Je n’étais donc pas né homosexuel !

Complet
Note : 50
( 1 vote )

Être heureux et fier d’être un homme n’est pas évident pour tous les hommes. 

Pour Léo, il fallait que Dieu revisite, éclaire et réoriente son passé douloureux et ses repères faussés et confus. Dieu est intervenu au-delà de ses attentes.

Je n’étais donc pas né homosexuel !

J’étais destiné à l’avortement… Insécurité déjà dans le ventre de ma mère qui a avorté six fois, angoisses profondes, inquiétudes… Je nais aussi avec un déficit hormonal en testostérone qui, plus tard, a affecté certaines de mes caractéristiques masculines.

Des repères confus et faussés jusqu’à l’adolescence 

Mon père passe sa vie surtout hors du foyer : dépendance à l’alcool, au jeu et à la séduction des femmes, peu de considération envers sa femme y compris dans leur intimité. Il est distant avec ses enfants. 

Ma mère est cloîtrée à la maison. Elle vit un gouffre affectif : comportement envahissant parfois même abusif avec ses trois garçons, dans lesquels elle s’investit affectivement et émotionnellement.

Deux d’entre eux se (dé)s’orientent alors vers l’homosexualité. 

Des effets nuisibles pour moi-même et mon entourage

Mes premières préférences homo-sensibles apparaissent dès l’âge de six ans. Plus tard, je vis avec l’impression ancrée d’être plutôt une femme. Dégoûts et rejets apparaissent :

- Envers les hommes « virils », mais à l’inverse fascination-idolâtrie envers les jeunes hommes physiquement beaux, plutôt intravertis, mais aussi capables de me sécuriser et de me communiquer tendresse et affection.

- Envers les femmes en général, surtout lorsqu’elles m’approchent : absence de désirs affectifs et sexuels, incapacité à les regarder sans détourner mon regard, crainte panique de l’intimité féminine, sentiment d’incapacité à être un époux, un père, et même un simple homme. 

Je rencontre pourtant une femme formidable. J’ai alors un désir profond de partager avec elle toute ma vie et d’avoir des enfants. Paradoxalement, je me sens incapable de partager avec elle une intimité physique, affective et émotionnelle.

Je suis alors des psychothérapies durant deux ans mais sans effet profond et durable sur mon mal-être.

Et ma relation à Dieu dans tout ça ? 

- Unique relation personnelle avec Jésus en tant que compagnon de route depuis que j’ai six ans. 

- Incapacité à établir une relation à Dieu en tant que Père car je projetais sur lui la plupart des défaillances de mon père humain.

- Aucune relation personnelle avec l’Esprit Saint, que je considérais alors comme une puissance lointaine et impersonnelle, bien loin de ma vie désorientée et brisée.

Vers la reconquête de mon identité masculine

Il y a vingt ans, dans l’église catholique, début d’un chemin de découverte d’une relation personnelle possible avec l’Esprit Saint : pardon accordé à mes parents, puis réconciliations profondes. C’est le début d’un chemin passionnant de pacification intérieure. 

Il y a huit ans, découverte d’un programme en trente soirées, d’inspiration évangélique, nommé Torrents de Vie. Je m’ouvre alors à des éléments qui me manquaient pour vivre des transformations et réorientations encore plus profondes et durables.

J’ai alors été éclairé bien plus distinctement sur les causes principales ayant perturbé le processus de croissance et de pacification dans mon être et dans les relations avec mes proches. Cela concerne surtout les modèles faussés du masculin et du féminin qui m’ont mené dans beaucoup de confusions. Ils ont incrusté en moi des pensées et des sentiments nuisibles et obsédants. Ils ont créé aussi des désirs et des comportements désorientés jusqu’à des dépendances malsaines. 

Ensuite… 

J’ai été saisi dans tout mon être par une relation d’intimité bienfaisante avec mon Père divin (si différente de celle avec mon père terrestre défaillant). 

J’ai découvert que le sacrifice de Jésus à la croix et sa résurrection n’étaient pas deux évènements passés sans relation avec ma vie brisée et désorientée. Encore aujourd’hui, ils pouvaient opérer des transformations du mal en bien et des réorientations surprenantes.

J’ai pu aussi découvrir que ma volonté (proche du « zéro absolu ») pouvait se trouver régénérée et fortifiée par une simple portion de la Volonté de mon Père-divin.

Changements profonds

À un moment précis, il m’a été donné de pouvoir regarder toutes les femmes sans détourner mon regard, avec une paix profonde que je n’avais jamais connue, de même avec des jeunes hommes que je considérais autrefois comme des « demi-dieux ». 

J’ai commencé à éprouver du bien-être dans l’intimité affective, émotionnelle et sexuelle avec ma femme et à rechercher ces moments alors que je les fuyais auparavant.

Avec les hommes, maintenant, je peux faire face sans difficulté à ceux qui me rappellent les aspects défaillants de mon père. Et surtout, je me suis dégagé des pensées-prison et sentiments-prison qui me conduisaient à rechercher l’intimité avec certains jeunes hommes. Je me suis dégagé de la fascination et de l’idolâtrie envers eux. Cela fait huit ans que cela dure.

Et aujourd’hui ?

Je suis devenu un homme « bien dans ma peau », heureux, et fier d’être devenu, grâce à Dieu, un père et un époux apprécié. Heureux d’être en paix avec lui, en paix avec moi-même, avec ma femme, mes parents et mes enfants, et aussi avec ceux et celles que je rencontre. 

Et je me surprends régulièrement moi-même à savourer cette liberté intérieure et cette paix retrouvées, ce « paradis perdu » dont je m’étais si souvent et si profondément éloigné. 

C’est Dieu lui-même, par divers moyens et intermédiaires, qui m’a fait comprendre que mon homosexualité n’était qu’une hétérosexualité désorientée ! Je lui en exprime toute ma reconnaissance et ma louange.

* Léo est un pseudonyme pris pour respecter sa famille. Il devrait bientôt faire paraître un livre autobiographique « Retour vers Ishisha » ou « Retour vers le paradis perdu ».

Il est aujourd’hui expert international en haute-technologie. Marié, trois enfants et quatre petits-enfants, il vient de créer un programme proposable à tous ceux qui sont en recherche de sens à la vie. Adressez-vous à la rédaction si vous souhaitez recevoir son adresse Internet.

 

Vous aimerez aussi

Un jour, Aristide a appris qu’il n’en avait plus que pour deux ans à vivre....
Une greffe du foie à 8 ans. Une plongée dans l’alcool. Un triathlon «...
J'ai 17 ans. Je vais à l'Église depuis l’âge de huit ans. J’ai donné ma...
Accepter sans comprendre. Vivre dans l’espérance. Au matin du 24 décembre...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...