Dieu, le maître des circonstances

Complet
Note : 40
( 1 vote )

Un jour, Aristide a appris qu’il n’en avait plus que pour deux ans à vivre.

Dieu, le maître des circonstances

Il y a 7 ans, avant mon mariage, prévu le 31 août 2002 à Brazzaville au Congo, j'ai dû faire des examens prénuptiaux courants. Le médecin m'a proposé un bilan plus complet qui a révélé, à ma grande surprise, que j’avais une hépatite B chronique. Pour lui, il s’agissait d’une découverte fortuite, mais, pour moi, c'était la providence divine qui l’avait conduit à me proposer un bilan plus poussé que prévu. Je dois avouer qu'à l'annonce de ces résultats, j'ai envisagé de reporter le mariage et même de l'annuler. Heureusement, ma fiancée n'a pas accepté cette proposition. Une fois marié, je suis revenu en France et j'ai passé une IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) qui a révélé une tumeur au foie. J'ai indiqué aux médecins que je voulais connaître la vérité, même si elle était difficile à entendre car j'avais confiance en Jésus-Christ. Le diagnostic est posé: j’ai besoin d’une transplantation du foie dans les deux ans sous peine de mourir.

Une longue attente

J'avais déjà entendu parler de greffe à la télé, mais pour moi cela faisait partie des choses qui n'arrivent qu'aux autres. Néanmoins, après avoir subi un bilan général préparatoire, j'ai été inscrit sur la liste d’attente des demandeurs d’organes.

Après 7 mois de longue attente et une opération intermédiaire pour stopper la tumeur, j'ai subi une intervention de onze heures. Elle a été un succès, mais à ma joie se mêlait de la tristesse pour la famille du donneur défunt. J'ai prié Dieu de les consoler. Dix jours après la greffe, j’ai été reconduit au bloc opératoire car il fallait enlever une partie de mon nouveau foie qui se nécrosait. Il s’agissait là de ma troisième intervention chirurgicale en trois mois. Par la suite, j’ai eu encore d'autres complications qui ont demandé plusieurs transferts à l'hôpital: rejet, perforation du tube digestif, nutrition assistée... J'ai été privé de nourriture et de boisson pendant deux mois. Dès que je suis sorti de l'hôpital, j'ai acheté des livres de cuisine pour développer mes talents culinaires alors qu'avant je savais à peine faire une omelette!

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

C’est Dieu qui change les temps et les circonstances (Daniel 2.21)

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Après 4 opérations

 Un an après ma sortie de l’hôpital j’ai été contraint d'y retourner pour une quatrième intervention. Il s'agissait de régulariser les voies biliaires. Mais je peux dire que j’ai repris une vie normale à présent, même si je prends encore un traitement pour éviter le rejet de la greffe.

En regardant en arrière, je me dis que j’ai été sauvé par mon mariage car sans lui je n'aurais pas découvert la maladie qui me rongeait. Je me rends compte aussi que c'est grâce à la mort d'un inconnu que j’ai pu avoir un foie et vivre. Plus que tout, c'est grâce à la mort de Jésus-Christ que j'ai la vie éternelle.

Je ne peux qu’être reconnaissant à Dieu qui ma guéri en utilisant les médecins et les chirurgiens ainsi que tout le personnel soignant et non soignant. Je remercie également mon épouse, si courageuse pendant toute cette épreuve alors que cela faisait à peine six mois que nous étions mariés. Je n'oublie pas non plus de remercier ma famille ainsi que les chrétiens de partout qui ont prié fidèlement pour moi.

Vous aimerez aussi

J’ai cherché la vérité dans la philosophie et les spiritualités...
Jésus a calmé la tempête qui me ravageait. Mes envies suicidaires ont...
Mon expérience m’a montré que ... ... la tendance naturelle des hommes au...
Troisième partie   Eugène vient de rencontrer Dieu. Il a radicalement...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...