Je ne fuis plus mes problèmes

Complet
Note : 40
( 1 vote )

Quand une vie s’écroule et tombe en ruines, n’y a-t-il plus aucun espoir? Ce n’est pas l’expérience de Georges.

Je ne fuis plus mes problèmes

Nous vivions à l’Isle Adam près de Paris. Troisième d’une famille de 5 enfants, j’ai été un gosse assez joyeux jusqu’à l’âge de 10 ans. Puis, tout a basculé. Ma mère a eu un cancer du foie, sa maladie a été pénible pour tous. Puis elle est morte. J’avais alors un peu plus de 10 ans.

Après le décès de ma mère

Nous avons vécu cela comme une véritable déchirure dans nos cœurs d’enfants. C’était très dur pour nous tous. Mon père s’est remarié avec une femme qui avait 5 enfants. Nous avons dû faire face à cette situation avec un père qui ne comprenait pas ce que nous ressentions.

J’ai dû partir à 13 ans ½ de la maison pour faire un apprentissage de pâtissier. Là, mon patron m’exploitait. Je travaillais 14 heures par jour, 6 jours sur 7 avec 300 francs à l’époque par mois. J’avais une petite chambre sans chauffage ni eau chaude, je lavais mes habits à l’eau froide et les mettais à sécher dans l’armoire avec le camping gaz allumé. À 13 ans ½, je vivais comme un adulte. Je souffrais du rejet. J’ai pleuré des milliers de fois. La haine, la révolte et la dépression ont pris place dans mon cœur.

Une vie pourrie

Avec ma mobylette, je me suis jeté sous une voiture qui s’est arrêtée à quelques centimètres de moi. Je suis ressorti complètement contusionné, mais vivant. Je suis allé travailler quand même. Dieu avait veillé sur moi, mais je ne le savais pas. J’ai ensuite travaillé très dur pendant des années. Puis, quelques années après en 88, mon frère aîné, s’est suicidé. Quel choc terrible! Un jour j’ai dit: «mais qu’est ce que j’ai fait pour avoir une vie aussi pourrie?»

Puis, des amis que je n’avais pas vus depuis longtemps, m’ont prêté un livre qui parlait de Jésus et de la délivrance que l’on pouvait avoir en lui. À la fin de ce livre, il y avait une prière adressée à Jésus pour lui confesser nos péchés et lui demander de venir dans notre cœur. J’ai fait cette prière.

Un grand combat a alors fait rage en moi. Je sentais les forces du bien et du mal. Et puis j’ai dit: «eh bien, que le meilleur gagne!» Et j’ai senti une force mauvaise partir de moi. Ensuite, mes amis m’ont invité à Bercy pour un grand rassemblement chrétien des Hommes d’affaires du plein Évangile. J’y suis allé. Et j’ai entendu des témoignages de gens délivrés de leurs dépendances, de leurs souffrances et de leurs maladies parce qu’ils avaient mis leur foi en Jésus. J’ai senti ce jour-là une chaleur presque palpable. J’ai compris que c’était ce Dieu Vivant qui était mort sur la croix pour mes péchés. J’ai répondu à l’appel adressé à ceux qui voulaient donner leur cœur à Dieu. D’un bond, je me suis élancé sans hésiter devant pour donner ma vie à Jésus.

La vie s’ouvrait à moi

Dans mon cœur j’ai reçu Jésus, mon Seigneur, mon Sauveur. J’étais heureux comme jamais je ne l’avais jamais été auparavant. Heureux et comme lavé, nettoyé. Je savais que maintenant la vie s’ouvrait à moi par Jésus.

Ensuite, j’ai vécu d’autres délivrances parce que dans le passé, je pensais en finir avec ma vie de solitude et de fuite dans le travail, de désespoir. Dieu m’a ouvert le chemin de la vie et de la joie par son fils Jésus. Il m’a guéri du rejet et de la souffrance causés par la mort de ma mère. En lui, j’ai trouvé un père et une mère pour moi. Il m’a appris à ne plus fuir mes problèmes dans le travail mais à lui remettre toutes choses dans la prière et la confiance.

En Jésus, aussi j’ai trouvé un ami fidèle toujours présent pour m’écouter et m’aider. Il m’a donné son amour. J’ai compris qu’il m’aimait avant que je ne le connaisse. Je suis heureux d’avoir découvert un Dieu plein d’amour, d’humour, de joie. Et depuis 2003, Dieu m’a donné une femme et je l’en remercie.

Vous aimerez aussi

Fé était au bout du rouleau. Se sentant mal comme jamais, elle avait laissé...
Quand Dieu rallume la flamme vacillante de notre vie, il brûle aussi ce qui...
C’est à travers sa femme que Ludovic a appris à connaître Dieu. J’ai eu...
Né en Gironde en 1968 de parents pieds noirs déracinés, j’ai grandi dans...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...