Je ne crois pas, je sais…

Complet
Note : 40
( 1 vote )

«Je ne crois pas que Dieu existe». Voilà une déclaration qui surprend. Quand on suit David sur le chemin de sa vie, on comprend.

Je ne crois pas, je sais…

Quand j'étais petit, je préférais aller à la pêche ou travailler dans la serre que d'aller à l'église, que je trouvais non seulement ennuyeuse mais aussi hypocrite. Je me suis promis que, si je ne croyais pas vraiment en Dieu, je n'irai pas à l'église avec mes futurs enfants. Puis est venu le temps de l'université, du mariage, de mon premier enfant. Malgré ma promesse, j'allais de temps en temps à l'église. Je devais réagir, pour ne pas être moi-même hypocrite.

Cherche, tu trouveras.

Afin de voir si Dieu existait réellement, j'ai donc décidé d'utiliser la méthodologie scientifique apprise à l'université en commençant avec les données contenues dans la Bible. Rapidement, j’ai été entièrement convaincu de sa vérité. Poursuivant cette méthode, la deuxième étape était de trouver ces croyants «nés de nouveau», qui connaissent Dieu personnellement et qui ne vivent pas seulement une «croyance religieuse» comme tant de gens qui se disent chrétiens. Nous les avons trouvés dans la troisième église visitée – je les ai vus dès le moment où je suis entré – c'était un groupe qui semblait «briller». Je restais proche d'eux chaque dimanche, sans leur parler, et je me sentais très bien comme ça. Jusqu'au jour où le prédicateur a dit qu'il y avait dans l’assemblée quelqu'un qui venait «se chauffer» à coté des vrais chrétiens! J'ai ressenti profondément que c’était Dieu lui-même qui m'interpellait. Quand Dieu te parle, tu le sais!

Je me suis mis à genoux. Avec crainte, en attendant les foudres du ciel, j'ai demandé pardon pour mes péchés. J'ai demandé à Jésus d'entrer dans ma vie et de la conduire comme il le voudrait! Pas d'éclair, pas de tonnerre. Mais Dieu a doucement transformé ma vie. J'ai été étonné de voir que la prière fonctionne. Dieu m'écoute et me parle, c'est extraordinaire!

Jésus, chef d'entreprise.

Peu après cette démarche de foi, je suis allé au Portugal avec ma femme Simone et mes deux filles, Emily (20 mois) et Adèle (6 semaines!). «Quelle folie» disaient plusieurs de mes amis, mais j'avais toujours eu dans le cœur le souhait de travailler avec les plantes. J'ai oeuvré un an pour un paysagiste, puis un an pour un pépiniériste avant de créer ma propre entreprise de paysagiste. Pas de ressources ou d'aides financières pour la famille en cas d'échec, mais j'avais Dieu à mes côtés. Je n'avais aucune idée de comment gérer une entreprise, mais je savais une chose : je voulais une entreprise «chrétienne» dans ce pays relativement corrompu. Nous avons décidé de «nommer Jésus-Christ» dirigeant de l'entreprise. Cette dernière a grandi très vite, bien que notre coût de main-d'œuvre ait été deux fois plus élevé que celui de nos concurrents qui, eux, utilisaient de la main d'œuvre «au noir».

Lors de chaque réunion mensuelle, nous demandions à Jésus de régler les problèmes que nous ne savions pas solutionner nous-mêmes. Je suis convaincu qu'il a pris beaucoup de plaisir à gérer notre entreprise. Au début, nous avions besoin de Dieu tout le temps. Il a toujours été fidèle, souvent avec des réponses et des actions vraiment étonnantes. Ma foi a grandi très vite car j'ai vu la bonté et l'action de Dieu tous les jours.

Quelques exemples.

Nous avons commencé l’entreprise avec presque rien. Malgré cela, nous avons régulièrement trouvé de bons contrats malgré un prix bien plus élevé que celui de nos concurrents. Nos produits horticoles pour les touristes se sont vendus à l’époque comme les petits pains. Dieu a toujours fait en sorte qu’on ait de l'argent pour payer les ouvriers à la fin du mois. Notre équipe est passée de 2 à 10 ouvriers et nous avons pu partager un part des bénéfices annuels avec eux et augmenter leurs salaires…

Tout n’a pas été facile pour autant. Nous avons dû faire face à deux graves accidents de véhicule, heureusement sans blessés, un attentat raté pour tuer notre chef d'équipe avec une pelleteuse qui a coupé sa camionnette en deux, d’autres actions malveillantes…

Dans tous ces événements, nous avons vu que Dieu était avec nous et qu'il était fidèle. Ma foi a grandi à chaque fois que je l’ai vu agir.

Et maintenant ?

Aujourd’hui, j'ai une relation personnelle avec un Dieu qui me connaît et qui m'aime. Je suis comblé, heureux et en paix. Je vois sa bonté et je fais de mon mieux pour le servir. Certaines personnes me demandent comment je peux croire en Dieu. Je leur dis: «Je ne crois pas que Dieu existe, je le sais!».

Vous aimerez aussi

La violence engendre la violence. Ce n’est pas toujours une fatalité. Le...
Hafid n’a pas toujours respiré la joie de vivre qu’on lui connaît...
Quand Dieu rallume la flamme vacillante de notre vie, il brûle aussi ce qui...
L’épreuve éloigne souvent de Dieu. Elle peut aussi nous en rapprocher....

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...