J’étais raciste

Complet
Note : 40
( 1 vote )

Didier se serait moqué de vous si vous lui aviez annoncé qu’il épouserait un jour une femme malgache. À cette époque, il ne savait pas encore que Dieu peut changer les cœurs.

J’étais raciste

Je suis à l’origine un petit bourgeois de banlieue parisienne, sans Dieu, prétentieux. Sans m’en rendre compte, j’avais l’esprit étroit car j’étais emmuré dans mes suffisances. J’ignorais ou méprisais toutes les personnes différentes de moi, que ce soit par le milieu social, la religion ou la couleur de la peau. Mais Dieu a décidé de changer les choses.

Tout a commencé dans une église, à deux pas de chez moi. J’y ai découvert un beau jour qu’elle proposait des études de la Bible en semaine. J’étais à l’époque en plein désarroi mais aussi très curieux. Petit à petit, le contact avec la parole du Dieu vivant a fait fondre mon cœur. Un dimanche, j’ai décidé d’assister au culte. Ma première surprise a été de découvrir que l’assemblée comptait de très nombreux Africains alors que cette banlieue est essentiellement composée de Français de souche. Le choc a été d’autant plus grand qu’à la fin du culte, c’est un grand Noir, tout sourire dehors, qui est venu vers moi pour me saluer. Je me rappelle encore sa manière imagée de m’expliquer sa foi. La Parole de Dieu, me dit-il, c’est comme une carcasse de poulet sur laquelle il y a toujours quelque chose à manger. Je ne m’attendais pas à cela !

Métissage de mon cœur

Dieu, lui, continuait à agir profondément en moi. Curieusement, alors que j’étais plutôt raciste, c’est le témoignage de foi des Africains dans des moments de prière libre qui m’a le plus touché. Ils s’exprimaient directement à Dieu, sans ambages. Je me rappelle tout particulièrement la prière de cette mère de famille qui venait de découvrir que son mari était atteint d’une grave maladie. Sa prière fervente était simple et émouvante : «Comment puis-je me retrouver dans cette situation? Nous t’aimons Père. Tu ne peux pas me laisser seule avec mes enfants. Fais quelque chose je t’en prie. Ne nous abandonne pas.» Dieu a entendu son cri car, comme le dit la Bible «la prière du juste a une grande efficacité» (Jacques 5.16).

Peu à peu, je me suis apprivoisé aux Africains que je regardais autrefois de haut. J’ai pris plaisir à bavarder avec eux, découvrant leur qualité humaine, la profondeur de leur engagement d’église et la solidité de leur foi.

Un jour, Dieu m’a plus particulièrement touché. C’est comme s’il m’avait complètement retourné. J’ai accepté Christ et j’ai demandé à être baptisé. C’est ainsi que je me suis retrouvé ce 21 janvier 2001 devant le baptistère avec Marius, cet Ivoirien aussi noir que j’étais blanc. Que de chemin parcouru! Cette année 2001 a pourtant été terrible pour moi: disparition bouleversante d’une compagne très proche, opération lourde au cœur dont j’ai cru ne pas revenir... et j’en passe.

Je me suis alors accroché au soutien de Fanja, jeune femme d’origine malgache avec laquelle il m’arrivait de jouer au tennis. Chrétienne affermie, elle était très engagée dans la vie de l’église; sa foi profonde et vivante m’attirait particulièrement. Je suis devenu amoureux d’elle; nous avons connu un vrai temps de fiançailles. Nouveau miracle du Seigneur, nous nous sommes mariés le 26 octobre 2002 dans cette église qui m’a vu naître à la vie chrétienne. Nous étions au milieu des frères et soeurs de toutes les couleurs réunis dans la même foi.

Aujourd’hui encore, je reste émerveillé par le chemin que le Seigneur m’a fait parcourir.

Vous aimerez aussi

J’ai cherché la vérité dans la philosophie et les spiritualités...
Je suis né en Alsace en 1935. Mon enfance s’est déroulée dans une cité...
Arnaud a toujours cru en Dieu, mais il est passé longtemps à côté de...
Travail, famille, vie personnelle… Dieu travaille pour le bien de ceux qui...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...