à zéro... pour aller mieux et plus loin. Jacob est négociant en...
C’était arrivé du jour au lendemain : un matin, elle s’était réveillée...
Michaël Lonsdale a derrière lui une très longue carrière au théâtre et au...
Marcos Ceara* est bien connu des amateurs de football puisqu’il a enflammé...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...