Délivré du monde de l’ésotérisme

Complet
Note : 40
( 1 vote )
Que personne ne se méprenne : un monde spirituel implacable se cache sous des abords séduisants.
Délivré du monde de l’ésotérisme
J’ai aujourd’hui 47 ans. C’est en mars de cette année que je me suis tourné vers Jésus-Christ après une vie bien compliquée.

Une histoire peu banale

Opéré du cœur quand j’avais 7 ans, plus tard, à 9 ans, j’ai fait une chute qui aurait normalement dû m’occasionner de graves blessures. À 28 ans, j’ai été opéré d’un cancer. Abusé sexuellement plusieurs fois pendant mon enfance, mon mariage n’a pas été très heureux, et je n’ai pu vivre une relation épanouissante avec mes enfants. Il s’est terminé après 14 ans par un divorce très douloureux.
Pendant toutes ces années, j’ai consulté psychologues et psychiatres mais ceux-ci ne m’ont pas vraiment aidé et j’ai traversé de longues périodes de dépression.
J’ai d’abord cherché à comprendre, à changer ma situation en me tournant vers les pratiques de développement personnel, les techniques de relaxation orientale... sans grands résultats.
Ensuite, je me suis aussi tourné vers les milieux ésotériques et le monde de l’occulte. J’ai ainsi fréquenté tour à tour l’univers des guérisseurs, des énergéticiens, des équilibreurs de chakras. J’ai pratiqué, ou on l’a fait sur moi, la cartomancie, l’hypnose, le magnétisme, le reiki, la sophrologie, la lecture des signes de la main, la suggestion mentale, la lithothérapie, le Qi gong, le yoga, la géobiologie, la méditation... et j’en passe.
Rien de cela ne m’a aidé, bien au contraire, je m’éparpillais de plus en plus. Pendant 18 ans, j’essayais de trouver le sommeil en buvant le soir, parfois jusqu’à m’enivrer. Je voulais mettre mon cerveau au repos, avoir un peu de répit. J’ai bien essayé d’arrêter cette prise d’alcool au quotidien, mais l’envie de m’anesthésier était trop forte, et je n’y suis jamais arrivé au-delà de quelques jours.

Enchaînements étonnants

Au début de cette année, j’ai vécu une expérience que je ne m’explique toujours pas. Ce soir-là, je n’ai pas été capable d’ouvrir ma bouteille comme je le faisais pourtant chaque soir. Je n’ai jamais vraiment compris pourquoi, mais, depuis ce jour-là, je n’ai plus eu besoin d’alcool, et sans aucun effet secondaire à la clé !
Un peu plus tard, j’ai vécu un accident de voiture très violent. Apparemment, je n’ai rien eu physiquement, mais j’étais sous le choc et ne me sentais pas bien. Je me suis rendu le lendemain à un salon ésotérique et me suis donné là en pâture à beaucoup de praticiens. On a presque tout essayé sur moi. Je voulais aussi apprendre à faire mieux fonctionner mon pendule. Après que le salon ait été évacué suite à une alerte incendie, une forte intuition m’a fait comprendre que je ne devais pas y retourner. Je l’ai quand même fait et me suis retrouvé au stand fréquenté quelques minutes plus tôt. C’est là qu’un homme m’a surpris en mettant sa main sur mon cœur. Je me suis senti très mal. Quelques jours plus tard, le cardiologue a diagnostiqué une rupture de la valve mitrale. Je n’ai jamais su si l’origine du mal devait s’expliquer par cette rencontre malfaisante ou par l’accident de voiture. Peut-être les deux ?

Rencontre avec un « pasteur bulldozer »

Toujours est-il que je me suis retrouvé à l’hôpital ! Mais là, c’est une autre rencontre qui m’attendait, cette fois heureuse. J’ai en effet été placé dans une chambre aux côtés d’un médecin qui avait consacré quarante années de sa vie à soigner dans la brousse africaine, mais qui était surtout théologien. Nous avons beaucoup parlé de Dieu. Cela m’a intéressé et troublé.
Le premier pasteur que j’ai rencontré m’a particulièrement secoué lorsqu’il m’a dit : « T’as pas le choix ! » J’étais en effet au pied du mur, à la fois convaincu que je devais me tourner vers Jésus, et en même temps dans la crainte de ce qui allait m’arriver. J’ai finalement décidé, un peu dans l’urgence, de déposer tous mes péchés au pied de la croix du Christ. J’ai énuméré un par un tous ceux dont je me souvenais. Je voulais couper les liens avec mon ancienne vie, avec tous mes « désordres », avec toutes ces pratiques non-chrétiennes.
Dans les semaines qui ont suivi, Dieu a mis sur ma route des pasteurs, des chrétiens, et des livres évangéliques. Ceux-ci m’ont donné envie d’aller à la rencontre de Dieu.

