Saisie par la vie de Jésus

Complet
Note : 40
( 1 vote )

Khalida est marocaine. Avec beaucoup d’émotion, elle raconte comment elle est devenue chrétienne. Un témoignage également utile pour comprendre plusieurs de nos banlieues.

Saisie par la vie de Jésus

Je suis née en 1969, dans une famille marocaine musulmane pratiquante. Je suis la 4ème d’une fratrie de 8 enfants.

Premiers déchirements

Mon père est arrivé en France dans les années 60. Le reste de la famille paternelle et maternelle est arrivé plus tard; ma mère et ma sœur vers 1963. Leurs conditions de vie en France étaient difficiles car ils ne parlaient pas français et ils étaient illettrés. Dans la cité d’Aulnay-sous-bois où nous habitions, les Maghrébins et les Africains étaient parqués comme dans un ghetto. Nous avons connu le racisme et le rejet. Mon père effectuait des travaux pénibles. Forcément, il s’est senti déraciné ; il travaillait dur, il voyait le décalage entre l’Europe et le Maghreb. Mes parents faisaient le rêve de retourner au Maroc avec leurs enfants pour y construire.

Ce mal-être vécu comme un rejet rendait mon père violent, surtout envers mes aînés et ma mère. Mon frère et ma soeur étaient en conflit avec mes parents. Mon grand frère a pris une mauvaise direction : il s’est tourné vers la drogue dure à 14-15 ans et il en est mort, ainsi que nombre de nos jeunes voisins. Pour confirmer son identité, mon père, a éprouvé le besoin de s’accrocher davantage à ses racines. Il est devenu plus religieux et portait sur nous, ses filles, un regard exigeant, nous demandant par exemple que nous couvrir les bras. C’était très dur.

De mal en pis

Je croyais en Dieu et depuis l’âge de douze ans et je lui écrivais des poèmes : «aide ces jeunes, qu’ils ne touchent pas à la drogue». Je voulais surtout faire plaisir à mon père en essayant d’être sérieuse, comme pour lui dire: «Tu vois, ta fille est dans le droit chemin». Un jour qu'il me disait : «Pourquoi tu ne pries plus?», je n’ai pas su quoi lui répondre. Je priais avec des versets appris par cœur, mais Dieu était lointain et mon cœur était vide. Je vivais des choses douloureuses à la maison, Dieu ne répondait pas. Ma famille n’allait pas bien. J’étais moi-même en échec scolaire. En quête spirituelle, j’allais à la mosquée écouter le prêche pour les femmes, mais j’ai aussi frappé à d'autres portes : catholicisme, témoins de Jéhovah et quelques autres. Adolescente, je ne suivais pas bien le ramadan et je ne priais plus. J’en concluais : «je n’irai pas au paradis car je ne suis pas sur le bon chemin».

Cela a été très difficile pour moi quand j’ai vu mes deux autres frères tomber eux aussi dans le gouffre de la drogue. Ma famille était dans le désarroi car mon père avait fondé beaucoup d’espoir en eux et il s’est isolé. J’étais affectée et je voulais comprendre. Ma mère et moi sommes allées voir des taleb, des guérisseurs de notre pays, sans résultat. Pendant plusieurs années, j’ai consulté pratiquement deux fois par mois des marabouts puissants pour venir en aide à ma famille et pour qu’ils m’aident moi aussi, mais ça empirait plutôt. Ma mère voulait arrêter, moi j’étais prise dans un engrenage et je répondais : «c’est normal, ça réagit». Je faisais des cauchemars…

Ma prière a été exaucée

J’étais très abattue, fatiguée, dépressive. Je cherchais toujours Dieu sincèrement sans le trouver. J’avais aussi peur de la mort et de l’enfer. La religion ne me satisfaisait pas. Je savais bien que Dieu existait pourtant j’ignorais qui il était. Un jour, je me suis écroulée en suppliant Dieu «Montre-moi le chemin, dis-moi à qui m’adresser».

