Fini l’alcool !

Complet
Note : 40
( 1 vote )
J’ai signé un contrat avec Dieu. C’est lui qui a tout fait.
Fini l’alcool !
J’ai commencé à nouer une relation avec Jésus-Christ en 1992. J’ai alors commencé à régler des choses qui avaient encombré ma vie autrefois : la cigarette, l’alcool, des fréquentations douteuses, sans compter mes rencontres passionnelles avec le sexe féminin, toujours compliquées... Quatre ans plus tard, je me suis fait baptiser en pensant que ma vie allait s’améliorer.

Espoirs déçus

Malheureusement, les soucis de la vie et l’alcool ont pris le dessus. Je suis devenu dépressif. Il m’est souvent arrivé de prendre des antidépresseurs avec du whisky. Vous imaginez le résultat.
Je restais croyant, je continuais à aller à l’Église, et je sentais bien au fond de moi que Dieu ne m’avait pas quitté, qu’il ne me laisserait pas tomber. Mais, en même temps, j’étais dépendant de l’alcool. La vie à la maison était de plus en plus compliquée, avec de sérieux problèmes de relation avec les enfants. Mon épouse n’en pouvait plus de me voir ainsi. Elle a menacé plus d’une fois de me quitter.

Quelques tentatives pour m’en sortir

J’ai fini par parler de ma situation au pasteur. Il est venu plusieurs fois chez moi pour m’aider mais cela n’y faisait rien. Un jour, il m’a proposé de faire un contrat avec le Seigneur. Il m’invitait à écrire sur un papier qu’à partir de tel jour, j’abandonnais l’alcool à tout jamais. Je signerais et lui aussi, comme témoin de mon engagement.
J’ai écouté poliment mon pasteur, mais je n’ai rien fait. J’ai l’impression qu’à cette époque j’avais envie de quitter l’alcool mais sans plus... Je priais bien pour arrêter, mais sans conviction.

La goutte de trop

Une nuit, alors que j’étais rentré à la maison après une soirée particulièrement arrosée, ma femme m’a annoncé qu’elle en avait marre et qu’elle me quittait. Comme j’étais ivre, je n’y ai pas vraiment prêté attention.
Arrivé au bureau le lendemain, je me suis surpris moi-même à écrire sur mon ordinateur ce fameux contrat que mon pasteur m’avait suggéré autrefois. J’ai envoyé le mail à mon pasteur. Dès que j’ai cliqué, je me suis dit : « Mais quelle bêtise tu as faite ! Jamais tu n’arriveras à tenir... » Alors j’ai prié « Seigneur, aide-moi ! »

Victoire sans combat

C’est étrange. Dès ce moment-là, j’ai senti que l’alcool, c’était terminé pour moi et c’est vraiment ce qui s’est passé. Plus une seule goutte d’alcool depuis.
Ce qui m’étonne le plus, c’est que cette victoire est venue sans effort, seulement par ma décision et ma prière. Je ne suis même pas tenté de toucher aux bonnes bouteilles que j’ai dans ma cave pour mes invités.
C’est une nouvelle vie pour moi depuis dix ans. À 57 ans, j’ai la pêche. Ma vie, mes relations familiales, ma profession, mon service dans l’Église... tout cela est restauré. Et pourtant, je n’ai rien fait. Je n’en reviens toujours pas.
Vous comprenez pourquoi chaque matin, je commence ma journée en disant au Seigneur : « Merci de m’avoir délivré. »

Vous aimerez aussi

Je pensais vivre bien sans avoir besoin de lui. Je suis partie aux États-Unis...
Se convertir n’est pas changer de religion. La foi chrétienne, c’est...
J’ai cherché la vérité dans la philosophie et les spiritualités...
Les circonstances de la vie nous écrasent parfois… jusqu’à l’obsession....

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...