Délivré du monde de l’ésotérisme

Extrait
Note : 40
( 1 vote )
Que personne ne se méprenne : un monde spirituel implacable se cache sous des abords séduisants.
Délivré du monde de l’ésotérisme
J’ai aujourd’hui 47 ans. C’est en mars de cette année que je me suis tourné vers Jésus-Christ après une vie bien compliquée.

Une histoire peu banale

Opéré du cœur quand j’avais 7 ans, plus tard, à 9 ans, j’ai fait une chute qui aurait normalement dû m’occasionner de graves blessures. À 28 ans, j’ai été opéré d’un cancer. Abusé sexuellement plusieurs fois pendant mon enfance, mon mariage n’a pas été très heureux, et je n’ai pu vivre une relation épanouissante avec mes enfants. Il s’est terminé après 14 ans par un divorce très douloureux.
Pendant toutes ces années, j’ai consulté psychologues et psychiatres mais ceux-ci ne m’ont pas vraiment aidé et j’ai traversé de longues périodes de dépression.
J’ai d’abord cherché à comprendre, à changer ma situation en me tournant vers les pratiques de développement personnel, les techniques de relaxation orientale... sans grands résultats.
Ensuite, je me suis aussi tourné vers les milieux ésotériques et le monde de l’occulte. J’ai ainsi fréquenté tour à tour l’univers des guérisseurs, des énergéticiens, des équilibreurs de chakras. J’ai pratiqué, ou on l’a fait sur moi, la cartomancie, l’hypnose, le magnétisme, le reiki, la sophrologie, la lecture des signes de la main, la suggestion mentale, la lithothérapie, le Qi gong, le yoga, la géobiologie, la méditation... et j’en passe.
Rien de cela ne m’a aidé, bien au contraire, je m’éparpillais de plus en plus. Pendant 18 ans, j’essayais de trouver le sommeil en buvant le soir, parfois jusqu’à m’enivrer. Je voulais mettre mon cerveau au repos, avoir un peu de répit. J’ai bien essayé d’arrêter cette prise d’alcool au quotidien, mais l’envie de m’anesthésier était trop forte, et je n’y suis jamais arrivé au-delà de quelques jours.

Enchaînements étonnants

Au début de cette année, j’ai vécu une expérience que je ne m’explique toujours pas. Ce soir-là, je n’ai pas été capable d’ouvrir ma bouteille comme je le faisais pourtant chaque soir. Je n’ai jamais vraiment compris pourquoi, mais, depuis ce jour-là, je n’ai plus eu besoin d’alcool, et sans aucun effet secondaire à la clé !
Un peu plus tard, j’ai vécu un accident de voiture très violent. Apparemment, je n’ai rien eu physiquement, mais j’étais...

Vous aimerez aussi

Danie a été guérie en réponse à la prière. Dieu avait prévu beaucoup plus...
Qu’on ne trouve chez toi personne qui exerce le métier de devin,...
Être au service de Dieu n’empêche pas les luttes. Merci à Claude Péroz,...
Un témoignage pour éviter un chemin de souffrances à d’autres. Je...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...