Une vie transformée 3/3

Complet
Note : 40
( 1 vote )

Troisième partie

 

Eugène vient de rencontrer Dieu. Il a radicalement changé mais il est encore en prise avec la drogue, le tabac, l’occultisme, des problèmes sexuels…

Une vie transformée 3/3

Thierry, l’ami qui m’avait invité dans l’église(1) où Dieu m’a littéralement rencontré, avait voulu fêter l’événement de ma rencontre avec Dieu en nous invitant au restaurant avec deux autres amis.

J’ai fait le fier

À la fin du repas, comme à l’accoutumée, nous avons allumé une cigarette quand j’ai fait cette déclaration: «Dans 7 jours, je ne fumerai plus». Mes 3 amis se sont mis à rire et à me dire «surtout, ne nous oublie pas et au lieu de jeter tes cigarettes et ton briquet, donne-les-nous!» J’ai répondu: «rira bien qui rira le dernier!»

Il est vrai qu’en 3 ans j'avais essayé plusieurs fois de m’en sortir et il m’était même arrivé de tenir plusieurs semaines. Ils pouvaient donc raisonnablement avoir des doutes. Quant à moi, je me disais que fort de cette nouvelle expérience et de mon contact avec Dieu, je pourrais certainement m’en sortir, peut-être même définitivement!

De retour chez moi, tout le monde dormait. Au moment de me mettre au lit, j’ai entendu: «Ah oui, tu veux faire le malin, tu veux arrêter de fumer? Et bien vas-y!» J’ai regardé s’il y avait quelqu’un dans ma chambre ou dans le couloir mais personne! Pourtant j’avais bien entendu cette voix qui m’interpellait! Après un instant de réflexion, je me suis souvenu qu’à plusieurs reprises, la Bible rapporte des situations où la voix de Dieu s'est fait entendre. Toutefois, je me demandais bien comment cela pouvait m’arriver à moi et qui j’étais pour que cela m’arrive à moi!

Dieu a eu pitié de moi

J’ai répondu en disant qu’il était tout à fait vrai que je voulais arrêter de fumer et de prendre de la drogue depuis plusieurs années déjà et que je le désirais maintenant plus que jamais. À ce moment-là, j’ai pris conscience que j’avais fait le malin devant mes amis quelques minutes plus tôt en prétendant que j’allais faire ce qu’il m’était impossible de réaliser par moi-même. Mais maintenant, seul dans ma chambre, j'ai admis mon impuissance. J’ai continué en disant à Dieu dans ma prière que je ne savais pas comment il allait faire mais qu’en effet, dans 7 jours il fallait qu’il me délivre entièrement. Je ne voulais pas faire d’effort particulier afin de laisser Dieu le faire. J’étais persuadé que seule son intervention pouvait me rendre vraiment libre et pour toujours!

À vrai dire, j’ai tout de même fait de tout petits efforts comme vous en jugerez. D’abord, chaque jour qui a suivi, j’ai rappelé mon attente au bon souvenir de Dieu: «Dans 6 jours (puis dans 5…), souviens-toi de moi!».

Autre effort: quand je me suis réveillé le septième jour au matin, j’ai entendu une voix intérieure douce et ferme: «N’est-ce pas aujourd’hui que tu as décidé d’arrêter?» Aussitôt, je me suis levé d’un bond; j’étais loin de penser à ça à ce moment-là! J’ai pris un sac plastique dans lequel j’ai mis tout ce qui concernait tabac et drogue. En fait, je n’ai rien jeté mais j’ai tout caché dans le double fond d’un placard aménagé. J’ai remis à leur place les livres qui le camouflaient et j'ai attaqué cette journée en n’y pensant plus.

Libéré

Comme chaque jour, petit-déjeuner, lecture de la Bible, prière, vaisselle… et ce jour-là, coup de main au jardin. Vient le repas de midi. Je ne fumais habituellement pas avant; donc pas de problème. À la fin du repas, j’allais me lever de chaise pour aller chercher une cigarette dans ma chambre. En fait, je ne me souvenais plus que j’avais arrêté. La même voix intérieure se fait entendre : «ça y est, tu es libre, tu n’as plus besoin de fumer!» Et en effet, le besoin de prendre une cigarette a disparu aussitôt! J’ai fait la même expérience quelques heures plus tard à la terrasse d’un café. Un ami nous a tendu son paquet de cigarettes pour nous en offrir une et cette voix a retenti à nouveau au moment où, machinalement, j’allais tendre le bras! C’est ce qui s’est passé chaque fois que machinalement, je m’apprêtais à fumer. De jour en jour ce besoin est devenu moins pressant et voilà bien des années que ça ne m’a plus traversé l’esprit.

C’est ainsi que le 2 mai 1980, Dieu m’a affranchi de l’esclavage de la drogue et du tabac. Il a fait la même chose plus tard, dans le domaine de l’occultisme et dans le domaine sexuel. Le 30 mai, Il m'a donné un travail où je suis resté plus de 11 années avant de parfaire ma formation dans une école biblique. Jusque là, j’avais eu plus de 20 emplois différents. Quelle instabilité! Mais heureusement, le fait que j’aie toujours travaillé a contribué à ce que je ne m’enfonce pas davantage au long de ces années.

Comblé pour une nouvelle vie

Après m'avoir délivré des problèmes sexuels, Dieu m’a permis de rencontrer Christiane, ma future épouse. Elle avait connu Dieu fin 1981 après un parcours complètement différent du mien et dans un autre contexte. Nous nous sommes mariés le 27 novembre 1982. Nous avons réalisé que Dieu s’attendait à ce que nous le servions et que nous soyons ses témoins…Nous avons conservé tous deux notre emploi mais nous engageons dans un autre temps plein à son service. Nous voulons être utiles à tous, en les croyants et les plus pauvres. Nous demandons à Dieu de nous diriger. Nous avons compris que «c’est Dieu qui nous a faits. Il nous a créés dans le Christ Jésus pour que nous menions une vie riche en actions bonnes. Et ces actions, Dieu les a préparées pour que nous les fassions»(2).

==========================================

Eugène est à l’initiative de missions humanitaires en Haïti, au Cameroun et dans plusieurs pays d’Afrique (hôpital, écoles, imprimerie…)

=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=

Pour en savoir plus, connectez-vous sur le site de SEMER l’association qu’il a fondée. www.semer.info.

==========================================

1. Cette troisième partie du témoignage d’Eugène Rard conclut les deux précédentes, parues dans les numéros 90 et 91.

2. Éphésiens 2.10.

Vous aimerez aussi

C’est à travers sa femme que Ludovic a appris à connaître Dieu. J’ai eu...
Christian méprisait son père. Il n’avait jamais pu le regarder en face. ...
Les grands rendez-vous avec la Vie ne sont pas toujours programmés. Pour...
À chaque concert de Gospel auquel j'assistais, je me sentais libérée d'un...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...