Le grand ménage

J’ai parfois douté de la réalité de ma nouvelle relation avec Dieu, mais petit à petit des signes, grands et petits, des concours de circonstances incroyables... m’ont montré que j’étais sur la bonne voie. Moi, l’incrédule d’autrefois, j’ai commencé à lire la Bible qui m’apporte une vraie nourriture, à prier, à vouloir être baptisé. J’étais à la fois excité et heureux.
Je me suis débarrassé de tous mes accessoires, de mes pendules, et de tous mes livres et DVD liés aux domaines de l’ésotérisme et aux techniques de développement personnel. J’en ai fait un feu de joie. Quant à mes pierres aux soit-disant pouvoirs magiques, je les ai jetées dans un fleuve. Rien à regretter, même si cela représentait une belle somme d’argent : je me suis senti léger et libre comme jamais auparavant.

Ce que Dieu a fait

Dieu m’a guidé de façon quasi surnaturelle. Ainsi, il m’a montré que je devais renoncer aux sites de rencontres que je fréquentais ; j’ai pu aussi rendre témoignage de ma vie nouvelle auprès de personnes qui baignent dans ce monde des tireurs de cartes et autres... J’ai fait aussi une découverte extraordinaire, une vraie révélation pour moi, deux mots qui ont résonné des heures dans ma tête : « Dieu restaure ! » Il ne se contente pas de réparer, de rafistoler, il restaure complètement, il rétablit à l’état initial. Quel cadeau !
Pour autant, ma nouvelle vie n’a pas été facile, même si cela va de mieux en mieux. Mais je suis certain d’une chose : depuis le début de mon existence, Dieu est avec moi et m’a protégé. Dieu a un plan en ce qui me concerne !

Des combats terribles

On ne sort pas du monde de l’occulte, des chemins de perdition sans que l’Ennemi ne réagisse. Il est arrivé que je ne puisse même pas prononcer le Notre Père ; je mélangeais les mots ou alors, c’était des images pornographiques qui surgissaient dans ma tête. J’ai tenu bon en recommençant, du début, plusieurs fois, cette merveilleuse prière que Jésus nous a livrée. Il m’a souvent fallu lutter en proclamant la victoire « au nom de Jésus ». J’ai dû tenir bon, être ferme.
Des pasteurs et des chrétiens m’entourent et prient pour moi. Un pasteur, par téléphone, a prononcé une prière de délivrance. J’ai moi-même prié de cette manière pour que tout ce qui m’avait lié jusqu’ici disparaisse. Ce furent des heures terribles, très éprouvantes spirituellement et physiquement, à en avoir des spasmes et la nausée... mais Dieu m’a soutenu.

Aujourd’hui

Avec l’expérience, j’arrive à identifier plus facilement l’origine des attaques. Elles sont du reste moins nombreuses et moins violentes qu’au début. Je reste très vigilant, mais je sais qu’en priant « au nom de Jésus » et en me plaçant sous son précieux sang, je suis protégé, délivré, libéré.
Plus que jamais, mon désir est d’avancer, de progresser dans la lumière, de pouvoir témoigner de ce que Dieu a fait pour moi et d’aider ceux qui sont esclaves de ce monde occulte, de ces pratiques malfaisantes opposées à Dieu, et dont il m’a tiré. Dans la prière, je lui demande régulièrement de me montrer ce qu’il attend de moi, comment je peux le servir. Je reste à l’écoute, parfois activement, parfois plus paresseusement. Je dois apprendre la patience et approfondir ma détermination. Dialoguer avec Dieu ne se déroule pas toujours en direct comme une conversation téléphonique, il peut se passer du temps avant d’obtenir une réponse, un signe... mais Dieu ne « raccroche » jamais !

Pourquoi l’ésotérisme fascine

On y va parce que c’est un monde qui fascine, où vous éprouvez des « sensations », qu’on a besoin d’aide et qu’on vous promet des réponses et des résultats.

On y reste parce qu’on n’obtient jamais de vraie réponse et que le bien-être engendré est très furtif. Il y a toujours un doute, un nouvel épisode à vivre, une nouvelle étape à atteindre ou à dépasser.

Ce qu’on ignore, c’est qu’on est un peu comme la baleine qui a été harponnée. Même si elle décide de fuir, elle ne peut se débarrasser des harpons plantés dans son dos. Chaque expérience, chaque rencontre effectuée dans les nombreux domaines de l’occulte et de l’ésotérisme crée des liens.
La rencontre avec Jésus casse ces liens pour nous rendre la liberté, pour nous restaurer.


Vous aimerez aussi

Lorsque j’étais petite fille… … aux Antilles, familles et amis se...
Aujourd’hui, Jocelyne réalise son rêve. Elle peut enfin donner car elle a...
Mes parents m’ont appris à connaître Dieu. Toute petite, j’aimais...
Fé était au bout du rouleau. Se sentant mal comme jamais, elle avait laissé...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...