Autrefois manipulée, aujourd’hui libérée

Complet
Note : 40
( 1 vote )

L’ignorance ne nous met pas à l’abri des forces du mal. Michèle en a fait la douloureuse expérience.

Autrefois manipulée, aujourd’hui libérée

Mon enfance paraissait idéale. Ma famille était très unie, nous vivions tous au sein d’un même village, nous nous soutenions et nous aimions. Tout aurait pu être si beau si nous n’avions pas habité une étrange demeure qui abritait des secrets abominables. Cette maison m’attirait et m’effrayait. Elle était mystérieuse et malsaine et - avec beaucoup de recul - j’affirme toujours qu’elle était hantée!

Cette maison comportait plusieurs appartements dont l’un était occupé par deux femmes, une mère âgée et sa fille. Toutes deux avaient la réputation d’être sorcières. Un jour, malgré la peur qu’elles m’inspiraient, elles ont tout de même réussi à m’attirer dans leur appartement. La vieille femme alitée a agrippé mon bras et grommelé des paroles incompréhensibles. J’ai ressenti comme un choc électrique dans tout mon corps et à partir de ce jour-là, ma vie a été bouleversée. On dit que les personnes qui pratiquent la sorcellerie, et qui s’adonnent aux sciences occultes ne peuvent pas mourir avant d’avoir transmis leur «don» à quelqu’un…

Un don coûteux

Je n’étais plus désormais la petite fille enjouée. Une terrible maladie, que les médecins avaient du mal à diagnostiquer, m’accablait sans cesse. Au fil du temps, j’ai découvert un jeu de tarots dans une revue qui s’appelait «Quinze ans fillette». J’ai découpé les cartes, lu la règle du jeu. Puis j’ai tiré les cartes à Maman, «juste pour rire». C’est avec une extrême facilité que j’ai réussi à lui prédire l’avenir. Certains présages étaient terribles. Au bout d’un moment, tout s’est avéré juste!! Nous en avons conclu que j’avais un don de voyance et que ce don venait de Dieu.

Les années passaient, ma santé se détériorait de plus en plus et mes «dons» semblaient s’accentuer. J’étais maintenant adulte, mariée, mère d’une petite fille, et pourtant ma vie était catastrophique. Je ressentais un monde invisible autour de moi, qui me donnait des ordres, m’accablait, m’effrayait. Chaque fois que je tirais les cartes, que je lisais mon horoscope, que j’interrogeais le pendule, que je lisais les lignes de la main, que je m’intéressais à toute cette parapsychologie, que je communiquais avec ceux que je pensais être mes «chers défunts», un froid glacial m’envahissait et j’entendais des voix.

Esclave de la peur

Je vous rassure: mon encéphalogramme était tout à fait normal et tous les tests, effectués par les nombreux médecins depuis mon enfance, étaient bons. Ces voix me donnaient des ordres, me menaçaient. C’était un cauchemar. Je n’avais plus un moment de répit et j’obéissais, sans comprendre à ces voix qui me manipulaient au point de me réduire en esclavage. Parfois je ressentais des présences autour de moi et je croyais que c’était des défunts. Mais je me trompais.

La nuit, je rêvais de monstres horribles qui me poursuivaient dans un lieu infernal. Mais ce n’est qu’au moment où j’ai pris la décision de ne plus exercer mon métier linguistique et que j’ai finalement ouvert un cabinet de voyance que ma vie a vraiment commencé à décliner. Les voix me commandaient maintenant de me supprimer, ma vie n’avait plus de sens.

Libération

J’avais été élevée dans une famille qui croyait en un Dieu lointain. Nous ne connaissions pas la Bible et n’avions pas d’expérience personnelle avec Dieu. Maman ne savait pas que Dieu déteste la voyance et la magie, l’horoscope et toutes ces pratiques occultes.

Un jour, ma sœur et son mari chrétien m’ont rendu visite. Avec beaucoup d’amour et de doigté, ils m’ont prouvé que Dieu condamne la voyance, l’occultisme et tous les dérivés. Pour la première fois j’ai tenu une Bible entre les mains et j’ai découvert ces paroles: «Qu’on ne trouve chez toi personne… qui exerce le métier de devin, d'astrologue, d'augure, de magicien, (1).

J’ai compris à ce moment-là que si Dieu condamnait ces pratiques, ce don ne pouvait pas venir de lui mais de l’opposé. Il était évident que je n’avais pas affaire à quelque chose de rationnel. Je n’y avais pas cru jusque-là, mais l’évidence même me prouvait que j’avais été manipulée par le monde des ténèbres, par Satan et son armée d’anges déchus.

La Bible dit que celui qui cherche la vérité la trouve. Je venais de découvrir l’origine de tous mes maux et un combat incessant se déroula au long des jours qui ont suivi. Le diable ne lâche pas volontiers ses victimes! Un groupe de chrétiens évangéliques priait pour moi depuis quelque temps. L’un d’entre eux, Marcel, me donna des conseils précieux:«Si tu te trouves en détresse, invoque le nom de Jésus-Christ! Nous prions pour toi et nous te verrons bientôt.» Sans connaître Jésus-Christ, je n’ai pas tardé à comprendre à quel point le nom de Jésus est puissant et déloge les forces du mal. Peu de temps après, j’ai rencontré Marcel et les autres chrétiens. Ce qui m’est arrivé alors dépasse tout ce que j’aurais pu imaginer.

À ma grande stupéfaction, un terrible combat s’est déroulé lorsque les chrétiens ont prié pour moi et j’ai dû me rendre à l’évidence que j’étais possédée! Toutes mes pratiques occultes avaient tissé des liens invisibles entre ce monde des ténèbres et moi-même. Mais Jésus-Christ est vainqueur de Satan et de sa horde de démons. À la croix et par sa victoire sur la mort, il nous a libérés du péché et nous a ouvert le chemin vers Dieu le Père et la vie éternelle. Le soir du 25 septembre 1984, ma vie a été bouleversée. Jésus-Christ est devenu mon Sauveur personnel. Il a brisé mes chaînes démoniaques et m’a guérie.

Depuis lors, je chemine dans la vérité. Pas à pas avec mon Sauveur pour guide, je prie afin que mon témoignage ouvre les yeux à beaucoup de gens qui sont sans le savoir captifs de ce monde invisible mais réel des ténèbres. Ma délivrance peut devenir la leur aussi.

1. Deutéronome 18.10-13.

Michèle Zurbach a écrit son témoignage dans son livre «Du tourment à la paix».

Il est disponible aux éditions Philadelphie, 62 rue de Kingersheim, 68200 Mulhouse, Tél. 03 89 50 07 08, www.philadelphie.com.

Vous aimerez aussi

On m’a dit que j’avais changé. Mes parents étaient athées et refusaient...
Né en France, de père arabe et de mère kabyle, j’ai pris conscience de ma...
Donner, c’est s’apprêter à recevoir. Quelle surprise ! Abdel attend aussi...
J’ai signé un contrat avec Dieu. C’est lui qui a tout fait. J’ai...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...