Dieu, tu existes ou non ?

Complet
Note : 50
( 2 votes )

Plusieurs étapes ont été nécessaires à Gilles pour passer de l’athéisme familial à sa confiance en Dieu.

Dieu, tu existes ou non ?

Je suis né dans une famille sans histoires. Élevé dans un foyer aimant, avec ma sœur, j’ai eu une enfance paisible. Bon élève à l'école, je n'avais pas beaucoup de camarades mais j'étais apprécié en classe. Je n’ai manqué apparemment de rien. On ne parlait pas de Dieu à la table familiale. Mon père avait rejeté le catholicisme dans lequel il avait grandi et la famille de ma mère était profondément marquée par la laïcité. Je n’ai donc pas reçu d’éducation religieuse et j’ai développé une forme d’indifférence voire de méfiance vis-à-vis de l'Église. Je l’imaginais ennuyeuse.

Insatisfait, je cherche 

À l'adolescence, j'ai ressenti un vide face aux questions de l'existence. J'ai cherché à le combler par la musique. Pendant plusieurs années j'ai développé sans relâche un intérêt pour la musique classique explorant tous les styles depuis l'antiquité jusqu’à l'époque contemporaine. J’ai fini par me lasser. J'ai recherché alors dans d'autres domaines une satisfaction similaire : la peinture, la littérature, les sciences. Mais cela ne me comblait pas. Je recherchais ce que j'appelais « la racine des choses ». Frustré, je vivais un malaise intérieur.

À reculons, mais j’avance

Après mes études, je suis parti avec ma fiancée en Allemagne travailler dans une entreprise française. Inscrite à l’Université, celle-ci a fait la connaissance d’un groupe d’étudiants chrétiens* qui se retrouvaient le midi pour discuter. Ils avaient une réunion en semaine à l'université à laquelle nous avons été invités. J’y suis allé au début à reculons car j’étais méfiant. Je ne voulais pas me laisser entraîner par un mouvement que je ne connaissais pas. Ma question était simple : « Dieu, existes-tu ou non ? » J'ai alors été frappé par la sincérité des étudiants pendant les cultes, touché par l’intérêt qu’ils manifestaient pour moi. Cela contrastait beaucoup avec la superficialité ambiante. Un jour, l’un d’eux s’est fait baptisé. Son témoignage m’a interpellé et encore plus l’expression radieuse de son visage juste après son baptême.

Des réponses à mes questions

Quelques mois après, nous avons participé ma fiancée et moi à une conférence européenne pour étudiants chrétiens à Budapest. À un moment où je me trouvais seul, j'ai eu l'impression d'une présence à mes côtés. Un des pasteurs sur le campus m’a pris à part peu de temps après et je lui ai fait part de mes interrogations. Lors du culte suivant, j'ai reçu une réponse précise à toutes les questions que j'avais en tête à ce moment. C'est alors que j'ai été convaincu de l'existence de Dieu. 

Enfin la paix et la joie 

J'ai eu alors la conviction que Jésus avait pris mes fautes sur lui à la croix et qu'il m'aimait. Je lui ai demandé pardon. Une paix est venue habiter dans mon cœur qui ne s'est jamais tarie. Peu à peu, mes questions sur l'existence ont eu des réponses et une perspective nouvelle de confiance s'est ouverte devant moi. Depuis, j'ai expérimenté la bonté de Dieu. Je sais qu'il m'aime et qu'il est avec moi chaque jour. J'ai une joie qui ne me quitte plus et j’ai confiance en lui pour ma vie.

* Studenten für Christus (Étudiants pour Christ).

Vous aimerez aussi

La souffrance et la mort questionnaient Élodie. La réponse est enfin venue. Je...
L’agresseur est parfois victime de lui-même. Jésus-Christ peut entendre...
Simon est pasteur en Martinique. Le deuil qui a frappé son île cet été l’a...
Les yeux de Guy Rondepierre, curé de la cathédrale Sainte Geneviève à...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...