=x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x=

" Pour moi, Jésus n’est pas une religion. Il nous donne une relation vraiment personnelle avec Dieu. Je la vis chaque jour "

=x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x=

Quelques jours après, j’ai rencontré une femme chrétienne et son mari marocain pendant une formation. Ils m'ont aidée. C'est surtout son témoignage à lui qui m’a interpellée car il avait connu la violence et la drogue et je me suis dit «Moi aussi, je veux connaître ce Jésus qui lui apporte cette paix. Je veux recevoir cet amour qui l’a sorti de là». J’ai demandé à étudier la Bible. Quand j’ai lu les évangiles, j’ai été saisie par la vie de Jésus, sans péché, mort à la croix pour mes péchés. Au début j'ai eu du mal à comprendre le mystère de la croix, de la trinité… ensuite tout cela est devenu plus clair. Je m'accrochais à Jésus, c'était vital pour moi car je ne trouvais aucune consolation ailleurs. Mon mari m’a suivie et il a pu lui aussi expérimenter l’amour de Dieu. Moi-même, je me sentais acceptée, aimée et j’ai ouvert mon coeur à Jésus. Mon mari et moi nous sommes fait baptiser quelques mois après.

=x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x=

" Je vois la différence entre Mohamed qui est le prophète de l’islam, et Jésus le Sauveur de l’humanité. Pour moi, il n’y a qu’une vérité, celle de Jésus : «Je suis le chemin, la vérité, la vie, nul ne va au Père que par moi» (Jean 14.6) "

=x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x=

J’ai progressé spirituellement: j’avais une bible en arabe et en français, j’allais à l’église. J'ai commencé à fréquenter aussi le Point de rencontre. Moi qui avais quitté ma famille, j’y ai retrouvé l’ambiance nord-africaine, magnifique et chaleureuse, avec le thé à la menthe, les vêtements de fête, les chants en arabe… Je continue encore aujourd'hui à y aller et j'emmène des Nord-africains et des Européens qui s'y sentent à l'aise.

Témoin de l’amour

Quand je me suis convertie, j’ai tout de suite témoigné à ma famille. Ils ne m’ont pas tous comprise. Pour certains, j’étais entrée dans une secte, d’autres étaient plutôt curieux. Par contre, je n’ai pas réussi à le dire à mon père pendant cinq ans. J’essayais pourtant, par exemple en regardant devant lui la vie de Jésus sur DVD. Il y a deux mois, je lui ai dit que j’aimais Jésus. J’estimais que je lui devais la vérité. Il s’est énervé en me disant que j'irais en enfer avec les mécréants si je suivais ce chemin. Aujourd'hui, j’ai l’impression qu’il doute que je sois devenue chrétienne car il a des difficultés à voir la réalité en face. Je suis en bons termes avec mes parents et surtout avec ma mère qui est pleine d’amour envers moi, bien qu’elle ne partage pas le chemin que j’ai pris.

Au Point de rencontre, je me suis réconciliée avec ma culture, avec une dimension supplémentaire : Jésus au centre. Maintenant, je sens un appel de Dieu pour témoigner aux musulmans de cet immense amour que Dieu a pour eux.

Aujourd’hui, grâce à Jésus, j’ai l’assurance d’être sauvée. J’ai compris ce merveilleux texte de l’Évangile: «Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné Jésus afin que quiconque (Khalida y compris) croie en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle»(1).

Je suis contente que Dieu accepte de m’employer pour lui. Je priais déjà pour ma cité d'Aulnay mais maintenant, des années après, je prie pour que ses habitants trouvent eux aussi le consolateur, Jésus Christ. Je leur témoigne le changement que Dieu a opéré en moi.

=x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x=

" Pour moi Noël, c’est le Christ vivant, ce n’est pas l’affaire des cadeaux. On partage Noël avec un regard d’amour pour les autres, le repas avec des chants, des témoignages. Noël, c’est la Vérité qui s’est manifestée à moi "

=x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x==x=

1. Jean 3.16.

Vous aimerez aussi

«Je ne crois pas que Dieu existe». Voilà une déclaration qui surprend. Quand...
À 23 ans, David a un très grave accident qui aurait pu le faire mourir. Vingt...
Quand ceux qui entendent parler de Jésus pour la première fois choisissent de...
Le départ dans la vie a été difficile pour Mouradi. Dieu avait pourtant un...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...