Wouah, c’est Jésus !

Extrait
Note : 40
( 1 vote )
Monique avait choisi le suicide car personne ne pouvait répondre à ses questions.
Wouah, c’est Jésus !
J’ai grandi dans la tradition catholique, avec un père qui avait un profond respect pour Dieu, restant fidèlement attaché à ce qu’on lui avait enseigné. Quant à ma mère, je n’ai jamais su si sa foi était personnelle ou si sa dévotion n’était qu’un reflet de celle de son compagnon.

Solitude

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours vivement ressenti que l’être humain est profondément seul, dans un univers immense et terrifiant. Et je savais que personne ne pourrait m’aimer comme je voudrais, c’est-à-dire parfaitement.
Avec de telles convictions, alimentées par une grande solitude, j’ai mis tout en œuvre pour me protéger le mieux possible. Ma devise était : « Vous ne voulez rien me donner ? Ok, vous n’aurez rien de moi ! »
Dieu était pour moi incroyablement lointain, totalement inaccessible. Il était celui qui punit la moindre faute, le plus petit écart.
À l’adolescence, j’ai pris de la distance jusqu’à abandonner toute croyance et toute pratique religieuse. La vie ne m’a pas épargnée. J’avais de plus en plus de difficultés à vivre. À l’issue d’une longue psychothérapie, j’ai eu la conviction que personne ne pouvait m’aider, pas même les meilleurs spécialistes du monde.

La vie m’était devenue insupportable

Je n’avais pas demandé à venir dans ce monde, c’était un cadeau empoisonné. Puisque la vie ne voulait pas de moi, j’ai pris la décision d’en finir.
J’ai mûri secrètement ce projet pour mes filles et moi durant de longs mois. Il était évident en effet que...

Vous aimerez aussi

Le football était une idole pour Joël. Il a trouvé sa juste place quand...
La violence engendre la violence. Ce n’est pas toujours une fatalité. Le...
David Nolent a suivi le cours Alpha «par hasard» en Angleterre. Aujourd’hui,...
L’ignorance ne nous met pas à l’abri des forces du mal. Michèle en a fait...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...